Fiche technique sur le xârâcùùa

 

Ressources :

a Accès à toutes les ressources

 

 

a Prosodie xârâcùù (1)
Nouvelle-Calédonie, Thio-Canala, 1977, Guy Tamai, Jean-Claude Rivierre

Etude prosodique, d'un locuteur de 22 ans, originaire de la région de Thio. Enregistrements de mots, phrases et syntagmes.

a Prosodie xârâcùù (2)
Nouvelle-Calédonie, Thio-Canala, 1977, Guy Tamai, Jean-Claude Rivierre

Etude prosodique, d'un locuteur de 22 ans, originaire de la région de Thio. Enregistrements de mots, phrases et syntagmes.

a Yoora
Nouvelle-Calédonie, Thio, 1980, Georges Chaanyiroa, Claire Moyse-Faurie

Ce mythe relate un épisode de la rivalité entre deux chefs, symbolisés par des montagnes : Yoora, situé au fond de la vallée de Ouindo, dont on dit qu'on ne peut le gravir, son sommet s'éloignant au fur et à mesure de la montée, et Firèègöö, qui surplombe la tribu d'Ouroué. Humilié un jour par Firèègöö, qui l'avait invité chez lui et l'avait blessé en le brûlant, Yoora décide de se venger en invitant à son tour Firèègöö. Ce dernier, après avoir perdu un pari, est définitivement relégué dans la région de Thio-Borindi, où il introduit la langue xârâgurè.

a Firèègöö
Nouvelle-Calédonie, Thio, 1980, Georges Chaanyiroa, Claire Moyse-Faurie

Histoire de rivalités entre des chefs, symbolisés par des montagnes. Le mont Firèègöö qui surplombe la tribu d'Ouroué, au nord de Thio, avait humilié plusieurs chefs qu'il avait invités chez lui : ainsi, le mont Mèrènè avait dû resté courbé après s'être penché pour ramasser un panier de coquillages et le mont Yoora, situé au fond de la tribu de Ouindo, avait été brûlé par Firèègöö. Ce récit concerne plus précisément Firèègöö, chassé par ses cousins de la région de Kouaoua et forcé de se réfugier vers Borindi, avant de se fixer au-dessus d'Ouroué. Au cours de sa fuite, il aurait modifié le paysage, créant des îlots, les terres fertiles de Koum, déplaçant certaines espèces d'herbes et transformant les flèches de ses poursuivants en pins colonnaires, symboles de l'habitat kanak.

a Histoire de Pwêêdi Müü
Nouvelle-Calédonie, Kèrèji, 1982, Apollinaire Satoayè Moindou, Claire Moyse-Faurie

Cette légende évoque la difficulté que rencontre un cadet pour se faire une place à côté de ses aînés. Pwêêdi Müü, le cadet du clan Müü, décrit comme plus malin que ses frères, est ainsi jalousé et doit fuir Ouassé, sa terre d'origine, pour échapper à la mort. Se cherchant alors un territoire en parcourant la chaîne centrale, il est rejeté à plusieurs reprises par les propriétaires des différents lieux qu'il traverse. Il trouve enfin un endroit où s'installer sur la côte ouest, près de La Foa. Il revient à Ouassé voir sa mère, crée pour elle quelques îlots fertiles le long de la côte est, entre Canala et Ngoye, mais emporte avec lui tous les crabes et les poissons, "comme si c'étaient les poux de sa tête", ne laissant comme produit de pêche pour ses frères aînés qu'un lochon de palétuviers. Ce serait la raison pour laquelle la mer est dite plus poissonneuse à La Foa qu'à Canala.

a Fourmi et Roussette
Nouvelle-Calédonie, Kèrèji, 1982, Apollinaire Satoayè Moindou, Claire Moyse-Faurie

Conte mettant en scène une fourmi et une roussette. La fourmi, ayant manqué de respect envers la roussette, est dévorée par cette dernière. Mais l'union fait la force, ses congénères prennent la relève et continuent à tourmenter les roussettes !

a Histoire d'oiseaux
Nouvelle-Calédonie, Néxö, 1984, Simon Kédé, Claire Moyse-Faurie

Conte assorti d'une morale : l'oiseau-lunettes et le coucou-éventail sont alliés; l'oiseau-lunettes, devant se rendre à Ouvéa, confie au coucou la garde de ses sujets. Parmi ces derniers, un seul, la poule sultane, transgresse l'interdit et doit en subir les conséquences.

aLe poulpe
Nouvelle-Calédonie, Néxö, 1984, Simon Kédé, Claire Moyse-Faurie

Allégorie sur le comportement de certains chefs, qui négligent leurs sujets pour ne s'occuper que de leurs propres intérêts, et qui sont alors destitués.