Méherre doi


Lecture en continu :

Transcription par phrase
Phonologique

Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr

Ȏ trunôdrö harri nâû mwâî mêrê ö-nâû nâ rri guha mênâ mê tréan.
Rri gö ré nâû rru gi trévö méherre bwa mê hué.
Moo mwâ nâ truvö nââ nitröö ômwâti.
Nâ truvö mwâ nâ arre kè chaa ‘monument’, nâ ré trurrö nörrö vérra mwâ.
Nâ hwé guha nâ nî mê nâ ta bochî mê ache.
Nâ gö ré tachi.
Nâ truu âroa giwé âroa dra rê hidrö gi mwâ méherre.
Nâ tree bochî mê ache hwêêrö, nâ gö ta rru.
Nâ ta bochî nirrînî nâ nuu ra nî bochî.
Nâ gö hwêêrö mê nâ ache nâ gö ta ache.
Nâ tre rru nuarrö, nâ gö néu vèi rru mê ta rru pare rru nuarrö.
Nâ gö a chiwinô mwâî néiriwâ a hwêrö rru nirrînî âri niwirraa.
Nâ gö ré ta rru.
Nâ gö a wari a ta rru, nâ gö a gôrô faku.
Niê rê hidrö âro mwâ nâ faku nâ moo mwâ Hau.
Rê hidrö wâgu.
Üü, rê gö hidrö âroa mwâ nâ nréu vèi rri rru nidrê âroa.
Rê hidrö fachii, chii.
Nâ gö a wari, nâ gö a yoo âyo, âyo Méha.
Nâ gö nô truu mwaa nô yoo mê drââ vö nî.
Nâ rê nô chiga rru nî.
Nâ ta wii-nî rru nuarrö.
Mwâ nâ ché nî nörrö mwâ va norri mê bwê wèi.
Nâ gö rri a nô yoo mê tatôi nitroo.
Rri nô yerre wâô-rri mê wâfa-rri mê.
Üü, nî, rri a gôrô charra nâ rri ni bê-yee.
Rri gö nô yoo mê tatôi nitroo mê gôrô mêrê câwâ mwâ gi rri.
Rri gö pöpanéwö gi moo-mwâ mwâ nâ tüü niré.
Rri gö néwaroa niméé-rri voo-mwâ, gö tapiri tree nî
mwâ nâ moro.
Nâ gö a nô hawi wèi nâ hapéé rri.
Wé ché trâmwâ mwâ nâ hidrö néé é rri ö-nâû nââ mwâ guha,
nê rri a gö hidrö mê guha nââ âyo.
Rri gö a ré truu ni truu mê yoo rru ni.
Nâ gö a bêrê hawi nâ moomwâ va nirrînî nâ gö a horro wèi nâ trunôdö nâ rri
mê rri a tréân mê faawi wèi, va hapéé rri wèi.
Famwâmwâ, nî rê gö hidrö é ni fanimo, (nù kè,) nù ati, nù mé-herre.
Rri gö ni havèi mwâ ô giwé âroa mwâ méherre, mé herre.
Nâ herre bwa mê hué.
Üü, nâ fahoro ni moomwâ nâ hidrö gi ni kèè fao mêrê mââmürre nâ hidrö kaawiiba.
ka wii kèè fao mââwe nâ rru.
Moni a nâû nâ trévö nâ tréan moni,
nitrö nâ omwâti nitrö omwâti bè-truvö nâ omwâti.
Va mwani niê harri nimwâ rri a nô wâgé ni mê wa mwâ trévö nâ tréân rru noo nooré.
Nâ dre terrua nooré.
Gö mwaa roa giwé nâ mwaa méherre, nâ gö a omwâti nââ nâ omwâti nâ tréân.
nî ati mââdé, nâ gö hidrö mwâ nù ka mé-herre rri, gö a fati ni nâ tréân rru nowo nooré.
Rri fati mwaa tra va omwâti rri gö a nô chiarré tao mêrê hêrê-pwarrö é nî.
Nâ gö a truvö mêrê wio drôôtroo é nî.
Nâ truvö nâ wânré, nâ truvö nâ wiyé, nâ truvö nâ ache.
Nâ gö truvö nâ hêrêwê mê pe mê chô, möi mê ômwaa mê.
Nâ gôrô nâ mwaa roa truu wèi mwaa roa.
Nâ gö nöri mêrê tréân.
Nâ gö fadre rri ni mêrê wio wakè mwâ.
Nâ nori chô, nâ fi nâ atruaa-nî arébö-nî véré-nî.
Nâ nori pe, nâ fi nâ véré-nî.
Nâ nori ômwaa nâ fi nâ véré-nî.
Nâ nori möi nâ fi nâ véré-nî.
Nâ nori nû nâ fi nâ véré-nî.
Mê draé mwâ hêviniâ nu a chiroa (gi mwâ)âroa giwé niêrê hidrö gi mwaa Méherre.
Nâ omwâti, nâ trurrö moo rru drôôtroo.
Nâ gö mê tréân mwâ chaque tréân mwâ nori chaa wio-nî.
Wio wakè nâ nî nâ arre kè u mê tâ.
Nâ nori wio wakè nâ rri.
Rri fi nâ mêrê truaa nâ mêrê u.
Rri fi nâ mêrê âû mêrê u rare kè mêrê hêrêwê mwaare.
Rri fi nâ voo mê âû rri truaa.
Nâ bêrê ti mââdé nâ mwaroa giwé.
Rê hidrö gi ni méherre méori.
Üü, nâ herre bwa mê hué tréân wânii.
Üü rri gö nî truu nâ tréân rri gö a nî mürre gi nî.
Voo, rri a nô fati mwaa hwêrö âni rri gö gôrô bùrù ta nâ nî.
Üü mwâ, nâ nori wiyé, nâ gö nori wânré, nâ gö nori ache.
Rri gö a ta ni nâ va a, va ré va mâwe ni mwâî, va a mêtri-ni rri hoi via ta nâ mwaa âroa.
Rri gö a ta ni, rri a wari a ta ni.
Nâ a wânré, nâ gö a ni gôrô mwâ wânré mwâ.
Nâ truurö pare mwâ wânré âroa giwé.
wânré a hörrö nê hidrö gi mwâ nrorro.
üü, nâ gö hidrö mwâ nê wirriè ni wari, nâ haru mwâ wirriè trumôu wè o mwâké troadrô wirri.
Nâ gö a ni trurrö nâ mwaaroa giwé ni nâ gö mê börrö nâ mê faérré a.
Nê nî nâû kê mê Too mê Nèhèrè mê Hêrêye anâ pare mê ö-truu nâ rri a nèèriwâ Kawipaa.
Mwâ nâ cherre drôôtroo.
Mwâ nâ trurrö mê nâ wirraa âri, nâ gö pawere ni rru roa rru mê ô-nooré a.
Nâ gö hwé nââ tréân.
Rri gö chii mwâî.
Rri gö hidrö ni, mwâ va yua wirri omwâti.
mwâ nâ hwé wèi tréân, nâ hwé draé.
Nâ gö a yua nâ mwa, va moni.
Rê gö a hidrö gi mwa âroa giwé, mwâ ni, nâ truaa drôôtroo.
Nâ ômwâti, rru mê nâ ârrie mênââ.
Va gö harri mê wâgé-ni mê wa-ni nimwâ.
Nri a dre nooré, rri a maini mê rri a nô truu mê nowo nooré fi
nê mwâ guha mwâ ni nâ truvö rruyo, moni fii hwèrö rru île des Pins
Nâ gö truu ânâ mwâtîrî, âroa.
Nâ chirro rru roa, chawinô é newe nooré.
Rri è ni hwèrö âroa.
(nâ gö) rri ché trâmwâ rri furu âé rru Nuuméa.
Nê rri gö hidrö au rriè nrû nâ, rriè nêrê nrû rra Méha.
Üü rri gö a gôrô é mwâ fâdro mwâ.
Nê rri a (gö a) nii-ni, nâ mêrê, rri a nô yoo fi rru nâmwâ é, nê ni truu Gorro mê Bwèrèdrii.
Üü, Truauru, va truu auru trumwâ rru a nô féé, bé fahoro fi wââ nooré.
Nâ ché truvö terua nâ fârî wèi mwaa omwâti, dra nâ nô châché fi wèi fârî-ni.
(nôbé) nâ nââ hidrö gi mwâ nâ bara pa rê nî bêrê ta nî.
Nâ châché wèi mê fârî-nî, nî nâ fi hwêrö ânâmwâ.
Je pense que nous allons retracer l'origine de la parole des hommes.
Nous allons commencer avec l'histoire du premier homme Bwa mê Hué.
Il est apparu après dieu.
Il ressemble à un monument qui s'érige tout seul comme cela.
Il n'a pas de langue et il se bat avec la lune et le soleil.
Il les poursuit.
Il reste seul sur la montagne qu'on appelle Méherre, l'aînée.
Il voit la lune et le soleil qui arrivent, il les attaque.
Il se bat avec la lune jusqu'à ce qu'elle disparaisse.
Le soleil arrive et il attaque le soleil.
Il regarde dans l'eau, et il assèche l'eau.
Il retourna encore au bord de mer.
Il continua à les taper.
Il se fatigua de faire la guerre avec eux, il fabriqua un piège.
C'est pour cela qu'ils disent de l'autre côté que Hau est un piègeur.
On dit "Wâgu" [terme ajië : le diable mélange les mots de différentes langues]
On dit là-haut qu'il a asséché la mare pour les retrouver.
On dit ‘faire la course’, ‘courir’.
Il se fatigua et resta là-bas à Méha. [tous les diables sont réunis à Méha ; ils ne parlent pas, ils tapent leurs propres ombres (ils n'ont plus rien à taper)]
Il resta assis longtemps et le jour se lève.
Il se promena à cet endroit.
Il attaque son reflet dans l'eau.
Il n'était pas seul, ils étaient déjà nombreux [au moins 3: Kawipaa (celui qui va partager les fils de Méherre), Péaçî, Nèkôu (nom d'un caillou, d'un endroit)].
Ils s'installèrent et piquèrent la terre.
Ils coupèrent leurs cheveux et leurs barbes.
Ils fabriquèrent des couteaux pour eux avec des bambous.
Ils se mirent à s'asseoir, à piquer la terre et à faire des grimaces ("des manières") entre eux.
Ils s'étonnèrent de lui quand il renifla sa morve.
Ils levèrent leurs visages et le regardèrent
quand il éternua.
Il parlait déjà et leur adressa la parole.
Je ne sais pas ce qu'il leur dit à propos de l'origine de la parole,
et ils parlèrent leurs langues là-bas.
Ils se sont installés là-bas.
Il les conseilla jusqu'à ce qu'ils soient devenus matures
et qu'ils soient devenus des hommes qui discutent, qui leur parlent déjà.
Le clan dont on raconte l'histoire: toi, le grand, toi l'aîné.
Ils appelèrent la montagne là-haut Méherre, l'aînée.
Il enfanta Bwa mê Hué [tête chauve et cheveux blancs].
Il s'efforça de lui dire : tu vas partager les enfants, il dit Kaawiiba.
Tu ouvres, tu partages nos enfants.
Voilà, c'est comme cela qu'a débuté la parole des hommes,
après la naissance du chef (dieu).
Aujourd'hui nous sommes les fruits et les fleurs de cette parole concernant les hommes dans le pays.
Ils sont partout dans le pays
Lui là-haut sur la montagne Méherre, il était le chef, le chef des hommes.
L'aîné, il lui dit : toi, tu vas être notre Méherre, les hommes du pays le respectèrent.
Ils le respectèrent, le placèrent chef et emmenèrent des offrandes pour lui.
Les produits de la nature lui apparurent.
Le vent apparut, la pluie apparut, le soleil apparut.
Les produits de la mer apparurent, et les roussetttes et les notous, les crevettes et les anguilles.
Il fit cela et resta là-haut.
Il enfanta les hommes.
Il partagea entre eux les outils de travail.
Il donna le notou, il a son gardien, sa pierre sacrée.
Il donna la roussette, elle a sa pierre sacrée.
Il donna l'anguille, elle a sa pierre sacrée.
Il donna la crevette, elle a sa pierre sacrée.
Il donna le poisson, il a sa pierre sacrée.
Toutes ces choses-là sortent de la montagne là-haut, raison pour laquelle on l'appelle Méherre, l'aînée.
Il est chef, il est debout pour la première fois sur la terre.
Il devint un homme, il donne un outil à chaque personne
ses outils de travail, ils ressemblent à l'igname et au taro.
Il leur donne des outils de travail.
Il y a les gardiens des ignames.
Il y a les propriétaires des ignames et des animaux dont on a parlé.
Il y a les gens propriétaires qui gardent.
C'est toujours lui là-haut sur la montagne qui est le plus grand.
On dit de lui Méherre, Méori.
Oui, il a donné naissance à tous les hommes Bwa mê Hué.
Oui, puis les hommes ne l'ont plus respecté.
les gens, ils l'ont respecté jusqu'à ce qu'ils fassent la guerre contre lui.
Oui. Mais il a donné la pluie, il a donné le vent, il a donné le soleil.
Ils l'ont battu, eux là, ses enfants encore, ses petits frères et sœurs, eux qui ont fait la guerre contre lui là-haut.
Ils l'ont battu, ils ont été fatigué de le taper.
Il est devenu du vent, et il a fait le vent.
Mais le vent de la montagne là-haut s'est levé aussi.
un vent sacré, celui qu'on appelle tonnerre.
Puis il dit : si vous êtes fatigués, il serait bon que vous vous reposiez, je reviendrai me promener et vous trouver.
Il est parti lui là-haut la montagne et c'est comme cela que les embouchures (Thio, Canala, Nakéty) ont été inondées.
Si cela commence depuis Thio, Nakéty et Canala, ici aussi où nous restons au pays Kawipaa.
Mais il secoue la terre.
Les vagues se dressent vers ici et touchent là-haut les fonds de vallées.
Il n'y avait plus personne.
Ils reviennent en courant.
Ils lui disent : calmez-vous, vous le chef,
mais il n'y a plus personne, il n'y a plus rien.
Il s'est calmé.
On a dit, à lui là-haut sur la montagne, que lui, il va garder la terre.
Il était chef autrefois.
C'est nous aujourd'hui ses fleurs et ses fruits.
Nous sommes partout dans le pays, nous nous sommes répandus et nous sommes restés dans le pays.
Si cette langue est née là-bas, elle est parlée jusqu'à l'île des Pins.
Elle reste maintenant dans cette région, là-haut.
Il a traversé la chaîne là-haut, il a suivi vers l'intérieur du pays.
Ils sont arrivés là-haut.
Ils se savent pas où ils vont passer dans Nouméa.
Quand ils ont dit : aouh ! Nous avons plongé, on ne voit plus les pics de Méha.
Oui, ils ont fait ces déplacements.
Ils ont dû s’installer dans ces endroits-là, sans doute à Goro et à Borendy.
Oui, Touarou signifie : ils ne sont que deux [Lazare et Emmanuel, du clan Paoro], ils ont continué, ils ont renforcé la racine du pays.
Le nom de ce chef n'apparaît pas en entier, parce que son nom a changé.
Cela veut dire: mais il a peur qu'on va toujours l'attaquer.
Il a changé son nom, et il est arrivé jusque là-bas.

S1 doi

stop
Ȏ trunôdrö harri nâû mwâî mêrê ö-nâû nâ rri guha mênâ mê tréan.

Je pense que nous allons retracer l'origine de la parole des hommes.

S2 doi

stop
Rri gö ré nâû rru gi trévö méherre bwa mê hué.

Nous allons commencer avec l'histoire du premier homme Bwa mê Hué.

S3 doi

stop
Moo mwâ nâ truvö nââ nitröö ômwâti.

Il est apparu après dieu.

S4 doi

stop
Nâ truvö mwâ nâ arre kè chaa ‘monument’, nâ ré trurrö nörrö vérra mwâ.

Il ressemble à un monument qui s'érige tout seul comme cela.

S5 doi

stop
Nâ hwé guha nâ nî mê nâ ta bochî mê ache.

Il n'a pas de langue et il se bat avec la lune et le soleil.

S6 doi

stop
Nâ gö ré tachi.

Il les poursuit.

S7 doi

stop
Nâ truu âroa giwé âroa dra rê hidrö gi mwâ méherre.

Il reste seul sur la montagne qu'on appelle Méherre, l'aînée.

S8 doi

stop
Nâ tree bochî mê ache hwêêrö, nâ gö ta rru.

Il voit la lune et le soleil qui arrivent, il les attaque.

S9 doi

stop
Nâ ta bochî nirrînî nâ nuu ra nî bochî.

Il se bat avec la lune jusqu'à ce qu'elle disparaisse.

S10 doi

stop
Nâ gö hwêêrö mê nâ ache nâ gö ta ache.

Le soleil arrive et il attaque le soleil.

S11 doi

stop
Nâ tre rru nuarrö, nâ gö néu vèi rru mê ta rru pare rru nuarrö.

Il regarde dans l'eau, et il assèche l'eau.

S12 doi

stop
Nâ gö a chiwinô mwâî néiriwâ a hwêrö rru nirrînî âri niwirraa.

Il retourna encore au bord de mer.

S13 doi

stop
Nâ gö ré ta rru.

Il continua à les taper.

S14 doi

stop
Nâ gö a wari a ta rru, nâ gö a gôrô faku.

Il se fatigua de faire la guerre avec eux, il fabriqua un piège.

S15 doi

stop
Niê rê hidrö âro mwâ nâ faku nâ moo mwâ Hau.

C'est pour cela qu'ils disent de l'autre côté que Hau est un piègeur.

S16 doi

stop
Rê hidrö wâgu.

On dit "Wâgu" [terme ajië : le diable mélange les mots de différentes langues]

S17 doi

stop
Üü, rê gö hidrö âroa mwâ nâ nréu vèi rri rru nidrê âroa.

On dit là-haut qu'il a asséché la mare pour les retrouver.

S18 doi

stop
Rê hidrö fachii, chii.

On dit ‘faire la course’, ‘courir’.

S19 doi

stop
Nâ gö a wari, nâ gö a yoo âyo, âyo Méha.

Il se fatigua et resta là-bas à Méha. [tous les diables sont réunis à Méha ; ils ne parlent pas, ils tapent leurs propres ombres (ils n'ont plus rien à taper)]

S20 doi

stop
Nâ gö nô truu mwaa nô yoo mê drââ vö nî.

Il resta assis longtemps et le jour se lève.

S21 doi

stop
Nâ rê nô chiga rru nî.

Il se promena à cet endroit.

S22 doi

stop
Nâ ta wii-nî rru nuarrö.

Il attaque son reflet dans l'eau.

S23 doi

stop
Mwâ nâ ché nî nörrö mwâ va norri mê bwê wèi.

Il n'était pas seul, ils étaient déjà nombreux [au moins 3: Kawipaa (celui qui va partager les fils de Méherre), Péaçî, Nèkôu (nom d'un caillou, d'un endroit)].

S24 doi

stop
Nâ gö rri a nô yoo mê tatôi nitroo.

Ils s'installèrent et piquèrent la terre.

S25 doi

stop
Rri nô yerre wâô-rri mê wâfa-rri mê.

Ils coupèrent leurs cheveux et leurs barbes.

S26 doi

stop
Üü, nî, rri a gôrô charra nâ rri ni bê-yee.

Ils fabriquèrent des couteaux pour eux avec des bambous.

S27 doi

stop
Rri gö nô yoo mê tatôi nitroo mê gôrô mêrê câwâ mwâ gi rri.

Ils se mirent à s'asseoir, à piquer la terre et à faire des grimaces ("des manières") entre eux.

S28 doi

stop
Rri gö pöpanéwö gi moo-mwâ mwâ nâ tüü niré.

Ils s'étonnèrent de lui quand il renifla sa morve.

S29 doi

stop
Rri gö néwaroa niméé-rri voo-mwâ, gö tapiri tree nî

Ils levèrent leurs visages et le regardèrent

S30 doi

stop
mwâ nâ moro.

quand il éternua.

S31 doi

stop
Nâ gö a nô hawi wèi nâ hapéé rri.

Il parlait déjà et leur adressa la parole.

S32 doi

stop
Wé ché trâmwâ mwâ nâ hidrö néé é rri ö-nâû nââ mwâ guha,

Je ne sais pas ce qu'il leur dit à propos de l'origine de la parole,

S33 doi

stop
nê rri a gö hidrö mê guha nââ âyo.

et ils parlèrent leurs langues là-bas.

S34 doi

stop
Rri gö a ré truu ni truu mê yoo rru ni.

Ils se sont installés là-bas.

S35 doi

stop
Nâ gö a bêrê hawi nâ moomwâ va nirrînî nâ gö a horro wèi nâ trunôdö nâ rri

Il les conseilla jusqu'à ce qu'ils soient devenus matures

S36 doi

stop
mê rri a tréân mê faawi wèi, va hapéé rri wèi.

et qu'ils soient devenus des hommes qui discutent, qui leur parlent déjà.

S37 doi

stop
Famwâmwâ, nî rê gö hidrö é ni fanimo, (nù kè,) nù ati, nù mé-herre.

Le clan dont on raconte l'histoire: toi, le grand, toi l'aîné.

S38 doi

stop
Rri gö ni havèi mwâ ô giwé âroa mwâ méherre, mé herre.

Ils appelèrent la montagne là-haut Méherre, l'aînée.

S39 doi

stop
Nâ herre bwa mê hué.

Il enfanta Bwa mê Hué [tête chauve et cheveux blancs].

S40 doi

stop
Üü, nâ fahoro ni moomwâ nâ hidrö gi ni kèè fao mêrê mââmürre nâ hidrö kaawiiba.

Il s'efforça de lui dire : tu vas partager les enfants, il dit Kaawiiba.

S41 doi

stop
ka wii kèè fao mââwe nâ rru.

Tu ouvres, tu partages nos enfants.

S42 doi

stop
Moni a nâû nâ trévö nâ tréan moni,

Voilà, c'est comme cela qu'a débuté la parole des hommes,

S43 doi

stop
nitrö nâ omwâti nitrö omwâti bè-truvö nâ omwâti.

après la naissance du chef (dieu).

S44 doi

stop
Va mwani niê harri nimwâ rri a nô wâgé ni mê wa mwâ trévö nâ tréân rru noo nooré.

Aujourd'hui nous sommes les fruits et les fleurs de cette parole concernant les hommes dans le pays.

S45 doi

stop
Nâ dre terrua nooré.

Ils sont partout dans le pays

S46 doi

stop
Gö mwaa roa giwé nâ mwaa méherre, nâ gö a omwâti nââ nâ omwâti nâ tréân.

Lui là-haut sur la montagne Méherre, il était le chef, le chef des hommes.

S47 doi

stop
nî ati mââdé, nâ gö hidrö mwâ nù ka mé-herre rri, gö a fati ni nâ tréân rru nowo nooré.

L'aîné, il lui dit : toi, tu vas être notre Méherre, les hommes du pays le respectèrent.

S48 doi

stop
Rri fati mwaa tra va omwâti rri gö a nô chiarré tao mêrê hêrê-pwarrö é nî.

Ils le respectèrent, le placèrent chef et emmenèrent des offrandes pour lui.

S49 doi

stop
Nâ gö a truvö mêrê wio drôôtroo é nî.

Les produits de la nature lui apparurent.

S50 doi

stop
Nâ truvö nâ wânré, nâ truvö nâ wiyé, nâ truvö nâ ache.

Le vent apparut, la pluie apparut, le soleil apparut.

S51 doi

stop
Nâ gö truvö nâ hêrêwê mê pe mê chô, möi mê ômwaa mê.

Les produits de la mer apparurent, et les roussetttes et les notous, les crevettes et les anguilles.

S52 doi

stop
Nâ gôrô nâ mwaa roa truu wèi mwaa roa.

Il fit cela et resta là-haut.

S53 doi

stop
Nâ gö nöri mêrê tréân.

Il enfanta les hommes.

S54 doi

stop
Nâ gö fadre rri ni mêrê wio wakè mwâ.

Il partagea entre eux les outils de travail.

S55 doi

stop
Nâ nori chô, nâ fi nâ atruaa-nî arébö-nî véré-nî.

Il donna le notou, il a son gardien, sa pierre sacrée.

S56 doi

stop
Nâ nori pe, nâ fi nâ véré-nî.

Il donna la roussette, elle a sa pierre sacrée.

S57 doi

stop
Nâ nori ômwaa nâ fi nâ véré-nî.

Il donna l'anguille, elle a sa pierre sacrée.

S58 doi

stop
Nâ nori möi nâ fi nâ véré-nî.

Il donna la crevette, elle a sa pierre sacrée.

S59 doi

stop
Nâ nori nû nâ fi nâ véré-nî.

Il donna le poisson, il a sa pierre sacrée.

S60 doi

stop
Mê draé mwâ hêviniâ nu a chiroa (gi mwâ)âroa giwé niêrê hidrö gi mwaa Méherre.

Toutes ces choses-là sortent de la montagne là-haut, raison pour laquelle on l'appelle Méherre, l'aînée.

S61 doi

stop
Nâ omwâti, nâ trurrö moo rru drôôtroo.

Il est chef, il est debout pour la première fois sur la terre.

S62 doi

stop
Nâ gö mê tréân mwâ chaque tréân mwâ nori chaa wio-nî.

Il devint un homme, il donne un outil à chaque personne

S63 doi

stop
Wio wakè nâ nî nâ arre kè u mê tâ.

ses outils de travail, ils ressemblent à l'igname et au taro.

S64 doi

stop
Nâ nori wio wakè nâ rri.

Il leur donne des outils de travail.

S65 doi

stop
Rri fi nâ mêrê truaa nâ mêrê u.

Il y a les gardiens des ignames.

S66 doi

stop
Rri fi nâ mêrê âû mêrê u rare kè mêrê hêrêwê mwaare.

Il y a les propriétaires des ignames et des animaux dont on a parlé.

S67 doi

stop
Rri fi nâ voo mê âû rri truaa.

Il y a les gens propriétaires qui gardent.

S68 doi

stop
Nâ bêrê ti mââdé nâ mwaroa giwé.

C'est toujours lui là-haut sur la montagne qui est le plus grand.

S69 doi

stop
Rê hidrö gi ni méherre méori.

On dit de lui Méherre, Méori.

S70 doi

stop
Üü, nâ herre bwa mê hué tréân wânii.

Oui, il a donné naissance à tous les hommes Bwa mê Hué.

S71 doi

stop
Üü rri gö nî truu nâ tréân rri gö a nî mürre gi nî.

Oui, puis les hommes ne l'ont plus respecté.

S72 doi

stop
Voo, rri a nô fati mwaa hwêrö âni rri gö gôrô bùrù ta nâ nî.

les gens, ils l'ont respecté jusqu'à ce qu'ils fassent la guerre contre lui.

S73 doi

stop
Üü mwâ, nâ nori wiyé, nâ gö nori wânré, nâ gö nori ache.

Oui. Mais il a donné la pluie, il a donné le vent, il a donné le soleil.

S74 doi

stop
Rri gö a ta ni nâ va a, va ré va mâwe ni mwâî, va a mêtri-ni rri hoi via ta nâ mwaa âroa.

Ils l'ont battu, eux là, ses enfants encore, ses petits frères et sœurs, eux qui ont fait la guerre contre lui là-haut.

S75 doi

stop
Rri gö a ta ni, rri a wari a ta ni.

Ils l'ont battu, ils ont été fatigué de le taper.

S76 doi

stop
Nâ a wânré, nâ gö a ni gôrô mwâ wânré mwâ.

Il est devenu du vent, et il a fait le vent.

S77 doi

stop
Nâ truurö pare mwâ wânré âroa giwé.

Mais le vent de la montagne là-haut s'est levé aussi.

S78 doi

stop
wânré a hörrö nê hidrö gi mwâ nrorro.

un vent sacré, celui qu'on appelle tonnerre.

S79 doi

stop
üü, nâ gö hidrö mwâ nê wirriè ni wari, nâ haru mwâ wirriè trumôu wè o mwâké troadrô wirri.

Puis il dit : si vous êtes fatigués, il serait bon que vous vous reposiez, je reviendrai me promener et vous trouver.

S80 doi

stop
Nâ gö a ni trurrö nâ mwaaroa giwé ni nâ gö mê börrö nâ mê faérré a.

Il est parti lui là-haut la montagne et c'est comme cela que les embouchures (Thio, Canala, Nakéty) ont été inondées.

S81 doi

stop
Nê nî nâû kê mê Too mê Nèhèrè mê Hêrêye anâ pare mê ö-truu nâ rri a nèèriwâ Kawipaa.

Si cela commence depuis Thio, Nakéty et Canala, ici aussi où nous restons au pays Kawipaa.

S82 doi

stop
Mwâ nâ cherre drôôtroo.

Mais il secoue la terre.

S83 doi

stop
Mwâ nâ trurrö mê nâ wirraa âri, nâ gö pawere ni rru roa rru mê ô-nooré a.

Les vagues se dressent vers ici et touchent là-haut les fonds de vallées.

S84 doi

stop
Nâ gö hwé nââ tréân.

Il n'y avait plus personne.

S85 doi

stop
Rri gö chii mwâî.

Ils reviennent en courant.

S86 doi

stop
Rri gö hidrö ni, mwâ va yua wirri omwâti.

Ils lui disent : calmez-vous, vous le chef,

S87 doi

stop
mwâ nâ hwé wèi tréân, nâ hwé draé.

mais il n'y a plus personne, il n'y a plus rien.

S88 doi

stop
Nâ gö a yua nâ mwa, va moni.

Il s'est calmé.

S89 doi

stop
Rê gö a hidrö gi mwa âroa giwé, mwâ ni, nâ truaa drôôtroo.

On a dit, à lui là-haut sur la montagne, que lui, il va garder la terre.

S90 doi

stop
Nâ ômwâti, rru mê nâ ârrie mênââ.

Il était chef autrefois.

S91 doi

stop
Va gö harri mê wâgé-ni mê wa-ni nimwâ.

C'est nous aujourd'hui ses fleurs et ses fruits.

S92 doi

stop
Nri a dre nooré, rri a maini mê rri a nô truu mê nowo nooré fi

Nous sommes partout dans le pays, nous nous sommes répandus et nous sommes restés dans le pays.

S93 doi

stop
nê mwâ guha mwâ ni nâ truvö rruyo, moni fii hwèrö rru île des Pins

Si cette langue est née là-bas, elle est parlée jusqu'à l'île des Pins.

S94 doi

stop
Nâ gö truu ânâ mwâtîrî, âroa.

Elle reste maintenant dans cette région, là-haut.

S95 doi

stop
Nâ chirro rru roa, chawinô é newe nooré.

Il a traversé la chaîne là-haut, il a suivi vers l'intérieur du pays.

S96 doi

stop
Rri è ni hwèrö âroa.

Ils sont arrivés là-haut.

S97 doi

stop
(nâ gö) rri ché trâmwâ rri furu âé rru Nuuméa.

Ils se savent pas où ils vont passer dans Nouméa.

S98 doi

stop
Nê rri gö hidrö au rriè nrû nâ, rriè nêrê nrû rra Méha.

Quand ils ont dit : aouh ! Nous avons plongé, on ne voit plus les pics de Méha.

S99 doi

stop
Üü rri gö a gôrô é mwâ fâdro mwâ.

Oui, ils ont fait ces déplacements.

S100 doi

stop
Nê rri a (gö a) nii-ni, nâ mêrê, rri a nô yoo fi rru nâmwâ é, nê ni truu Gorro mê Bwèrèdrii.

Ils ont dû s’installer dans ces endroits-là, sans doute à Goro et à Borendy.

S101 doi

stop
Üü, Truauru, va truu auru trumwâ rru a nô féé, bé fahoro fi wââ nooré.

Oui, Touarou signifie : ils ne sont que deux [Lazare et Emmanuel, du clan Paoro], ils ont continué, ils ont renforcé la racine du pays.

S102 doi

stop
Nâ ché truvö terua nâ fârî wèi mwaa omwâti, dra nâ nô châché fi wèi fârî-ni.

Le nom de ce chef n'apparaît pas en entier, parce que son nom a changé.

S103 doi

stop
(nôbé) nâ nââ hidrö gi mwâ nâ bara pa rê nî bêrê ta nî.

Cela veut dire: mais il a peur qu'on va toujours l'attaquer.

S104 doi

stop
Nâ châché wèi mê fârî-nî, nî nâ fi hwêrö ânâmwâ.

Il a changé son nom, et il est arrivé jusque là-bas.