Rani Raut 2 doi


Lecture en continu :

Transcription par phrase
Autre
Traduction par phrase
fr
Transcription du texte complet


Traduction du texte complet
fr




Notes

1. (chant dédicatoire)
2. ta mahārāj bhanyā bakhatami ta mahārāj kolāuli koṭ ta bhanyo mahārāj rani rāut rani rāut ta mahārāj rani rāut ta bhanyo mahārāj kumāũ gaḍā ta bhanyo mahārāj kumāũ gaḍā ta mahārāj pitumbarko colo sitambarko naḍo ta banāunalāi ta bhanyo mahārāj kumāũ gaigaithyo |
3. janyā bakhatamī ta mahārāj ghar jhagaḍuwā ta bhanyo mahārāj rākhi gaithyo |
4. rākhnyā bakhatamī ta mahārāj ta dinko din hoigyo cha mahinā bāhra din hoigyā ta bhanyo mahārāj « āj samma bhaṇyo mahārāj mera raniyākī ciṭṭhī āuno na pattar āuno na kākalko pāt āuno » |
5. bhanyā bakhatami ta mahārāj ta uikī jiyā bairāgi jiyā ta bhanyo mahārāj āphnai man bhitra mahārāj uiko āphnai āphnai manmī ta bhanyo mahārāj gudgudi hoibara … gudgudi hoibara ta bhanyo mahārāj ta « ke ta kehĩ naĩ » ek gāũko bhalo manche thyo re |
6. ta mahārāj gāũko bhalo manche thyo re ui bolāibara bhanyo mahārāj « elā buwā tera chāpatiko jhol khai marellāi re ! ta mahārāj re mero rani gayā bāhra… bāhra bibbyā sāl bhaigyo » ta bhanyo mahārāj |
7. « gharko puruṣṭhī ta mahārāj ke cha kaso cha bhanibara bhanyo mahārāj bhanyā bakhatami āibara ek din bhanyo mahārāj kākalko pāt lekhdine nai » bhanya bakhatami ta mahārāj kākalko pāt ta lekhāhālthyo |
8. ta lekhāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj āphno paṭṭari suwā ta bhanyo mahārāj bolāihālthyo | ta bolāunyā bakhatamī kākalko pāt ta bhanyo mahārāj ta lekhāune ta kākalko pātmī lekhāune bakhatamī ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re |
9. [chœur] āho!
jiyā teri jiyā bairāgi śilā — bodalāiko lāunu
jiyā teri jiyā bairāgi śilā — bodalāiko lāunu
teri jiyā bairāgī śilā — kukur kunṭarunu
teri jiyā bairāgi śilā — kokalāko khānu
teri jiyā bairāgi śilā — kokalāko khānu
teri jiyā bairāgi śilā — kokalāko khānu
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha
teri lāunyā lugā phugā — jhagāḍuwā lāuncha
teri lāunyā lugā phuga — jhagāḍuwā lāuncha
teri lāunyā lugā bhāgā — jhagāḍuwā lāuncha
(…)
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha
ma re bairāgi jiyāko — higaḍo āuncha phāṭī
teri lāunyā lugā phugā — jhagāḍuwā lāuncha
ma re bairāgi jiyāko — higaḍo āuncha phāṭī
10. [récitatif] ta mahārāj (…) ta mahārāj bhanyā bakhatamī ta mahārāj bāis kumāũ āsām ta bhanyo mahārāj pitumbarīko naḍo sitambarko colo banāunalāi ta bhanyo mahārāj ranī rāut gaigaithyo |
11. janyā bakhatamī ta mahārāj bāhra bibbyā sāl bhaigyo na ciṭṭhi āuno na pattar āuno « gharko lilā dekhu » bhanyā taso |
12. bhanyā bakhatamī ta bairāgi jiyāle rai nasakibara rai nasakibara ta mahārāj ta āphnu gāũko jannyā sunyā bolāibara bolāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj kākalko pāt lekhidiyo |
13. kākalko pāt lekhne bakhatamī ta bhanyo mahārāj « buwā merā raniyāki alewārī banewārī canḍikā ṭikāmī pākā phurkāmī raijāli re ta bhanyo mahārāj kyāri kasori gharko lilā hauri cha tu tā̃ jaibara arām chai hā̃ » |
14. bhanya bakhatami ta mahārāj bhanya bakhatami ta mahārāj kākalko pātmī lekhibara dihālthyo | ta bhanyo mahārāj kākalkā pātmī « teri jiyā bairāgi silā kukuri kunṭarunu bodalāko lāunu kokalāko khānu » |
15. ta bhanyo mahārāj bhanya bakhatamī ta mahārāj « tero… teri khāne thāl māthi jhagaḍuwā khāncha teri ranai khāṭmī ta jhagaḍuwā rancha tero lāunyā lugāphugā jhagaḍuwā lāuncha » |
16. ta bhanyo mahārāj « ma re bairāgi jiyāko ta bhanyo mahārāj higaḍo āuncha kāmī » bhanya bakhatamī ta bhanyo mahārāj lekhibara bhanyo mahārāj kākalko pāt ta lekhihālthyo |
17. lekhnya bakhatamī ta mahārāj āphnu palyā paṭṭeri suwā bolāhālthyo |
18. paṭṭeri suwā bolāibara pakhyārmī ta bhanyo mahārāj pakhyārmī ciṭṭhi lekhibara paṭṭeri suwā ta bhanyo mahārāj bāis kumāũ phugāhālthyo |
19. phugnyā bakhatamī pipali caurāṇimī ta bhanyo mahārāj pipali caurāṇimī suwā ta bhanyo mahārāj ṭyā̃ ṭyā̃ ṭyā̃ ṭyā̃ aribara ta ta bollacha ta |
20. bollyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ta rani rāut ta bhanyo mahārāj chuṭṭi aribara usai pipalī caurāṇimī phuganthyo ta |
21. phugnyā bakhatamī agās takanthyo ta ta bhanyo mahārāj suwā bollāthyo « alā kaiko hai ke hai ? tera chāpatiko jhol khāi marellai re mera pālyā suwā hai ta mera kol ā bankhannī suwā hoi ta uḍi bāijā »|
22. bhanya bakhatami ta mahārāj ta bhanyo mahārāj suwā ta bharrarararara aribara bhanyo mahārāj kol uḍibara āigaithyo |
23. āunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj pakhyārmī takanthyo ta kākalko pāt lekheko ta kholibara heddathyo ta ta bhanyo mahārāj « mai muṇo » bhanyo mahārāj ciṭṭhi paḍhanthyo ta |
24. paḍhnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj lāl lāl ā̃khi bhor bhor ā̃khā ta lāl lāl mukh hoigaithyo | ta bhanyo mahārāj « āba kyāru kasaru yaikhi hunnethyo taikā sat bhā̃ṭā udā sāt bhā̃ṭā uwā cauddhā bhā̃tāki mālā aini hāllethyā sinkā ṭipdī giddu banāhāllethyā ta bhanyo mahārāj naṇg ṭipdo māsu banāhāllethyo aba kyāru kasoru taiko chāpatiko jhol khāi marellai re » bhanibara wa mahārāj laharei kāman thaharei kāman kukurai kāman waĩ hoigaithyo |
25. hunyā bakhatamī ta mahārāj kumāũ bāṭā hai mahārāj āphno nāu kaṭāyo re | nāu kaṭāibara ta bhanyo mahārāj āigaithyo ghara | ghar kolāuli koṭmī phugigaithyo |
26. kolāuli koṭa phugnyā bakhatamī ta mahārāj ta kolāuli koṭ phugne bakhatamī ta bhanyā mahārāj bhitra bāṭa hāi ta bhanya mahārāj rāni ta bhanya mahārāj pāu *chalibara aigaithi re | pāu *challu bhannā bhanyo mahārāj ghiko ghaiṭo lāibara āyo |
27. ta pāu *challu bhantyo ghiko bhantyo « elā tera chāpatiko jhol khāi marelli re tu kyāle tu kāman bhāī ke bhāī » ta bhanyo « ta ghi ghaiṭo ta pāu challu | — alā ma ta bhuligyaũ re dosro lyāunaũ »
28. hunera bhanyo mahārāj mahako ghaiṭo leibara ayācha | mahako ghaiṭo lyāune bakhatamī « alā teri anewār banewār nyāri jhalak malak » manāthyo re « ke bhayo kaso bhayo ? pāni le ho wa pāu challu » |
29. ta bhanyo mahārāj yai ta bhanyo mahārāj « mera ceta tasāī chāḍinna » re dhunera pachi pāni lei re ta bhanya mahārāj pāu chalibara bhitra gaigaithyā |
30. bhitra janyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj khānā pinā bhanyo mahārāj tayār hoigaithyo jhari jhajyā puri pakawān nau duna aṭhāra parkanta khāyā bhanyākā mukh bās khanyākā ta bhanyā mahārāj hāt bās ta bhanyo mahārāj nau duna aṭhāra parkanta banāhālthyo |
31. banāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj jiunār *sālibara rāni rāutailāi jiunār *sālihālthyo |
32. jiunār *sāllyā bakhatamī ta mahārāj dui… dui thāli rākhibara jiunār *sāli pasigaithyo |
33. « alā tera chāpatiko jhol khai marelli re ! ma ta eklai hũ khāne re bhanyo mahārāj dui jiunār kaikhilāi chā̃ṭi wā̃ ? — ke ta kaina rājāu ta bhanyo mahārāj hāmro āja bhol ḍuro ḍuro deu cha re bhanyo mahārāj ḍuro deu cha re ta uikhilāi ho hā̃ hā uikhilāi » |
34. bhanyā bakhatamī khāyo piyo jumā murkyo bāgaki jasi ḍakār gāḍyo |
35. gāḍnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ek jiunār korgā̃ini basihālthyo korgā̃inā hunyāle khāhālyo | khanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj « jiunār khanyā āgo khālo » bhanera bhanyo rani rāutale bhanyo mahārāj samāyo re ek tuwā khanyāidiyo āgo |
36. khanyāunyā bakhatamī āgo khanyāunya « pāni lai khālo bhane re » bhanyo ranile khanāihālthyo |
37. uiko bhanyo mahārāj uikhi ta khalgaḍā khuḍibara ta bhanyo mahārāj pāni na musā jaso banāhālthyo |
38. suna sunaũ ta bhanyo mahārāj gadāmm aribara mahārāj bāgki jaso thupro māri bhanyo mahārāj taiko jigilṭo samāibara « tera chāpatiko jhol khai marellai re ! tu ta gharko rekha dekh arai goru bāccha heddā kehĩ bhanibara bhanyo mahārāj chaḍi gayā̃ hũ re ta bhanyo mahārāj […] bhanibara ek hāt bhanyo mahārāj āphnu khā̃ḍo samāibara « tai kyāko dan phanyāũ ? » bhane bakhatamī ta bhanyo mahārāj ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re |
[tinaro hisāb rākhne kurā ho]
39. ā ho!
[tayār bhayāho pai janai ? bhanāla… āba…] ta mahārāj bhanya bakhatamī ta mahārāj… |
40. [chœur] gāḍai ghaṭṭa jotidiũlo dadā — ma jan mār
gāḍ ghaṭṭa jotidiũlo — ma jan mār dadā
lekaiko sāmal bokulo — ma jan mār dadā
lekaiko sāmal — ma jan mār dadā
gāḍ ghaṭṭa jotidiũlo — ma jan mār dadā
lek bhaiśā heridiũlo — ma jan mār dadā
ukālāiko ghoḍo hũlo — ma jan mār dadā
gaḍḍi guḍḍi kām allo — ma jan mār dadā
gaḍḍi guḍḍi kām allo — ma jan mār dadā
41. [récitatif] ta mahārāj tawa rani rāutle ta bhanyo mahārāj taikā jigilṭa samāune bakhatamī ta mahārāj jhagaḍuwā uṭhibara wālā jhā ā̃khā chāḍibara ta bhanyo mahārāj « aimukhai āis āj gaibhai cāni lāgigai aba ta mero marnāko ghaḍi āigyo » |
42. bhanibara ta bhanyo mahārāj parān patak patak addo hoibara hunyā bakhatamī ta mahārāj « dadā ma jan mār lek bhaĩsā heridiũlo gāḍ ghaṭṭa jotidiũlo ukalāko ghoḍo hũlo ukalāko ghoḍo hũlo ta bhanyo mahārāj gāḍ ghaṭṭa pisidiũlo gaḍḍi guḍḍi kām aridiũlo ta bhanyo mahārāj ma jan māra dā » |
43. bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj rani rāut ta bhanyo mahārāj « sā̃cci ta bhani lā kyāddai kaso addai bhanyo mahārāj ahile ek thākaḍā lāgī bhanyo mahārāj itno parān tero kāṭnuparyo mera ke hāt āune ho re uso uso ta tasai bhaiyā pai tasai thakaḍā ta bhanyo mahārāj tuisãga lāidiũlo ! bhaigyo » |
44. bhanera bhanyo mahārāj jhulukka ghām jhulkyo ṭulukka ausī ṭulki gaibhaisikā bandhan khulyā thaḍbaḍi khalāko kacāharī juḍyo kholi āgalo paryo |
45. ta bhanyo mahārāj kholi āgalo paryo ta bhanyo mahārāj jāgo jāgo hunya bakhatamī ta bhanyo mahārāj « elā bāis lākh… bāis mār jiteko lākho cha goṭh ta bhanyo mahārāj lyāsa tai » bhanera bhanyo mahārāj bāis lākh… bais mār jiteko lākhā dāuni bhori khalāmī laibara ta bhanyo mahārāj kāṭihālcha |
46. kāṭnyā bakhatamī ta mahārāj kāṭne bakhatamī ta bhanyo mahārāj dui anḍarakaṭṭya bhāi bhayā anḍaro bheḍihālthyo masu jammai khāhālthyo aṅḍaḍo bheḍibara dui bhāi anḍarakaṭṭe bhāi bhaigaithyo |
47. bhane mahārāj « jhagaḍuwā jaidin ma eklo hũlo tuile toknu ho jaidin kām paḍanna uidin taile toknu ho ta bhanyo mahārāj tu anḍarakaṭṭe bhāi bhayā » |
48. hunyā bakhatamī ta mahārāj ta dui anḍarakaṭṭe bhāi bhaibara ta bhanyo mahārāj ui rānile bhanyo mahārāj usāilāi saũpidiyo saũpidiyo |
49. saũpanyā bakhatamī ta mahārāj āphnu jogiko bheṣ leibara rani rāut ta bhanyo mahārāj […]
ta mahārāj rani rāut āphnu bhanyo mahārāj sāt hātki ta bhanyo mahārāj cimaṭā banāibara ger pāni laṭā lāibara gāũ gāũ ḍullu pasijancha |
50. gāũ gāũ ḍullyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ta gāũ gāũ ḍullyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj wā̃i kolāuli koṭ gayo usaikā māit gayo purānā māit |
51. purānā māit jāibara ta bhanyo mahārāj ta pipali cauraṇimī basiraithyo pipali cauraṇimī basibara ta bhanyo mahārāj āba uikhi sāli āunthi bhimlaḍā udā |
52. bhimlaḍā udā āunthi ta ta bhanyo mahārāj pipali caurāṇimī takanthi orkanthi pharkanthi ta bhanyo mahārāj : (…) « ta cauḍunnī ta bhanyo mahārāj cauḍunnī taku bhinājuki jaisi ā̃khaki … nākakī nauṭuṇi taku bhinājuki jhai hātakā bāuṭunni taku bhinājuki jhai ta bhanyo mahārāj u ho raicha kaso raicha ? bhanyo mahārāj .... cor cāṭyā dhā̃ḍi kāphali naicāko maicā ko hai ke hai ha ko hai ke hai ? tero chā̃ṭ kā̃ṭ dekhera mero bhināju rani jaso lāgannācha »
53. bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj « elā aur ko ta ko nahĩ re ta bhanyo mahārāj tero bhināju raniki rāut mai hũ » |
54. bhanyā bakhatamī ta mahārāj « tui bhaibara ta bhaigyo pai » bhanibara ghar jāibara koseli aribara bhanyo mahārāj āphnu ijābuwaki bhanihālthyo |
55. « alā āja hāmra bhināju bhanyo mahārāj rani rāutki calāi hoiraicha re » ta bhanyo mahārāj khānī pini jharjhajyā puri pakhawān je banāunyā ho banāhālthyo |
56. hunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj duwai baḍḍā baḍḍile sallāha garihālthyo |
57. garnyā bakhatamī khāne ta bhanyo mahārāj jharjhajyā puri pakhawān nau dunā aṭhāra parkanta banāhālthyo |
58. jāibara ta bhanyo mahārāj rani rāutle ta bhanyo mahārāj āphnā jyu sasurā sãga āphnā jyu sasurā sãga ta bhanyo mahārāj bhannu pasi jānthyo |
59. « ke ta kehĩ nahĩ bhanyo mahārāj mero bolyā bacan dine bhāya mattar khānā khānchu niti ma khānaina hā khānaina » |
60. « elā ke bhayo kaso bhayo kaso bhayo ke bhayo » bhanibara bhanyo mahārāj baḍḍā baḍḍi sodhathyā « ta jyunār ta ho khānā khā ta bhanyo mahārāj arnya kurā arihāllā — naĩ ta bhanyo mahārāj palli wacan bola pai bhanyo mahārāj ma jyunār khānchu niti khānaina » |
61. « taso bhaibarī ta bhanyo mahārāj je bhanallai diũlā » bhanibara bhanyo mahārāj wacan boligaithyā | wacana bollyā bakhatamī ta mahārāj wacana bollyā bakhatamī ta wacana bhantyo mahārāj khāni pine khāibara « ke ta kehī nahĩ kelāi āyā hau ke āyā hau ke bhanyai ? — ke ta kehĩ nahĩ bhanyo mahārāj bhim lāḍā udā ma dinuparyo — hā̃ ? — ma dinuparyo » |
62. « — elā tuile ke bhani kaso bhani ail bhanihāli āba kyāru kasoru » bhanibara duai baḍḍa baḍḍi caṭpaṭāibara | bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj « tyo ta meladeu kolāulile bareko bān ho ta bhanyo mahārāj uikhi... uisanga kaikhi callai ! jan arai buwā » bhanyā bakhatamī « jaiko bhae pani aba wacan boligyā laijāncha laijā » |
63. bhanibara bhanyo mahārāj bihāki tayāri aribara ta bhanyo mahārāj ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re …
64. ta bhanyo mahārāj jhulukka ghām jhulkyo ṭulukka ausī ṭulki gaibhaisikā bandhan khulyā thaḍbaḍi khalāko kacahārī juḍyo kholi jāgo jāgo bhayo ta bhanyo mahārāj kholi āgalo paryo |
65. parnyā bakhatamī ta mahārāj ta bhanyo mahārāj ta wā̃ baryā̃t ta bhanyo mahārāj rani rāutle āphnu tayāri tuyāri aribara ke bhā̃tle bāṭā lāgi jāncha re…
66. āho!
[chœur] meroi sor gāidirayā — sāth sãgini
meroi sor gāidirayā — sāth sãgini
ḍā̃ḍā kā̃ḍā ghā̃s kāṭanthya — sāth sãgini
ḍā̃ḍā kā̃ḍā ghā̃s kāṭanthya — sāth sãgini
sãgai jānthyā goru bākharā — sāth sãgini
sãgai jānthyā goru bākharā — sāth sãgini
sãgai jānthyā ḍā̃ḍā kā̃ḍā — sāth sãgini
sãgai jānthyā ḍā̃ḍā kā̃ḍā — sāth sãgini
meri sor gāidirayā — sāth sãgini
meri sor gāidirayā — sāth sãgini
67. [récitatif] ta mahārāj bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj phāgāri phāg gāunthin ta bhanyo mahārāj kolāuto baḍāĩ adda pasi jānthyā |
68. arnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj baryā̃t bāṭā lāgigaicha pachā hilo naĩ agāḍi dhulo naĩ ta bhanyo mahārāj cait basiṅga phulāī ta bhanyo mahārāj kolauto thyā ta bhanyo mahārāj |
69. bhanya bakhatami ta mahārāj āphnu alkawa kalkawa ghoḍo nāli khā̃kar māno cā̃ph lāibara ta bhanyo mahārāj rani rāut garamm garamm garamm aribara bhanyo mahārāj gaigaithyo |
70. janyā bakhatamī ta mahārāj baryā̃t ta ghar phugigaithyo | phugnyā bakhatamī ta mahārāj khāne bhaicha pinī bhaicha ta bhanyo mahārāj uṭhā bhaicha basi bhaicha |
71. hunyā bakhatamī sabai ta bhanyo mahārāj… hunyā bakhatamī dosro din ta bhanyo mahārāj jhulukka ghām jhulkagyo ṭulukka ausī ṭulkigai gaibhaisikā bandhan khuligyā thaḍbaḍi khalāko kacahārī juḍigyo kholi āgalo paryo jāgo jāgo bhayo |
72. hunyā bakhatamī ta mahārāj ta bhanyo mahārāj hunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ta (…) ke bhā̃tle bhanu pasi jancha re …
73. [chœur] sāiba kaisā baraṇaki— baryā̃t āicha wa kaisā baraṇaki
sāiba kaisā baraṇaki— baryā̃t āicha wa kaisā baraṇaki
sāiba pelā baraṇako — byāulo āicha wa pelā baraṇaiko
sāiba pelā baraṇako — byāulo āicha wa pelā baraṇaiko
caitakā basiṇga phulāĩ— baryā̃ta āicha wa basiṇga caita
(…)
rātā baraṇaki— byāuli āicha rātā bāraṇako
sāiba pachāḍi dhulo naĩ— baryā̃t aicha agāḍi hilo naĩ 
sāiba pachāḍi dhulo naĩ— baryā̃t aicha agāḍi hilo naĩ 
74. [récitatif] ta mahārāj ta bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj kaisā baranakī baryā̃t āicha hunyā bakhatamī ta ta guḍ milyā raṁgako baryā̃ti āichana caita basiṇ phulāī ta bhanyo mahārāj kolāuto thyā phelā baraṇako ta bhanyo mahārāj byāulo thyo rātā baraṇaki bhanyo mahārāj byāuli thi |
75. bhanyā bakhatamī ta mahārāj tinaro ta pachāḍi hilo naĩ agāḍi dhulo naĩ hunyā mahārāj tasai raṁgki baryā̃t aithi |
76. bhanibara ta bhanyo mahārāj bhanyā bakhatamī gāinā gainā pāttar pāttar nacnā nacāiyā bājā bājittar ta bhanyo mahārāj jammai lāibara ta bhanyo mahārāj rani rāutle āphno bihā arihālthyo |
77. āphnu bihā arnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj rājāko celo kā̃kaḍāko belo ta bhanyo mahārāj ājko jaso bhola bholako jaso porki ta bhanyo mahārāj cha mahinā barṣa din hoigyā |
78. hunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj hunyā bakhatamī ta mahārāj ta meladeu kolāuli mau ta bhanyo mahārāj : « alā buwā bhaiyā pai yai muṇākā hāmai māttar thyā ta bhanyo mahārāj hām bhanna ucita ko nikalyo ko nikalyo hā̃ ? — ke ta kei naĩ le bhanyo mahārāj hamile bareko bān bhanyo mahārāj rani rāutle laigyo nāu ui rāut ta bhanyo mahārāj ui rāutle bhanyo mahārāj hām jaso birki bhanyo mahārāj bareko bān laigyo » |
79. « taiko ta bhanyo mahārāj bhaigyo sinkā ṭipdī giddu naṇg ṭipdo māsu ta bhanyo mahārāj adhā adhā phaḍ cotā jhā cāphnā caudda bhā̃ṭā udā sāt bhā̃ṭā uwā… sāt bhā̃ṭā udā sāt bhā̃ṭā uwā cauddā bhā̃ṭāki mālā ainibara bhanyo mahārāj taiki ta musā jhai khālgaḍī khiṭihālālu lau ! » bhanibara sallāhā hoigaithyo |
80. sallāhā hune bakhatamī ta mahārāj sallāhā hune bakhatamī ta mahārāj ta hune hune ta bhanyo mahārāj bāsā parbhāt bhanyo mahārāj unari re unari bhanyo mahārāj hoijāncha : « alā buwā ! hoiyā pai ! uiko ta sāt bhā̃ṭa udā sāt bhā̃ṭa uwā ta bhanyo mahārāj caudda bhā̃taki mālā kicihālā kyā » |
81. bhanyā bakhatamī ta mahārāj dinko din hoigaithyo hune bakhatamī ta mahārāj cha mahinākī ta bhanyo mahārāj garbhiṇi bhimlaḍā udā ta bhanyo mahārāj bhimlaḍā udā cha mahināki garbhini hoigaithi |
82. hunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ek din ta bhanyo mahārāj meladeu kolāuli mau bhanyo mahārāj āphnā lugā bhāgā kasi ta bhanyo mahārāj aphnā ta kalkawa ghoḍā kasibara nāli khā̃kar māno cā̃ph lāibara bhanyo mahārāj gidgidgidgidgidgidgidgid jāi bhannācha |
83. jānyā bakhatamī « elāu ke bhayo kaso bhayo acamma mannu bhanyo mahārāj meri yai kolāuli koṭmī āja samma bhanyo mahārāj koi bhanyo mahārāj bābuko ta bhanyo mahārāj bābuko lāl koi paidā bhayā hoina ail gidgid bhaḍbhaḍ ta bhanyo mahārāj dekhinnācha » |
84. ta bhanyā bakhatamī « kasari bhanyo mahārāj yo gidgid hunnācha kasari bhaḍbhaḍ hunnācha | ko ho ke ho jhyāli kāphali... ḍhā̃ḍi kāphalī naicāko maicyā jogi jalyāntari bhāt bhikāri ko ho ke ho ? » |
85. āphno palyā palyā chāḍibara bhanyo mahārāj « tinari talāsimī jā » bhanyo mahārāj bhanyā bakhatamī meladeu kolāuli mau ta bhanyo mahārāj […] meladeu kolāuli mau airaichan |
86. bhanyā bakhatamī rani rāut ta bhanyo mahārāj kyāru kasoru ekalai hoigyā aba kyāru kasoru bhanibara bhanyo mahārāj aphnāi hāt baṭa ciũḍanthyo ta « e jhagaḍuwā ! — hā̃ ? — ke ta kei naĩ tera cāpatiko jhol khāi marellai re budi āba ta āpat paḍigai yā̃ paḍigai hā paḍigai re ! hiṭ masãga » |
87. bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj gharkī ui rānile sikāibara bhanyo mahārāj « dadā ma ta » bhanyo mahārāj ek... ek kopaḍo bhanyo mahārāj *piṭhāibara dihālyo : « jā̃khi tā̃khi bhanyo mahārāj bāṭā muno jāllai bahira basai kopaḍā bhanyo mahārāj piṭhāyā kopaḍo hālidiyai ma ta ragat paryo bhanibara mahārāj jan gayai » |
88. bhanyā bakhatamī « bhaigyo » bhanibara āba jhagaḍuwā bhanyo mahārāj ta āba bāta jawa ta bhanyo mahārāj kolāuli koṭmī ta bhanyo mahārāj cāḍḍyā bakhatamī ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re…
89. [chœur] ā ho!
sāiba sarpa khalakana / bāṭoli lāgyo wa sarpa khalakana
sāiba jumi malaśāuna / bāṭoli lāgyo wa jumā malaśāuna
sāiba ā̃khi kiṭkāuna / bāṭoli lāgyo wa ā̃khi kiṭkāuna
sāiba jumi malaśāuna / bāṭoli lāgyo wa jumi malaśāuna
sāiba sarpa khalakana / bāṭoli lāgyo wa sarpa khalakana
sāiba sarpa khalakana / bāṭoli lāgyo wa sarpa khalakana
sāiba ā̃khi kiṭkāuna / bāṭoli lāgyo wa ā̃khi kiṭkāuna
sāiba danta jhalakāuna / bāṭoli lāgyo wa danta jhalakāuna
sāiba sarpa khalakana / bāṭoli lāgyo wa sarpa khalakana
sāiba ā̃khi kiṭkāuna / bāṭoli lāgyo wa ā̃khi kiṭkāuna
sāiba ā̃khi kiṭkāuna / bāṭoli lāgyo
[…]
90. [récitatif] ta mahārāj « alā budi ! jhagaḍuwā ! ta bhanyo mahārāj mero lugo bhāgi leide mero hatiyār leide mero kalkawā ghoḍo kaside ta bhanyo mahārāj āba bhanyo mahārāj rahabkī ghāṭ ta bhanyo mahārāj meladeu kolāuliki jā̃t hunnācha hunnācha re » |
91. ta bhanyo mahārāj « āb hunaina » ta bhanyo mahārāj hune bakhatamī bhanyo mahārāj uiko lugā phugo leidiyo hāl hatiyār leidiyo ta bhanyo mahārāj kalkawa ghoḍo nāli khā̃kar lahālyo māno cā̃ph lahālyo |
92. launyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj āphnu sābai kasibara ta bhanyo mahārāj bāṭalā janyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj jumi malaśāuna bāṭoli lāgyo danta jhalakāuna bāṭoli lagyo ā̃khi kiṭkāuna bāṭoli lāgyo |
93. bhanyā bakhatamī ta mahārāj ta rani rāut sãga jhagaḍuwā gaicha re ek gũḍo ukalibara bhanyo mahārāj « dadā mero dadāki alewāri balewāri canḍikā ṭikamī pākā phurkāmī raijāli re ma ta dadā… ma ta dadā bimār hoibara rāgat paḍigyo rāgat paḍibara bhanyo mahārāj yai tokdā » | bahira jāne bhanyo mahārāj piṭhāyā kopaḍo bhanyo mahārāj raṁg yaso hāllai bhanyo mahārāj « ma ta sakdaina » |
94. « alā buwā naisaknyā bhaibari hām (…) āyā hũ āba ke ma dosro khojũ ta ṭhikai cha » bhanera mahārāj ta āphnu kalkawā ghoḍo samāibara rani rāut āphnu ta bhanyo mahārāj meladeu kolāuliki jā̃t gaicha |
95. janyā bakhatamī ta mahārāj melādeu kolāulile ta bhanyo mahārāj melādev kolāulile rātko bhai ta bhanyo mahārāj rātko ta bhanyo mahārāj mittur lagyāuni sattur ṭaḍyāuni rāt ta bhanyo mahārāj gale balla dāuni ta tasa rāt ta bhanyo mahārāj rāt ek tir hāṇyo bhanyo mahārāj lāgaina |
96. dosro tir hāṇyo ta bhanyo mahārāj pāũ tira chāḍidiyo tesari tir hāṇyo ta bhanyo mahārāj dāina tir chālyo ta bhanyo mahārāj chāllyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ekalo kati tekalo |
97. ta bhanyo mahārāj uikhi ta phuiju thi ui ta eklai cha | hunyā bakhatamī ta mahārāj gidgidgidgidgid aribara bhanyo maharāj melādeu kolāuli bhanyo mahārāj tir hāṇyo ta bhanyo mahārāj chātimī rani rāutko lāyo re|
98. tā̃i muḍo mahārāj muḍ kāṭera ta bhanyo mahārāj rani rāut ta kolāuli koṭ ta bhanyo mahārāj ui muṇo mahārāj siddihālyo |
99. siddyāunyā bakhatamī ta mahārāj siddyāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj gāũ gāũ ḍhā̃ṅro hoigyo gāũ gāũ ḍhā̃ṅro hoigyo « rani rāut meladeu kolāuliki jāt ta bhanyo mahārāj muḍ kāṭihālyo » |
100. bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj gāũki raṇi nagāraki bāsi ta bhanyo mahārāj narunya koi naĩ khāli ta bhanyo mahārāj jammai ta bhanyo mahārāj runu pasigaithyā |
101. runyā bakhatamī ta mahārāj dinko din bityo wā̃ baṭāī ta bhanyo mahārāj meladeu kolāuli mau bhāi jammai āyā |
102. āunyā bakhatamī ta mahārāj cha mahināki ta bhanyo mahārāj garbhini thi bhimlaḍā udā bhimlaḍā cha mahinaki gharbhini hunethi re bhanyo mahārāj ta ui samāibara ta bhanyo mahārāj musalle ta bhanyo mahārāj cha mahināko phālibara bhanyo mahārāj rāni samāibara bhimlaḍā udā samāibara laigaicha |
103. bhimlaḍā udā laijāhālthyo | laijanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj cha mahināko tuyalu sobhi ta bhanyo mahārāj śiśnakā jaḍā thyo | śiśnakā jaḍā ta bhanyo mahārāj cucaḍāthyo | cucaḍḍyā bakhatamī ta mahārāj cyāhā̃ cyāhā̃ cyāhā̃ cyāhā̃ addāthyo |
104. arnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj raniki… raniki jiyā ta bhanyo mahārāj bairāgi silā ta bhanyo mahārāj « ko hai ke hai ta bhanyo mahārāj koiko ho ke ho yo bālak runyā ? » bhanibara « koiko ho yo bālak runyā ? » bhanibara bhanyo mahārāj śiśnuka jaḍā takanthyo ta |
105. ta bhanyo mahārāj « anewār dekhu merai ranīkī jasi banewār dekhu meri ranikī jasi | koiko hai ke hoi yo ta cha mahināki tuhelu chuyā ? » |
106. bhanyā bakhatamī ta mahārāj āphu sāt phukār āribara ta bhanyo mahārāj bairāgi jiyā bhannu pasi jancha | ke bhannu pasi jancha… ke bhā̃tle bhanu pasi jancha re |
107. (partie chantée inaudible)
108. ta maharāj hunyā bakhatamī ta mahārāj « mera raniko sācillo puta hollai sungeḍi thākaḍimī aijā ta koi bairako hollai ta nai āllai » | bhanibara ta bhanyo mahārāj āphnu sāt phukāribara jiyā bairāgi śilāle ta bhanyo mahārāj bairāgi śilāle ta bhanyo mahārāj sāt phukārihālthyo |
109. sāt phukadde bakhatamī cyāhā̃ cyāhā̃ addo ta bhanyo mahārāj ta phugigaithyo | ta sungeḍi thākaḍimī cha mahināko tuyalu sobhi ta bhanyo mahārāj ṭhakaḍimī aigaithyo |
110. bhanyo mahārāj « merā raniko ta bhanyo mahārāj sācillo puta hollai merā raniko puta hollai ta ta bhanyo mahārāj merā raniko puta hollai ta ta bhanyo mahārāj mera chāti dudh phulijāũ goṭh thāḍu gāi cha goṭh thāḍu gāi cha ta bhanyo mahārāj u pani beijāu » bhanibara ta bhanyo mahārāj āphnu sāt phukarihālthyo |
111. sāt phukaddyā bakhatamī ta mahārāj sāt phukaddyā bakhatamī (…)
ta mahārāj bhanyā bakhatamī (…)
sungeḍi thākaḍimī aigaithyo goṭh thāḍu gāi beigaithyo bairāgi jiyākā ta bhanyo mahārāj chāti dudh phuṭigaithyo |
112. phuṭnyā bakhatamī rājāko celo kā̃kaḍāko belo dinko din ta bhanyo mahārāj diũso biũso hoibara ta bhanyo mahārāj diũso biũso hoibara ta bhanyo mahārāj hāmat hāmat kāmat kāmat bālo hoigaithyo |
113. kāmnyā bakhatamī ta mahārāj āba dinko din bhayo mahārāj paṁgeli khelyā hoigaithyo ṭhiḍi dāphalo khelle hoigaithyo |
114. ṭhiḍi dāphalo khelle hoigaithyo ṭhiḍi dāphalo khelibara ta bhanyo mahārāj ta koilai bhanyo mahārāj kasāikā ta moṭṭā pharkāidinthyo koilāi kasāikā suppā pharkāidinthyo | biskun le hā̃ biskun le ta bhanyo mahārāj biskun le ta bhanyo mahārāj hālibara ta mahārāj dinko din hoigaithyo |
115. hunyā bakhatamī ta mahārāj « elā buwā elā buwā ! tero chāpatiko jhol khāi marellī re ! bhanyo mahārāj aḍuwai caḍuwai surāi sakati ta bhanyo mahārāj yai mulyā koiko leyāhai ? hā̃ koiko leyāhai tuile tuile koiko leyāhai ? » |
116. « ta bhanyo mahārāj kasaikā naṅgalā phālidincha kasāikā pholā pharkāidinnācha kasāikā gwālā māri dinnācha kasaikā kei addācha | kāhā̃ lei ke lei hā̃ yai mulya ?! » |
117. chāḍibara ta bhanyo mahārāj ghar muṇo bhanyo mahārāj ta dikka lāibara bhanyo mahārāj bhanyā bakhatamī « elā buwā teri ijā rāṇo tui celo māranna re khānnā re tasoi bhaibari tero buwā ranuwā bhanyo mahārāj melādeu kolāuli mau ḍhan kaṭāũ tera buwā tasāī bhā̃t hunāle hoilā tum » bhanyo mahārāj « janajai bairiki taraka uiko sāt kul narak ta mahārāj jain bairāki tero tarak uiko sāt kul narak » |
118. mahārāj « kā̃ thyo koitira thyo ek suppā badalā dui suppā le dhān ek naṇgalā ek naṇgalā badalā dui naṇgalā le buwā bhanyo mahārāj mero buwā raniyāki bhanyo mahārāj kā̃ kāṭiyā hun (…) koikole bhaṇ mahārāj bhanihāl !» |
119. bhane bakhatamī ta mahārāj pipāli caurāṇimī jāibara ta bhanyo mahārāj pipala caurāṇimī jāibara jheppoi ceppoi huḍkeli bhanyo mahārāj gāũ gāũ māgu bhanibara dholile bhanyo mahārāj jhyāppa jhuppo jhyāppa jhuppo aribara āunācha |
120. āunyā bakhatamī pipali caurāṇīmī takanthyo ta ta bhanyo mahārāj pipali cauraṇīmī ta bhanyo mahārāj cha mahināko tuyalu sobhi pipali caurāṇimī basiryo | ta bhanyo mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā bhanyo mahārāj hukkā jasi sulpa laijāibara tamākhu māgu bhanibara jānthyo ta wā ta bhanyo mahārāj |
121. tuyālu sobhi dekhadāle ta bhanyo mahārāj : « alā buwā nākh dekhi merai riṭhiki jaisi raniyāki jaisi oitira bhanyo mahārāj goḍāĩ joliya dekhu merai riṭhi raniyā jasi ta bhanyo mahārāj nākhakī nauṭunni dekhu merai riṭhi raniyāki jasi » |
122. « elā buwā ko hai ke hai tera chāpatiko jhol khāi marellāi re bhanihāl | merā riṭhi raniyāki jasi anewār haigai kyāru kasoru merā riṭhi raniyā ta bhanyo mahārāj ko hai ke hai ta hā̃ ? » |
123. « — ko ta kei naĩ re ta bhanyo mahārāj sobhi rāut ma hũ bhanyo mahārāj cha mahināko tuyalu sobhi hũ — alā buwā dagati dagati bhaigai ta bhanyo mahārāj mera riṭhi ranikī ta bhanyo mahārāj kolāulī koṭmī bhanyo mahārāj dhaturo umarigaithyo re tu bhaigai ta hoigyo » | bhanibara jheppoi ceppoi ḍholi gidgidgidgid aribara jāna pasi jānthye |
124. jānyā bakhatamī ta mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā basā parbhāt wā̃khi jānthyā ta bhanyo mahārāj āphno kalkaṭṭo laijānthyā sahaliya uikhi dhukāibara āunthyā |
125. ta bhanyo mahārāj ui mulyā sanga ke nikāllathyo āphnu bhanyo mahārāj sahaliya laijānthye basā uikhi khāī āunthye parbhāt wāikhi khāī āunthye |
126. āphna riṭhi ta bhanyo mahārāj tuyalu sobhi sãga ta bhanyo mahārāj ta bhanyo mahārāj « tero buwā rani rāut bhanyo mahārāj melādev bhanyo mahārāj kolāulile kāṭyā ho re ta bhanyo mahārāj kāṭyā ho re ta bhanyo mahārāj āba bhanyo mahārāj tuile lai muḍko muḍ lināu » bhanebari ta bhanyo mahārāj |
127. bhanyā bakhatamī ta mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā ta bhanyo mahārāj uisãga bhannāchan ta bhanyo mahārāj « kumaiko thasko diũlā jhakuliko phanko diũlā ā̃khiko kiṭkiṭko diũlā »
ā ho… ta ke bhā̃tle bhanu pasi janchan re |
128. [chœur] sāiba kumaiko thasko diũlā— (…)
sāiba jaguliko phanko diũlā— (…)
sāiba ā̃khiko kiṭkiṭ diũlā— (…)
(…)
(…)
(…)
(…)
129. [récitatif] ta mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā ta bhanyo mahārāj kolāuli koṭ rani rāut jaidin bhaithyo uidin holā ta bhanyo mahārāj kolāuli koṭ jān chāḍihālthyo | kolāuli koṭ jān chāḍibara āba gati hoigai hāmro riṭhi bhanyo mahārāj tuyalu sobhi hoigaicha |
130. bhanyā bakhatamī āphnu riṭhi sobhi rāutki ta bhanyo mahārāj melādeu kolāuliki jā̃t āigai ta bhanyo mahārāj […]
ta mahārāj […]
elā sobhā rāut ta mahārāj āphnu kalkawa ghoḍo nāli khā̃kar māno cā̃ph lāibara ta bhanyo mahārāj ta gidgidgidgidgid aribara melādeu kolāuliki jā̃t aigaithyo |
131. melādeu kolāuliki jā̃t ta bhanyo mahārāj chatti bichattikā lek ta bhanyo mahārāj thaḍbaḍi chalāmī ta bhanyo mahārāj rājā mahārājā ta bhanyo mahārāj jati thyā bhanyo mahārāj jammai āphnu khel kāugat koi ārekā chan koi kāī chan ta bhanyo mahārāj |
132. arnyā bakhatamī ta mahārāj meladeu ta kolāuliki jā̃t mahārāj « alā ek roṭo meladeu kolāuli ta bhanyo mahārāj rāni hāllathi coribara khāhālyo ta ! dosaro lāuna hāllathi bhanyo mahārāj laijāibara ceppoi jheppoi ceppoi ḍholi dihāllathyo ! ta bhanyo mahārāj tesro roṭo hālihāllathi taso bhanyo mahārāj jheppoi ceppoi ḍholi dihāllathi ! » |
133. « alā buwā ! » (…)
bhanyā bakhatamī ta mahārāj melādeu kolāulimī jā̃tmī ta bhanyo mahārāj ek roṭo hālli cha bhanyo mahārāj ek roṭo cori jāncha dosro roṭo hālli cha dosro roṭo cori jāncha | (…)
134. cornyā bakhatamī ta mahārāj « elā ke bhayo kaso bhayo anumāni kathā ta bhanyo mahārāj hunne laigyo ke laigyo » |
135. bhanyā bakhatamī jati thyo mahārāj jati roṭā u thi bhanyo mahārāj coribara āphnu jheppoi ceppoi huḍkiyā dihāllāthyo | ta bhanyo mahārāj gawānki ta bhanyo mahārāj jholā mahārāj jholā banāibara jheppoi ceppoi huḍkelile bhanyo mahārāj jammai bharihālthyo |
136. bharnyā bakhatamī ta mahārāj āba bhanyo mahārāj jhulukka ghām jhulkana lāgyo ṭulukka ausī ṭulkana lāggai gaibhaisikā bandhan khulna pasigyā thaḍbaḍi celāko kacahārī juḍnu lāgyo kholi āgalo paryo jāgo jāgo bhayo |
137. hunyā bakhatamī jheppoi ceppoi huḍkiyā ta bhanyo mahārāj « āphai āphai torina āphai kāmanā tero chāpatiko jhol khāī marellai re ! bhanyo mahārāj āj samma kyā āj samma kyā sutiraithyo re bhanyo mahārāj aile kā̃ jāibara mariyai !» | bhanyā bakhatamī ta mahārāj ta bhanyo mahārāj ta bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re |
138. [chœur] ā ho
sāiba kumaiko thasko diũlā— (…)
sāiba jaguliko phanko diũlā— (…)
sāiba ā̃khiko kiṭkiṭ diũlā— (…)
(…)
(…)
139. [récitatif] hunyā bakhatamī āba kyāru laharai kāman thaharei kāman kukurai kāman billai kāman « kyāru kasoru bhanyo mahārāj tyo mulyā bhanyo mahārāj kā̃ jāibara siraicha » |
140. bhanyā bakhatamī jo paili bhaṇyo mahārāj mothāulo bhanyo mahārāj pailiko roṭo bhanyo mahārāj pailiko roṭo ta mahārāj jo deu soddathyo dewatā soddathyo tai roṭā ati ganti thā pattā chaina |
141. « alā tero chāpatiko jhol khāi marellā re yaikhi khānu addāthyā yaikhi hallāthyā bhanyo mahārāj kā̃ gyo koitira gyo » |
142. ta bhanyo mahārāj phagāri basiraithin bāwun bed pujdāthyā kolāuto baḍāī addāthyo ta bhanyo mahārāj jo pailliko mathāulo roṭo ho u ta bhanyo mahārāj bāwun bhannāchan tyo lyāunān bhanibara dewatā puju bhanibara jānthyā ta wā̃ ta paili mathāulo roṭo naĩ pāyo |135
143. naĩ pāunyā bakhatamī ta mahārāj « tumarā cāpatiko jhol khāi marelli re kā̃ gaithyā kā̃tira gāithyā bhanyo mahārāj ko lāgyo koitira lāgyo kāsi udāsi dāḍī kāphaḍī naicāko maicā jogi jalyāntari ko ho ke ho hā̃ ? » |
144. bhanyo mahārāj mera melādeu kolāuli bhanyo mahārāj « pailliko moṭhāulo laijāne hunyā ko raicha kā̃tira raicha ? » bhanibara bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj |
145. tuyalu sobhile ta bhanyo mahārāj āphnu tir komān kasibara ta bhanyo mahārāj ekbara laharei kāman thaharei kāman bhanyo mahārāj gidgidgidgid aribara jānthyo dosrā jānthyo ta bhanyo mahārāj |
146. ta maukā paḍya bhāena āba kyāru kasoru jheppoi ceppoi huḍkiyā ta bhanyo mahārāj āphnai oṭh capāunthyā kyāru kasoru bhanibara bhanyo mahārāj |
147. ta bhanyo mahārāj jawa bhanyo mahārāj ujālo hunu pasigyo āba kyāru bhanibara bhanyo mahārāj jawa huḍko bhanyo mahārāj melādeu kolāulikā caṇḍimā hānnalāi bāṭi janthyo tawa bhanyo mahārāj gadgadgadagad aribara arnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj melādeu kolāuli ta bhanyo mahārāj terchihālyo |
148. terchyāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj janteru jati thyā un sabai bhanyo mahārāj rallapaḍe « kunle hāṇyo ke hāṇyo ke māryo kaso māryo ? » |
149. bhanibara (…) ta mahārāj hunyā bakhatamī ta mahārāj khoji talāsi bhai khoji talāsi bhai « elā mulyā tu ta koina re bhanyo mahārāj tu bhanyo mahārāj bairako muḍako jaso lāgannāchai re ko hai ke hai hā̃ ?» |
150. ta bhanyo mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā agāḍi jāibara ui mulyā pachāḍi rākhibara bhanyo mahārāj « yo ta kohi bhulako ho bhanyo mahārāj aile bāccho kāṭibara āyā ho reyai tokdā ragātanta yaikā haḍāimī yai mulya ke kuraḍi addā ? chāḍa ! »|
151. ta bhanyo mahārāj mulya ta bhāgāhālyo ta bhanyo mahārāj melādeu kolāuli mauko varṣa paḍyo ta bhanyo mahārāj |
152. paḍnyā bakhatamī ta mahārāj āphai ta bhanyo mahārāj… āphnā ta bhanyo mahārāj aphnā kolāuli koṭmī āibara āphni jiyā bhanyo mahārāj bhimlaḍā udā bhanyo mahārāj… bhimlaḍā udā ta bhanyo mahārāj āphnu kolāuli koṭmī laibara ta bhanyo mahārāj āphnu rājpāṭh garibara ta bhanyo mahārāj ke bhā̃tle bhanu pasijanchan re |
153. [chant de louange à Rām, brouillé ]
1. [chant dédicatoire non traduit]
2. Grand-roi ! En ce temps-là, dit-on, grand-roi, Rani Rāut alla du fort de Kolāuli à Kumāongaḍā pour faire faire un justaucorps de taffetas et une ceinture [*brodée], il alla au Kumāon pour cela{{1}}.
3. Il s’en fut après avoir placé Jhagaḍuwā chez lui.
4. Les jours passèrent, les mois passèrent, [et la mère de Rani Rāut se dit] : « Jusqu’aujourd’hui, nul courrier de mon Raniyā, nul message, nulle feuille de papier ne [me] sont parvenus. »
5. Sa mère Bairāgi rongeait son frein. Dans le village— « Qu’y a-t-il ? — Oh, rien »— il y avait un notable.
6. L’ayant appelé, elle dit : « Eh, petit père ! Meurs donc en buvant ton brouet, voici douze ans que mon fils est parti. »
7. « Un jour, pourriez-vous venir écrire une lettre pour moi, afin de lui dire les nouvelles de la maison ? ». [Le notable] écrivit la lettre pour elle.
8. Elle appela son perroquet messager. Sur la feuille de papier, que fait-elle écrire ?…
9. [choeur] aho! 
Ta mère, ta mère Bairāgi Silā— s’habille de toile d’ortie
Ta mère, ta mère Bairāgi Silā— s’habille de toile d’ortie
Ta mère Bairāgi Silā— reste prostrée à l’intérieur
Ta mère Bairāgi Silā— mange de la balle de riz
Ta mère Bairāgi Silā— mange de la balle de riz
Ta mère Bairāgi Silā— mange de la balle de riz
Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange
Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange
Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange
Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange
Les habits que tu mettais— c’est Jhagaḍuwa qui les porte
Les habits que tu mettais— c’est Jhagaḍuwa qui les porte
Les habits que tu mettais— c’est Jhagaḍuwa qui les porte
(…)
Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange
C’est de moi, ta mère Bairāgi— que [te] vient ce hoquet qui te brise »{{2}}
Les habits que tu mettais— c’est Jhagaḍuwa qui les porte
C’est de moi, ta mère Bairāgi— que [te] vient ce hoquet qui te brise »
10. [récitatif] O grand-roi ! A ce moment-là, Rani Rāut était allé à Asām aux vingt-deux-Kumāon pour se faire faire un justaucorps de taffetas une ceinture [brodée].
11. Douze années avaient passé sans qu’aucune lettre n’arrive, sans qu’aucun message ne vienne. « Je dois lui montrer l’état de sa maison », elle disait ainsi.
12. Comme la mère Bairāgi ne pouvait pas rester ainsi, elle appela un notable de son village, et il écrivit la feuille de papier pour elle.
13. « Petit ! Puisses-tu prospérer, mon joli fils Raniyā, le ṭikā à ton front et l’étoffe à ton turban ! Que faire, comment faire ? Tu as perdu tout attachement pour ton foyer. Toi, parti là-bas, sois en repos ! » 
14. Il écrivit sur la feuille de papier: « Ta mère Bairāgi Silā reste prostrée dedans, s’habille de toile d’orties, mange de la balle de riz. »
15. « Dans le plat où tu mangeais, c’est Jhagaḍuwā qui mange ; sur le lit où tu dormais, c’est Jhagaḍuwā qui dort ; les habits que tu mettais, c’est Jhagaḍuwā qui les porte. »
16. « Le hoquet qui te fait trembler te vient de moi, ta mère Bairāgi Silā». Ainsi dit-elle, o grand-roi, et il l’écrivit sur la feuille.
17. Pendant qu’il écrivait, elle appela le perroquet messager qu’elle avait apprivoisé.
18. Une fois la lettre [glissée sous son] aile, le perroquet parvint au Kumaon-aux-vingt-deux[-royaumes].
19. Auprès d’une plate-forme de repos plantée d’un pipal, l’oiseau chante en faisant :‘Cui cui cui cui !’.
20. Rani Rāut, ayant pris congé, parvint à cette plate-forme de repos plantée d’un pipal.
21. En arrivant, il regarde vers le ciel : l’oiseau chantait. « Eh là petit ! Qu’es-tu, à qui es-tu ? Meurs donc en buvant ton brouet, si tu es mon perroquet apprivoisé, viens donc par ici. Si tu es un perroquet sauvage, envole-toi ! »
22. Le perroquet, dans un bruissement d’ailes, vola vers lui, ô grand-roi.
23. Il jette un œil sous l’aile du perroquet, il ouvre la feuille de papier, la regarde et il se dit : « C’est pour moi ». Il lisait la missive.
24. Tandis qu’il lisait, grand-roi, ses yeux virèrent au rouge vif, son œil au noir profond, son visage à l’écarlate et au roussi. [Il dit]: « Maintenant que faire, comment faire ? Si tu étais [ici], j’enfilerais tes sept côtes inférieures et tes sept côtes supérieures en un collier de quatorze côtes ! Je ferais des brochettes avec ta cervelle, je t’arracherais la viande avec mes ongles ! Que faire, comment faire ? Meurs donc en buvant ton brouet ! ». Tremblement de chien, tremblement de malheur, frisson de fureur !
25. Il démissionna de ses fonctions en Kumaon. Cela fait, il arriva chez lui. Il atteignit sa demeure, au fort de Kolāuli.
26. Lorsqu’il arriva, la reine sortit pour lui laver les pieds. Elle dit : «Je vais te laver les pieds ! » — [mais] elle venait en portant un pot de ghee, grand-roi !
27. Lui laver les pieds, disait-elle ! Avec du ghee ! « Meurs donc en buvant ton brouet, mais pourquoi trembles-tu, qu’y a-t-il ? — Tu laves mes pieds avec un pot de ghee ! — Oh là là ! Je me suis trompée. Je vais en chercher un autre ! »
28. Et elle arrive avec le pot de miel. Au moment de l’apporter, la femme se confondit en salutations : « Beau seigneur, grand, prospère, adorable, ta femme, etc. — Mais que se passe-t-il, comment cela se fait-il ? Apporte donc de l’eau et lavons ces pieds ! »
29. Elle dit : « O grand-roi ! Comment ai-je pu perdre ainsi la raison ?! ». Elle apporte de l'eau et lui lave les pieds, puis elle rentre.
30. Dedans, le boire et le manger étaient prêts. Crépitement des beignets, des gâteaux et des galettes, dix-huit sortes de mets dans neuf plats de feuilles, saveurs dans la bouche du mangeur, grand-roi, fumets sur ses mains ! Grand-roi, elle avait préparé dix-huit sortes de mets dans neuf plats de feuilles.
31. Elle servit le festin à Rani Rāut.
32. Elle disposa deux plats, se mit à servir le festin.
33. « Eh ! Meurs donc en buvant ton brouet ! Je suis seul à manger ! Pourquoi as-tu mis là le festin dans deux plats ? — Ce n’est rien, mon roi, dit-elle, ces temps-ci il y a un esprit dans les greniers, il y a un esprit dans les greniers, voyez-vous ! C’est pour lui, voilà tout ! »
34. Il mangea et il but, il lissa sa moustache et rota comme un tigre.
35. Une portion du festin reposait sur la jarre à grains et celui qui était dedans en mangea. « Celui qui mange de ce festin, qu’il avale aussi du feu ! » [dit] Rani Rāut, et il saisit une pince et lui donna du feu à manger.
36. Après lui avoir fait avaler du feu, [il dit] : « Qu’il boive aussi de l’eau ! », et Rani le fit boire.
37. Grand-roi ! Ayant brûlé et arrosé sa pelure, il en fit comme un rat !
38. Ecoutez ! [Rani Rāut], [furieux] comme un tigre, saisit le toupet de la chevelure [de Jhagaḍuwā et il dit] : «Meurs donc en buvant ton brouet ! Je suis parti en te laissant prendre soin de ma maison et mener paître mes bêtes ! ». Il saisit son sabre d’une main. « De qui vais-je trancher la tête ? » dit-il, et voici de quelle sorte Jhagaḍuwā se met à supplier…

39. aho!
[…] En ce temps-là, grand-roi, il dit…
40. [Choeur] « Au moulin à eau, je moudrai pour toi — ne me tue pas, grand frère !
Au moulin à eau, je moudrai pour toi — ne me tue pas, grand frère !
Sur les hauteurs je porterai ta pitance — ne me tue pas, grand frère !
Sur les hauteurs, ta pitance — ne me tue pas, grand frère !
Au moulin à eau, je moudrai pour toi — ne me tue pas, grand frère !
Je garderai tes bufflonnes sur les hauteurs — ne me tue pas, grand frère !
Je serai ton cheval dans les raidillons — ne me tue pas, grand frère !
Je ferai tes tâches ingrates— ne me tue pas, grand frère !
Je ferai tes tâches ingrates— ne me tue pas, grand frère ! »
41. [Récitatif] Alors Rani Rāut, lui attrapant la chevelure, soulève Jhagaḍuwā. [Celui-ci] écarquille les yeux [et se dit] : « Maintenant finis les libres ébats ! Ma chance a tourné ! Voici venue l’heure de ma mort ! »
42. Son cœur battait à tout rompre. «Grand frère ! Ne me tue pas ! Je garderai tes bufflonnes sur les hauteurs, je moudrai pour toi au moulin à eau, je serai ton cheval dans les raidillons, je ferai tes tâches ingrates, mais ne me tue pas, grand frère ! », dit-il, grand-roi.
43. Rani Rāut [répondit] : « Ah ! tu as raison, vieux. Que faire, comment faire ? Pour une traînée, je devrais trancher tes souffles, mais qu’est-ce que j’y gagnerais ? Allez, va, je te la laisse, cette traînée, et qu’on n’en parle plus. »
44. Et le jour soudain de poindre, le givre de givrer, la longe à bestiaux de se libérer, et sur l’aire commune les procès de procéder ; les âtres s’allumèrent.
45. Les âtres s’allumèrent et l’on s’éveilla. On dit : « Il y a dans l’étable un bouc ayant gagné vingt-deux deux combats, amenons-le ! ». On conduit le bouc ayant gagné vingt-deux combats sur l’aire de battage et de pressage, et on le tranche.
46. Et ils devinrent frères-par-le-testicule, ils coupèrent les testicules, ils mangèrent ensemble toute la viande, ils devinrent frères-par-le-testicule.{{3}}
47. [Rani Rāut dit] : « Jhagaḍuwā, le jour où je serai seul tu devras veiller sur moi, le jour où il y a aura quelque corvée, tu y pourvoiras, dit-il. Tu es devenu [mon] frère-par-le-testicule »
48. Une fois devenus frères rituels, Rani Rāut lui abandonna tout ce qui était en sa possession.
49. Rani Rāut prit l’habit de yogi, (…)
il se fabriqua une pince longue de sept coudées, il prit un pot à eau, et se mit à errer de village en village.{{4}}
50. Errant de village en village, il parvint au fort de Kolāuli, chez sa belle-famille, à son ancienne maison maritale.
51. Il s’était installé sur une plate-forme de repos sous un pipal. C’est alors qu’arrive sa belle-sœur Bhimlaḍā Udā.
52. Sur la plate-forme de repos, elle [le] regarde de haut en bas, [et elle se dit :] « Je regarde son front, il ressemble à mon beau-frère… Je regarde le bout de son nez, il ressemble à mon beau-frère… Je regarde le poignet de sa main gauche, il ressemble à mon beau-frère… Serait-ce lui ? Comment est-ce possible ? » Ainsi se disait-elle, grand-roi. « Lécheur de plats, serviteur du narguilé, hirsute aux crânes, qui es-tu, d’où viens-tu ? En voyant ton allure, j’ai comme l’impression que tu ressembles à mon beau-frère. Qui serais-tu d’autre ? »
53. « — Personne d’autre ! Oui, c’est bien moi, ton beau-frère Rani Rāut. »
54. « Ça alors ! Te voilà ! Très bien ». De retour chez elle, ses beaux-parents firent un présent au gendre{{5}} et lui dirent :
55. « Ah ! Petit ! Aujourd’hui nous célébrons notre gendre Rani Rāut ». Ils préparèrent à boire et à manger, crépitement des galettes et des beignets, tout ce qu’il convient de préparer.
56. Pendant ce temps, grand-roi, le vieux et la vieille tinrent conseil.
57. Crépitement des beignets, des douceurs et des galettes, ils préparèrent dix-huit sortes de mets dans neuf plats de feuilles.
58. Rani Rāut se met à causer avec son beau-père et sa belle-mère.
59. « Je ne mangerai que si vous me promettez de me donner ce que je réclame, sinon je ne mangerai pas. Non, je ne mangerai pas.»
60. « Eh ! Petit ! Qu’y a-t-il, qu’est-ce qui ne va pas ? » demandèrent le vieux et la vieille. « Tiens, ce festin est pour toi. Mange. Ensuite, si tu as quelque chose à dire, tu le diras. — Non ! D’abord, donnez votre parole, puis je mangerai. »
61. Ils promirent : « Quoi que tu demandes, nous te le donnerons ! ». Quand il eut bu et mangé, ils lui demandèrent : « Pour quoi es-tu venu ? Parle ! — Oh, ce n’est rien… Il faut me donner Bhimladā Udā. » 
62. « — Mais que dis-tu ! Ah ! Voilà que tu as parlé ! Maintenant, que faire, comment faire ? » Le vieux et la vieille étaient aux abois. O grand-roi, au moment de parler, [ils dirent ]: « Mais elle est promise à Meladev Kolāuli ! Qui rivalisera avec lui ? Ne fais pas ça, petit ! Ah ! Mais de toute façon, notre parole est donnée ! Alors puisque tu veux la prendre, prends-la donc ! ».
63. Voici de quelle manière on se mit à préparer le mariage…
64. O grand-roi ! Et le jour soudain de poindre, le givre de givrer, la longe à bestiaux de se libérer, et sur l’aire commune les procès de procéder. La clarté se fit, les âtres s’allumèrent.
65. Dans le cortège nuptial de Rani Rāut, préparée, pomponnée, voici de quelle sorte [la mariée] se met en route…
66. aho!
[Choeur] « Continuez à chanter en ma mémoire, compagnes !
Continuez à chanter en ma mémoire, compagnes !
Sur les collines on coupait le fourrage, compagnes
Sur les collines on coupait le fourrage, compagnes
Ensemble on allait garder les bêtes, compagnes
Ensemble on allait garder les bêtes, compagnes
On allait ensemble sur les collines, compagnes 
On allait ensemble sur les collines, compagnes 
Continuez à chanter en ma mémoire, compagnes !
Continuez à chanter en ma mémoire, compagnes ! »
67. [Récitatif] Grand-roi ! Les chanteuses chantaient les chants de bon augure, les musiciens allaient sonnant…
68. Le cortège prend la route, sans poussière devant et sans boue derrière, les musiciens étaient fleuris comme le basinga au printemps.
69. Menant son cheval Alkawa Kalkawa à la bride sertie de joyaux, aux grelots sur sabots, Rani Raut s’en allait, grand-roi, cadaclop, cadaclop, cadaclop !
70. Après le départ, le cortège parvient à la maison. On mange on boit, on se lève, on s’asseoit{{6}}.
71. Et le lendemain, grand-roi, pour tous le jour soudain poignit et givra le givre, la longe à bestiaux se libéra et sur l’aire commune procédèrent les procès. La clarté se fit, les âtres s’allumèrent.
72. En ce temps-là, grand-roi, comment allait-on disant…
73. [Choeur] « Sire ! De quelle couleur est-il / ce cortège qui vient, de quelle couleur ?
Sire ! De quelle couleur est-il / ce cortège qui vient, de quelle couleur ?
Sire ! Vêtu de jaune / avance le marié, vêtu de jaune
Sire ! Vêtu de jaune / avance le marié, vêtu de jaune
Fleuri comme le printemps / vient le cortège, fleuri comme le printemps
(…)
Vêtue de rouge / avance la mariée, vêtue de rouge
Sire ! Sans poussière derrière / vient le cortège, et sans boue devant ! »
Sire ! Sans poussière derrière / vient le cortège, et sans boue devant ! »
74. [Récitatif] O grand-roi ! En ce temps-là, de quelles couleurs est donc le cortège qui vient ? Les noceurs arrivent, bariolés de vermillon ! Il y avait des musiciens fleuris comme le printemps, il y avait le marié vêtu de jaune, il y avait la mariée vêtue de rouge !
75. Sans poussière devant et sans boue derrière, ô grand-roi, ainsi coloré venait le cortège.
76. Rani Rāut les rassembla tous, les chanteurs pour chanter, les danseurs pour danser, les musiciens pour jouer, et il se maria.
77. Fils de roi, pampre de concombre, aujourd’hui comme demain, demain comme après-demain, les jours passèrent, six mois, un an.
78. Pendant ce temps, dans la fratrie de Meladev Kolāuli, [on se disait] : «Allons bon ! [Jusqu’à présent] nous étions les seuls ! Qui est donc celui-ci qui débarque [en prétendant] mieux convenir que nous [pour ce mariage] ? La fille qui nous était promise, c’est Rani Rāut qui l’a prise ! Il s’appelle Rāut, [lui qui se prétend] aussi valeureux que nous, et ce Rāut a pris [notre] promise. »
79. Ils tinrent conseil et se dirent : « Ah ! Qu’à cela ne tienne ! ! Nous ferons des brochettes avec sa cervelle, nous lui arracherons la viande avec les ongles, nous en ferons comme du radis noir et du gingembre pilés ! Nous enfilerons ses sept côtes inférieures et ses sept côtes supérieures en un collier de quatorze côtes ! Puis nous pèlerons sa peau comme un rat ! »
80. Du soir au matin, ils répétaient. « Ah ah ! Avec ses sept côtes inférieures et ses sept côtes supérieures faisons-nous un collier ! »
81. Les jours passèrent, grand-roi. Bhimladā Udā était enceinte de six mois.
82. Un jour, Meladev Kolāuli harnacha son cheval Alkawa, à la bride sertie de joyaux, aux grelots sur les sabots, et il s’en fut, hue ! dia ! cadaclop !
83. A ce moment-là, Meladev Kolāuli fut stupéfait : « Jusqu’aujourd’hui, ici au fort de Kolāuli, aucun enfant d’un père, aucun frère ou cousin n’est venu comme ça… Or [voilà que] maintenant, on entend ce ‘hue ! dia ! cadaclop ‘ !»
84. A ce moment-là, [on se demanda] « Quel est ce fracas de sabots, quel est ce bruit de galop ? Qu’est-ce, qui est-ce ? Un hirsute aux crânes, un serviteur du narguilé, un yogi porte-flammes, un mendiant d’aumônes, qui est-ce, qu’y a-t-il ? »
85. Ils lâcha son [perroquet] : « Pars les chercher! », dit-il, et la fratrie de Meladev Kolauli arriva.
86. Rani Rāut était tout seul,  que faire, comment faire ? Que faire, comment faire, il se frotta les mains…{{7}} « Eh ! Jhagaḍuwā ! — Quoi ? — Rien ! Ah ! Meurs donc en buvant ton brouet ! Mon vieux, voilà que les ennuis arrivent et nous tombent dessus. Allez, debout ! Suis-moi ! »
87. Sa femme lui avait enseigné [un tour qui consistait à dire] : « Ah ! Grand frère ! » et lui avait donné un pot à latrines. « Çà et là, en chemin tu t’écarteras pour faire tes besoins et sur le pot à latrines, sur le pot à latrines tu verseras de la poudre. Tu diras :’Voilà que je saigne !’ et ainsi tu n’iras pas.»
88. [Et Rani Raut dira] : « Bon, ça suffit, [rentre chez toi]. » Et, alors que Jhagaḍuwā abandonne [en chemin pour] le fort de Kolauli, voici de quelle façon l’on va disant…
89. [Choeur] aho!
Sire ! Avec l’allure du serpent / il se mit en route, avec l’allure du serpent
Sire ! En lissant sa moustache / il se mit en route, en lissant sa moustache
Sire ! En clignant des yeux / il se mit en route, en clignant des yeux
Sire ! En lissant sa moustache / il se mit en route, en lissant sa moustache
Sire ! Avec l’allure du serpent / il se mit en route, avec l’allure du serpent
Sire ! Avec l’allure du serpent / il se mit en route, avec l’allure du serpent
Sire ! En clignant des yeux / il se mit en route, en clignant des yeux
Sire ! Les dents étincelantes / il se mit en route, les dents étincelantes
Sire ! Avec l’allure du serpent / il se mit en route, avec l’allure du serpent
Sire ! En clignant des yeux / il se mit en route, en clignant des yeux
Sire ! En clignant des yeux / il se mit en route, en clignant des yeux
[discussion]
90. [Récitatif]. [Rani Rāut] dit: « Eh Jhagaḍuwā ! Apporte mes affaires, apporte mes armes, harnache mon cheval ! En ce moment au gué de Rahab, il y a les fêtes de Meladev Kolāuli. »
91. « Jamais de la vie !» [se dit Jhagaduwa]. [Jhagaḍuwā] apporta ses affaires, il apporta ses armes, il amena le cheval Kalkawa aux grelots sur les sabots, à la bride sertie de joyaux.
92. Après avoir tout harnaché, quand il fut temps de partir, [Rani Rāut] se mit en route en lissant ses moustaches, il se mit en route en faisant luire ses dents, il se mit en route en clignant des yeux.
93. Jhagaḍuwā part avec Rani Rāut. Après quelques pas dans un raidillon, [Jhagaḍuwā dit] : « Puisses-tu prospérer, beau grand frère, le ṭikā à ton front et l’étoffe à ton turban, mais je suis malade, je saigne, regarde ! » Il avait mis de la poudre de vermillon sur le pot à latrines [et il disait] : « Je ne peux pas [te suivre] ! ».
94. [Rani Rāut dit] : « Ah ! Flûte ! Puisque tu ne peux pas [me suivre] alors (…). Je chercherai quelqu’un d’autre. Ça ira !» Et, saisissant son cheval Kalkawa, Rani Rāut s’en va seul aux fêtes de Meladev Kolāuli.
95. Se faire par le rite un ami, maîtriser l’ennemi, manœuvrer une paire de bœufs mal assortis— ainsi, de nuit, Meladev Kolāuli tira une flèche qui manqua sa cible.
96. Il tira une seconde flèche vers ses pieds, que [Rani Rāut] esquiva. Il en tira une troisième, que [Rani Rāut] esquiva sur sa gauche. Mais combien un homme seul peut-il en esquiver ?
97. A part sa tante paternelle, il était seul. C’est alors que Meladev Kolāuli décocha une flèche qui, en faisant gidgidgidgid, atteignit Rani Rāut à la poitrine.
98. On lui coupa la tête et Rani Rāut mourut au fort de Kolāuli.
99. Quand il fut tué, on battit tambour de village en village : « Rani Rāut est mort. La gent de Meladev Kolāuli lui a coupé la tête ! »
100. Les veuves des villages [comme] les bourgeois des villes, il n’y en a pas un qui ne pleurât. Tous ensemble, ils se mirent à pleurer.
101. Les jours passèrent les uns après les autres. Les frères du clan de Meladev Kolāuli se rassemblèrent.
102. Bhimladā Udā était enceinte de six mois. Ils s’emparèrent d’elle et, avec un pilon, lui sortirent [l’enfant] de six mois, ils s’emparèrent d’elle et emmenèrent Bhimladā Udā.
103. [Ils jetèrent] l’orphelin de six mois dans un buisson d’orties. Il tétait le buisson d’orties et il pleurait. « Ouiiiin ! Ouiiiin ! ».
104. La mère de Rani Rāut, Bairāgi Silā, aperçut le bébé en train de pleurer dans le buisson d’orties [et elle s’exclama] : « A qui es-tu, d’où viens-tu ? A qui est cet enfant qui donne de la voix ? A qui est cet enfant qui pleure ? »
105. « Si je te regarde de face, tu ressembles à Rani… Si je regarde ton profil, tu ressembles à Rani… A qui est-tu donc, orphelin de six mois ? »
106. Pour faire l’ordalie, la mère Bairāgi se met à parler. Voici de quelle sorte elle se met à dire…
107. (tambours; chant inaudible)
108. « Si tu es vraiment le fils de mon fils Rani Rāut, alors avance sur ce linge doré. Si tu es le fils de quelque ennemi, n’avance pas. » La mère Bairāgi Silā énonça l’ordalie en parlant de la sorte.
109. [Le bébé] s’avança en pleurant. Sur le linge doré, l’avorton de six mois Sobhi Raut, sur le linge s’avança.
110. « Si tu es vraiment le fils de mon Rani, que du lait monte à mon sein et que dans l’étable vêle aussi ma vache Thāḍu ! » Elle énonça l’ordalie.
111. Et [le bébé] s’approche sur le linge doré,
(…)
dans l’étable Thāḍu la vache vêla, et du lait monta au sein de Bairāgi, grand-roi. 
112. Fils de roi, pampre de concombre ; les jours passèrent et l’enfant devint de plus en plus robuste.
113. Grand-roi, jour après jour, il jouait à l’arc lance-boulettes, il jouait au jeu des baguettes wānṭhiḍī.{{8}}
114. Parfois il renversait la natte d’Untel [où du grain était mis à sécher], parfois il renversait le van d’un autre [où du grain était mis à sécher]. Jour après jour, c’était : «Rends-moi le grain [perdu] ! Hein ! Rends-le moi donc ! »
115. [Les villageois disaient à Bairāgi] en grand surprise : « Meurs donc en buvant ton brouet ! De qui est cet orphelin que tu as ramené ? Hein ? De qui est-il ? »
116. « Quand il ne renverse pas le grain mis à sécher de l’un, c’est pour casser les jarres en terre de l’autre, ou pour battre les petits gardiens de bétail. Il n’arrête pas de faire du mal à quelqu’un ! D’où le sors-tu et pourquoi le ramènes-tu ici, cet orphelin ? » 
117. En ce temps-là, ô grand-roi, comme il ennuyait les gens de la maison, [ceux-ci lui dirent] : « Eh ! Toi ! Ta mère est veuve, et toi, tu es son fils{{9}} ! Et tu n’a [encore] tué personne, tu n’as pas consommé [la vengeance] ! [Qu’attends-tu pour] coupe[r] la tête de Meladev Kolāuli [en réparation pour] ton père ! Fais-en ainsi, toi ! Celui qui ne peut se venger de son ennemi, qu’il soit maudit, lui et sa descendance, pendant sept générations ! Celui qui ne peut se venger d’un ennemi [comme] le tien, qu’il soit maudit pendant sept générations ! »
118. « — Où cela était-ce, vers où cela était-ce ? En échange d’un van de riz, je vous en donnerai deux ! Pour une jarre de grain, je vous en donnerai deux ! Mais où mon père Raniyā a-t-il donc été tué ? Parlez ! »
119. Il se rendit à la plate-forme de repos. Les bardes Jheppoi et Ceppoi arrivaient en tirant — jyāppa jhuppa !— sur leurs pipes pour mendier au village.
120. Ils regardèrent sur la plate-forme de repos: c’était l’orphelin de six mois Sobhi qui était assis. Portant une pipe en terre aussi [grande] qu’un narguilé, les bardes Jheppoi et Ceppoi s’avancèrent en mendiant du tabac.
121. En voyant l’avorton Sobhi, [ils se dirent] : « Ah ! Si je regarde son nez, il ressemble à mon seigneur Raniyā ! De ce côté-là, si je regarde ses jambes, elles ressemblent à mon seigneur Raniyā ! Si je regarde le bout de son nez, il ressemble à mon seigneur Raniyā ! »
122. « Eh ! Toi ! Qui es-tu ? Meurs donc en buvant ton brouet ! Parle ! Tu as l’allure de mon seigneur Raniyā ! Que faire, comment faire ? Qui es-tu donc ? »
123. « — Personne… Je suis Sobhi Rāut, Sobhi l’avorton de six mois. — Ah ! Mon Dieu ! Quelle chance ! [se réjouirent-ils].  [Voici que] le datura de mon seigneur Rani a repoussé au fort de Kolāuli, te voilà ! Voilà qui est bon ! ». Et les bardes Jheppoi et Ceppoi s’en furent bien vite.
124. Les bardes Jheppoi et Ceppoi revenaient à sa rencontre matin et soir, ils amenaient leur tabac blond et leur tabac brun, ils arrivaient en le fumant.
125. Ils en tiraient lorsqu’ils étaient avec lui, ils amenaient leur tabac, ils arrivaient le soir en le fumant, ils arrivaient le matin en le fumant.
126. Il [disaient à] l’orphelin de leur seigneur Sobhi Raut : « C’est Meladev Kolāuli qui a tranché ton père Rani Rāut. Maintenant, il te faut prendre tête-pour-tête … »
127. Les bardes Jheppoi et Ceppoi lui disent : « … nous donnerons des coups de coude pour toi, nous ferons virevolter pour toi les pans de nos robes d’apparat pour toi, nous clignerons de l’œil pour toi. »
Aho! De quelle sorte se mettent-t-ils à dire…
128. [Choeur] Sire ! nous donnerons des coups de coude pour toi
Sire ! nous ferons virevolter pour toi les pans de nos robes d’apparat
Sire ! nous clignerons de l’œil pour toi
(…)
(…)
(…)
(…)
129. [Récitatif] Depuis la mort de Rani Rāut, les bardes Jheppoi et Ceppoi avaient cessé d’aller au fort de Kolāuli. Comme ils n’allaient plus à Kolāuli, ils se dirent : « Maintenant les jours fastes sont (re)venus [avec] notre seigneur l’avorton Sobhi !»
130. Leur seigneur Sobhi Raut arriva aux fêtes de Meladev Kolāuli.
(…)
En ce temps-là, grand-roi, il harnacha son cheval Kalkawa à la bride sertie de joyaux, aux grelots sur les sabots, et, en faisant cadaclop, cadaclop, cadaclop, il arriva aux fêtes de Meladev Kolāuli.
131. O grand-roi ! Sur les hauteurs de Chatti Bichatti, il y avait des roitelets et des maharadjas réunis tant et plus dans la cour ; certains dansaient et chantaient ensemble par ici, d’autres par là.
132. Aux fêtes de Meladev Kolāuli, [on s’écria] : « Ah ! On a volé et mangé la galette que la reine a mis à rôtir !». Elle en mit une deuxième à rôtir, [Sobhi Raut] l’emporta et la donna aux ḍholī Jheppoi et Ceppoi. Elle en mit une troisième à rôtir, de même il l’emporta et la donna aux dholī Jheppoi et Ceppoi.
133. « Ca alors ! Bon Dieu ! » (…)
Aux fêtes de Meladev Kolāuli, [on s’écrie] : « Ca alors ! Bon Dieu ! » Les galettes les unes après les autres sont mises à rôtir puis se font voler.
134. On dit : « Mais que se passe-t-il, comment cela se fait-il ? C’est une histoire à dormir debout, ou quoi ? ».
135. [Sobhi Raut] vola les galettes autant qu’il y en avait pour les donner à ses bardes Jheppoi et Ceppoi. Ils se firent un sac de voyage et le remplirent.
136. Et le jour soudain de poindre, le givre de givrer, la longe à bestiaux de se libérer, et sur l’aire commune les procès de procéder. Les âtres s’allumèrent, la clarté se fit.
137. O grand-roi ! Les bardes Jheppoi et Ceppoi dirent: « Soit tu te caches, soit tu t’agites ! Meurs donc en buvant ton brouet ! Jusqu’à maintenant, il n’a fait que dormir ! Où diable est-il passé à présent ? »
138. [Choeur] aho!
Sire ! nous donnerons des coups de coude pour toi
Sire ! nous ferons virevolter pour toi les pans de nos robes d’apparat
Sire ! nous clignerons de l’œil pour toi »
(…)
(…)
139. Tremblements de chiens et chats, tremblement de malheur, frisson de fureur !  « Que faire, comment faire ? Où cet orphelin est-il parti dormir ? »
140. La première galette épaisse, on demanda aux divinités où elle était passée, on compta et recompta, mais on ne put mettre la main dessus.
141.  « Meurs donc en buvant ton brouet, celui qui a emporté les galettes, où est-il passé, par où est-il parti ? »
142. Les chanteuses de bon augure étaient assises, les prêtres célébraient en chantant le Véda, les musiciens jouaient des percussions. On donne, dit-on, la première galette épaisse{{10}} aux brahmanes pour qu’ils l’emportent afin de faire le pujā. Là, cette galette fit défaut.
143. « Meurs donc en buvant ton brouet ! Où est-elle passé, par où est-elle partie ? Qui l’a pris, vers où l’a-t-il emmené ? Pèlerin de Bénarès, serviteur du narguilé, yogi porte-flamme, hirsute aux crânes, qui a fait le coup, hein ? »
144. Meladev Kolāuli [dit], grand-roi : « Qui a pris mon pain, par où l’a-t-il emporté ? »
145. Sobhi l’orphelin banda son arc avec une flèche. Tremblement de chien, tremblement de chat, frisson d’effroi ! La première partit en faisant gidgidgid, la deuxième aussi.
146. Mais il n’eut pas la chance [d’atteindre sa cible]. Les bardes Jheppoi et Ceppoi [se demandèrent] en se mordant la langue : « Que faire, comment faire ? »
147. Alors qu’il commençait à faire jour, après s’être bien demandé comment faire, ils frappèrent Melādev Kolāuli sur le front avec leur tambour-sablier et, pim, pam, poum, ils étendirent Meladev Kolāuli.
148. La foule fut stupéfaite : « Qui a frappé ? Comment a-t-on frappé ? Comment l’a-t-on tué ? »
149. Et on se mit à chercher, grand-roi : « Eh ! Orphelin ! Qui es-tu ? On dirait bien que tu emportes la tête d’un ennemi… Qui es-tu, que fais-tu ici ? »
150. Les bardes Jheppoi et Ceppoi s’avancent devant lui et mettent l’orphelin derrière eux. « C’est un orphelin Bhul, de la caste des équarisseurs. Il est venu ici après avoir tranché un veau. Venez voir le sang sur son corps ! Il n’a rien fait, le pauvre ! Laissez-le. »
151. O grand-roi ! L’orphelin s’échappa, et le sort du clan de Meladev Kolauli déchut.
152. Et il entra dans son fort de Kolāuli, il emmena sa [grand-] mère Bhimladā Udā dans son fort de Kolāuli et il installa son règne, grand-roi ! De quelle manière se met-on à dire…
153. [chant de louange à Rām, brouillé (3 min.) ]

S1 doi

stop écouter
1. (chant dédicatoire)

1. [chant dédicatoire non traduit]

S2 doi

stop écouter
2. ta mahārāj bhanyā bakhatami ta mahārāj kolāuli koṭ ta bhanyo mahārāj rani rāut rani rāut ta mahārāj rani rāut ta bhanyo mahārāj kumāũ gaḍā ta bhanyo mahārāj kumāũ gaḍā ta mahārāj pitumbarko colo sitambarko naḍo ta banāunalāi ta bhanyo mahārāj kumāũ gaigaithyo |

2. Grand-roi ! En ce temps-là, dit-on, grand-roi, Rani Rāut alla du fort de Kolāuli à Kumāongaḍā pour faire faire un justaucorps de taffetas et une ceinture [*brodée], il alla au Kumāon pour cela{{1}}.


NOTE : {{1}} Allusion indirecte à son remariage (le colo est un vêtement que les femmes portent sous leur sari).

S3 doi

stop écouter
3. janyā bakhatamī ta mahārāj ghar jhagaḍuwā ta bhanyo mahārāj rākhi gaithyo |

3. Il s’en fut après avoir placé Jhagaḍuwā chez lui.

S4 doi

stop écouter
4. rākhnyā bakhatamī ta mahārāj ta dinko din hoigyo cha mahinā bāhra din hoigyā ta bhanyo mahārāj « āj samma bhaṇyo mahārāj mera raniyākī ciṭṭhī āuno na pattar āuno na kākalko pāt āuno » |

4. Les jours passèrent, les mois passèrent, [et la mère de Rani Rāut se dit] : « Jusqu’aujourd’hui, nul courrier de mon Raniyā, nul message, nulle feuille de papier ne [me] sont parvenus. »

S5 doi

stop écouter
5. bhanyā bakhatami ta mahārāj ta uikī jiyā bairāgi jiyā ta bhanyo mahārāj āphnai man bhitra mahārāj uiko āphnai āphnai manmī ta bhanyo mahārāj gudgudi hoibara … gudgudi hoibara ta bhanyo mahārāj ta « ke ta kehĩ naĩ » ek gāũko bhalo manche thyo re |

5. Sa mère Bairāgi rongeait son frein. Dans le village— « Qu’y a-t-il ? — Oh, rien »— il y avait un notable.

S6 doi

stop écouter
6. ta mahārāj gāũko bhalo manche thyo re ui bolāibara bhanyo mahārāj « elā buwā tera chāpatiko jhol khai marellāi re ! ta mahārāj re mero rani gayā bāhra… bāhra bibbyā sāl bhaigyo » ta bhanyo mahārāj |

6. L’ayant appelé, elle dit : « Eh, petit père ! Meurs donc en buvant ton brouet, voici douze ans que mon fils est parti. »

S7 doi

stop écouter
7. « gharko puruṣṭhī ta mahārāj ke cha kaso cha bhanibara bhanyo mahārāj bhanyā bakhatami āibara ek din bhanyo mahārāj kākalko pāt lekhdine nai » bhanya bakhatami ta mahārāj kākalko pāt ta lekhāhālthyo |

7. « Un jour, pourriez-vous venir écrire une lettre pour moi, afin de lui dire les nouvelles de la maison ? ». [Le notable] écrivit la lettre pour elle.

S8 doi

stop écouter
8. ta lekhāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj āphno paṭṭari suwā ta bhanyo mahārāj bolāihālthyo | ta bolāunyā bakhatamī kākalko pāt ta bhanyo mahārāj ta lekhāune ta kākalko pātmī lekhāune bakhatamī ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re |

8. Elle appela son perroquet messager. Sur la feuille de papier, que fait-elle écrire ?…

S9 doi

stop écouter
9. [chœur] āho!

9. [choeur] aho! 

S10 doi

stop écouter
jiyā teri jiyā bairāgi śilā — bodalāiko lāunu

Ta mère, ta mère Bairāgi Silā— s’habille de toile d’ortie

S11 doi

stop écouter
jiyā teri jiyā bairāgi śilā — bodalāiko lāunu

Ta mère, ta mère Bairāgi Silā— s’habille de toile d’ortie

S12 doi

stop écouter
teri jiyā bairāgī śilā — kukur kunṭarunu

Ta mère Bairāgi Silā— reste prostrée à l’intérieur

S13 doi

stop écouter
teri jiyā bairāgi śilā — kokalāko khānu

Ta mère Bairāgi Silā— mange de la balle de riz

S14 doi

stop écouter
teri jiyā bairāgi śilā — kokalāko khānu

Ta mère Bairāgi Silā— mange de la balle de riz

S15 doi

stop écouter
teri jiyā bairāgi śilā — kokalāko khānu

Ta mère Bairāgi Silā— mange de la balle de riz

S16 doi

stop écouter
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha

Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange

S17 doi

stop écouter
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha

Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange

S18 doi

stop écouter
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha

Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange

S19 doi

stop écouter
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha

Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange

S20 doi

stop écouter
teri lāunyā lugā phugā — jhagāḍuwā lāuncha

Les habits que tu mettais— c’est Jhagaḍuwa qui les porte

S21 doi

stop écouter
teri lāunyā lugā phuga — jhagāḍuwā lāuncha

Les habits que tu mettais— c’est Jhagaḍuwa qui les porte

S22 doi

stop écouter
teri lāunyā lugā bhāgā — jhagāḍuwā lāuncha

Les habits que tu mettais— c’est Jhagaḍuwa qui les porte

S23 doi

stop écouter
(…)

(…)

S24 doi

stop écouter
teri khāne thāl māthi — jhagāḍuwā khāncha

Dans le plat où tu mangeais— c’est Jhagaḍuwa qui mange

S25 doi

stop écouter
ma re bairāgi jiyāko — higaḍo āuncha phāṭī

C’est de moi, ta mère Bairāgi— que [te] vient ce hoquet qui te brise »{{2}}


NOTE : {{2}} On a le hoquet, dit-on, lorsqu’un proche pense à vous.

S26 doi

stop écouter
teri lāunyā lugā phugā — jhagāḍuwā lāuncha

Les habits que tu mettais— c’est Jhagaḍuwa qui les porte

S27 doi

stop écouter
ma re bairāgi jiyāko — higaḍo āuncha phāṭī

C’est de moi, ta mère Bairāgi— que [te] vient ce hoquet qui te brise »

S28 doi

stop écouter
10. [récitatif] ta mahārāj (…) ta mahārāj bhanyā bakhatamī ta mahārāj bāis kumāũ āsām ta bhanyo mahārāj pitumbarīko naḍo sitambarko colo banāunalāi ta bhanyo mahārāj ranī rāut gaigaithyo |

10. [récitatif] O grand-roi ! A ce moment-là, Rani Rāut était allé à Asām aux vingt-deux-Kumāon pour se faire faire un justaucorps de taffetas une ceinture [brodée].

S29 doi

stop écouter
11. janyā bakhatamī ta mahārāj bāhra bibbyā sāl bhaigyo na ciṭṭhi āuno na pattar āuno « gharko lilā dekhu » bhanyā taso |

11. Douze années avaient passé sans qu’aucune lettre n’arrive, sans qu’aucun message ne vienne. « Je dois lui montrer l’état de sa maison », elle disait ainsi.

S30 doi

stop écouter
12. bhanyā bakhatamī ta bairāgi jiyāle rai nasakibara rai nasakibara ta mahārāj ta āphnu gāũko jannyā sunyā bolāibara bolāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj kākalko pāt lekhidiyo |

12. Comme la mère Bairāgi ne pouvait pas rester ainsi, elle appela un notable de son village, et il écrivit la feuille de papier pour elle.

S31 doi

stop écouter
13. kākalko pāt lekhne bakhatamī ta bhanyo mahārāj « buwā merā raniyāki alewārī banewārī canḍikā ṭikāmī pākā phurkāmī raijāli re ta bhanyo mahārāj kyāri kasori gharko lilā hauri cha tu tā̃ jaibara arām chai hā̃ » |

13. « Petit ! Puisses-tu prospérer, mon joli fils Raniyā, le ṭikā à ton front et l’étoffe à ton turban ! Que faire, comment faire ? Tu as perdu tout attachement pour ton foyer. Toi, parti là-bas, sois en repos ! » 

S32 doi

stop écouter
14. bhanya bakhatami ta mahārāj bhanya bakhatami ta mahārāj kākalko pātmī lekhibara dihālthyo | ta bhanyo mahārāj kākalkā pātmī « teri jiyā bairāgi silā kukuri kunṭarunu bodalāko lāunu kokalāko khānu » |

14. Il écrivit sur la feuille de papier: « Ta mère Bairāgi Silā reste prostrée dedans, s’habille de toile d’orties, mange de la balle de riz. »

S33 doi

stop écouter
15. ta bhanyo mahārāj bhanya bakhatamī ta mahārāj « tero… teri khāne thāl māthi jhagaḍuwā khāncha teri ranai khāṭmī ta jhagaḍuwā rancha tero lāunyā lugāphugā jhagaḍuwā lāuncha » |

15. « Dans le plat où tu mangeais, c’est Jhagaḍuwā qui mange ; sur le lit où tu dormais, c’est Jhagaḍuwā qui dort ; les habits que tu mettais, c’est Jhagaḍuwā qui les porte. »

S34 doi

stop écouter
16. ta bhanyo mahārāj « ma re bairāgi jiyāko ta bhanyo mahārāj higaḍo āuncha kāmī » bhanya bakhatamī ta bhanyo mahārāj lekhibara bhanyo mahārāj kākalko pāt ta lekhihālthyo |

16. « Le hoquet qui te fait trembler te vient de moi, ta mère Bairāgi Silā». Ainsi dit-elle, o grand-roi, et il l’écrivit sur la feuille.

S35 doi

stop écouter
17. lekhnya bakhatamī ta mahārāj āphnu palyā paṭṭeri suwā bolāhālthyo |

17. Pendant qu’il écrivait, elle appela le perroquet messager qu’elle avait apprivoisé.

S36 doi

stop écouter
18. paṭṭeri suwā bolāibara pakhyārmī ta bhanyo mahārāj pakhyārmī ciṭṭhi lekhibara paṭṭeri suwā ta bhanyo mahārāj bāis kumāũ phugāhālthyo |

18. Une fois la lettre [glissée sous son] aile, le perroquet parvint au Kumaon-aux-vingt-deux[-royaumes].

S37 doi

stop écouter
19. phugnyā bakhatamī pipali caurāṇimī ta bhanyo mahārāj pipali caurāṇimī suwā ta bhanyo mahārāj ṭyā̃ ṭyā̃ ṭyā̃ ṭyā̃ aribara ta ta bollacha ta |

19. Auprès d’une plate-forme de repos plantée d’un pipal, l’oiseau chante en faisant :‘Cui cui cui cui !’.

S38 doi

stop écouter
20. bollyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ta rani rāut ta bhanyo mahārāj chuṭṭi aribara usai pipalī caurāṇimī phuganthyo ta |

20. Rani Rāut, ayant pris congé, parvint à cette plate-forme de repos plantée d’un pipal.

S39 doi

stop écouter
21. phugnyā bakhatamī agās takanthyo ta ta bhanyo mahārāj suwā bollāthyo « alā kaiko hai ke hai ? tera chāpatiko jhol khāi marellai re mera pālyā suwā hai ta mera kol ā bankhannī suwā hoi ta uḍi bāijā »|

21. En arrivant, il regarde vers le ciel : l’oiseau chantait. « Eh là petit ! Qu’es-tu, à qui es-tu ? Meurs donc en buvant ton brouet, si tu es mon perroquet apprivoisé, viens donc par ici. Si tu es un perroquet sauvage, envole-toi ! »

S40 doi

stop écouter
22. bhanya bakhatami ta mahārāj ta bhanyo mahārāj suwā ta bharrarararara aribara bhanyo mahārāj kol uḍibara āigaithyo |

22. Le perroquet, dans un bruissement d’ailes, vola vers lui, ô grand-roi.

S41 doi

stop écouter
23. āunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj pakhyārmī takanthyo ta kākalko pāt lekheko ta kholibara heddathyo ta ta bhanyo mahārāj « mai muṇo » bhanyo mahārāj ciṭṭhi paḍhanthyo ta |

23. Il jette un œil sous l’aile du perroquet, il ouvre la feuille de papier, la regarde et il se dit : « C’est pour moi ». Il lisait la missive.

S42 doi

stop écouter
24. paḍhnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj lāl lāl ā̃khi bhor bhor ā̃khā ta lāl lāl mukh hoigaithyo | ta bhanyo mahārāj « āba kyāru kasaru yaikhi hunnethyo taikā sat bhā̃ṭā udā sāt bhā̃ṭā uwā cauddhā bhā̃tāki mālā aini hāllethyā sinkā ṭipdī giddu banāhāllethyā ta bhanyo mahārāj naṇg ṭipdo māsu banāhāllethyo aba kyāru kasoru taiko chāpatiko jhol khāi marellai re » bhanibara wa mahārāj laharei kāman thaharei kāman kukurai kāman waĩ hoigaithyo |

24. Tandis qu’il lisait, grand-roi, ses yeux virèrent au rouge vif, son œil au noir profond, son visage à l’écarlate et au roussi. [Il dit]: « Maintenant que faire, comment faire ? Si tu étais [ici], j’enfilerais tes sept côtes inférieures et tes sept côtes supérieures en un collier de quatorze côtes ! Je ferais des brochettes avec ta cervelle, je t’arracherais la viande avec mes ongles ! Que faire, comment faire ? Meurs donc en buvant ton brouet ! ». Tremblement de chien, tremblement de malheur, frisson de fureur !

S43 doi

stop écouter
25. hunyā bakhatamī ta mahārāj kumāũ bāṭā hai mahārāj āphno nāu kaṭāyo re | nāu kaṭāibara ta bhanyo mahārāj āigaithyo ghara | ghar kolāuli koṭmī phugigaithyo |

25. Il démissionna de ses fonctions en Kumaon. Cela fait, il arriva chez lui. Il atteignit sa demeure, au fort de Kolāuli.

S44 doi

stop écouter
26. kolāuli koṭa phugnyā bakhatamī ta mahārāj ta kolāuli koṭ phugne bakhatamī ta bhanyā mahārāj bhitra bāṭa hāi ta bhanya mahārāj rāni ta bhanya mahārāj pāu *chalibara aigaithi re | pāu *challu bhannā bhanyo mahārāj ghiko ghaiṭo lāibara āyo |

26. Lorsqu’il arriva, la reine sortit pour lui laver les pieds. Elle dit : «Je vais te laver les pieds ! » — [mais] elle venait en portant un pot de ghee, grand-roi !

S45 doi

stop écouter
27. ta pāu *challu bhantyo ghiko bhantyo « elā tera chāpatiko jhol khāi marelli re tu kyāle tu kāman bhāī ke bhāī » ta bhanyo « ta ghi ghaiṭo ta pāu challu | — alā ma ta bhuligyaũ re dosro lyāunaũ »

27. Lui laver les pieds, disait-elle ! Avec du ghee ! « Meurs donc en buvant ton brouet, mais pourquoi trembles-tu, qu’y a-t-il ? — Tu laves mes pieds avec un pot de ghee ! — Oh là là ! Je me suis trompée. Je vais en chercher un autre ! »

S46 doi

stop écouter
28. hunera bhanyo mahārāj mahako ghaiṭo leibara ayācha | mahako ghaiṭo lyāune bakhatamī « alā teri anewār banewār nyāri jhalak malak » manāthyo re « ke bhayo kaso bhayo ? pāni le ho wa pāu challu » |

28. Et elle arrive avec le pot de miel. Au moment de l’apporter, la femme se confondit en salutations : « Beau seigneur, grand, prospère, adorable, ta femme, etc. — Mais que se passe-t-il, comment cela se fait-il ? Apporte donc de l’eau et lavons ces pieds ! »

S47 doi

stop écouter
29. ta bhanyo mahārāj yai ta bhanyo mahārāj « mera ceta tasāī chāḍinna » re dhunera pachi pāni lei re ta bhanya mahārāj pāu chalibara bhitra gaigaithyā |

29. Elle dit : « O grand-roi ! Comment ai-je pu perdre ainsi la raison ?! ». Elle apporte de l'eau et lui lave les pieds, puis elle rentre.

S48 doi

stop écouter
30. bhitra janyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj khānā pinā bhanyo mahārāj tayār hoigaithyo jhari jhajyā puri pakawān nau duna aṭhāra parkanta khāyā bhanyākā mukh bās khanyākā ta bhanyā mahārāj hāt bās ta bhanyo mahārāj nau duna aṭhāra parkanta banāhālthyo |

30. Dedans, le boire et le manger étaient prêts. Crépitement des beignets, des gâteaux et des galettes, dix-huit sortes de mets dans neuf plats de feuilles, saveurs dans la bouche du mangeur, grand-roi, fumets sur ses mains ! Grand-roi, elle avait préparé dix-huit sortes de mets dans neuf plats de feuilles.

S49 doi

stop écouter
31. banāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj jiunār *sālibara rāni rāutailāi jiunār *sālihālthyo |

31. Elle servit le festin à Rani Rāut.

S50 doi

stop écouter
32. jiunār *sāllyā bakhatamī ta mahārāj dui… dui thāli rākhibara jiunār *sāli pasigaithyo |

32. Elle disposa deux plats, se mit à servir le festin.

S51 doi

stop écouter
33. « alā tera chāpatiko jhol khai marelli re ! ma ta eklai hũ khāne re bhanyo mahārāj dui jiunār kaikhilāi chā̃ṭi wā̃ ? — ke ta kaina rājāu ta bhanyo mahārāj hāmro āja bhol ḍuro ḍuro deu cha re bhanyo mahārāj ḍuro deu cha re ta uikhilāi ho hā̃ hā uikhilāi » |

33. « Eh ! Meurs donc en buvant ton brouet ! Je suis seul à manger ! Pourquoi as-tu mis là le festin dans deux plats ? — Ce n’est rien, mon roi, dit-elle, ces temps-ci il y a un esprit dans les greniers, il y a un esprit dans les greniers, voyez-vous ! C’est pour lui, voilà tout ! »

S52 doi

stop écouter
34. bhanyā bakhatamī khāyo piyo jumā murkyo bāgaki jasi ḍakār gāḍyo |

34. Il mangea et il but, il lissa sa moustache et rota comme un tigre.

S53 doi

stop écouter
35. gāḍnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ek jiunār korgā̃ini basihālthyo korgā̃inā hunyāle khāhālyo | khanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj « jiunār khanyā āgo khālo » bhanera bhanyo rani rāutale bhanyo mahārāj samāyo re ek tuwā khanyāidiyo āgo |

35. Une portion du festin reposait sur la jarre à grains et celui qui était dedans en mangea. « Celui qui mange de ce festin, qu’il avale aussi du feu ! » [dit] Rani Rāut, et il saisit une pince et lui donna du feu à manger.

S54 doi

stop écouter
36. khanyāunyā bakhatamī āgo khanyāunya « pāni lai khālo bhane re » bhanyo ranile khanāihālthyo |

36. Après lui avoir fait avaler du feu, [il dit] : « Qu’il boive aussi de l’eau ! », et Rani le fit boire.

S55 doi

stop écouter
37. uiko bhanyo mahārāj uikhi ta khalgaḍā khuḍibara ta bhanyo mahārāj pāni na musā jaso banāhālthyo |

37. Grand-roi ! Ayant brûlé et arrosé sa pelure, il en fit comme un rat !

S56 doi

stop écouter
38. suna sunaũ ta bhanyo mahārāj gadāmm aribara mahārāj bāgki jaso thupro māri bhanyo mahārāj taiko jigilṭo samāibara « tera chāpatiko jhol khai marellai re ! tu ta gharko rekha dekh arai goru bāccha heddā kehĩ bhanibara bhanyo mahārāj chaḍi gayā̃ hũ re ta bhanyo mahārāj […] bhanibara ek hāt bhanyo mahārāj āphnu khā̃ḍo samāibara « tai kyāko dan phanyāũ ? » bhane bakhatamī ta bhanyo mahārāj ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re |

38. Ecoutez ! [Rani Rāut], [furieux] comme un tigre, saisit le toupet de la chevelure [de Jhagaḍuwā et il dit] : «Meurs donc en buvant ton brouet ! Je suis parti en te laissant prendre soin de ma maison et mener paître mes bêtes ! ». Il saisit son sabre d’une main. « De qui vais-je trancher la tête ? » dit-il, et voici de quelle sorte Jhagaḍuwā se met à supplier…

S57 doi

stop écouter
[tinaro hisāb rākhne kurā ho]



S58 doi

stop écouter
39. ā ho!

39. aho!

S59 doi

stop écouter
[tayār bhayāho pai janai ? bhanāla… āba…] ta mahārāj bhanya bakhatamī ta mahārāj… |

[…] En ce temps-là, grand-roi, il dit…

S60 doi

stop écouter
40. [chœur] gāḍai ghaṭṭa jotidiũlo dadā — ma jan mār

40. [Choeur] « Au moulin à eau, je moudrai pour toi — ne me tue pas, grand frère !

S61 doi

stop écouter
gāḍ ghaṭṭa jotidiũlo — ma jan mār dadā

Au moulin à eau, je moudrai pour toi — ne me tue pas, grand frère !

S62 doi

stop écouter
lekaiko sāmal bokulo — ma jan mār dadā

Sur les hauteurs je porterai ta pitance — ne me tue pas, grand frère !

S63 doi

stop écouter
lekaiko sāmal — ma jan mār dadā

Sur les hauteurs, ta pitance — ne me tue pas, grand frère !

S64 doi

stop écouter
gāḍ ghaṭṭa jotidiũlo — ma jan mār dadā

Au moulin à eau, je moudrai pour toi — ne me tue pas, grand frère !

S65 doi

stop écouter
lek bhaiśā heridiũlo — ma jan mār dadā

Je garderai tes bufflonnes sur les hauteurs — ne me tue pas, grand frère !

S66 doi

stop écouter
ukālāiko ghoḍo hũlo — ma jan mār dadā

Je serai ton cheval dans les raidillons — ne me tue pas, grand frère !

S67 doi

stop écouter
gaḍḍi guḍḍi kām allo — ma jan mār dadā

Je ferai tes tâches ingrates— ne me tue pas, grand frère !

S68 doi

stop écouter
gaḍḍi guḍḍi kām allo — ma jan mār dadā

Je ferai tes tâches ingrates— ne me tue pas, grand frère ! »

S69 doi

stop écouter
41. [récitatif] ta mahārāj tawa rani rāutle ta bhanyo mahārāj taikā jigilṭa samāune bakhatamī ta mahārāj jhagaḍuwā uṭhibara wālā jhā ā̃khā chāḍibara ta bhanyo mahārāj « aimukhai āis āj gaibhai cāni lāgigai aba ta mero marnāko ghaḍi āigyo » |

41. [Récitatif] Alors Rani Rāut, lui attrapant la chevelure, soulève Jhagaḍuwā. [Celui-ci] écarquille les yeux [et se dit] : « Maintenant finis les libres ébats ! Ma chance a tourné ! Voici venue l’heure de ma mort ! »

S70 doi

stop écouter
42. bhanibara ta bhanyo mahārāj parān patak patak addo hoibara hunyā bakhatamī ta mahārāj « dadā ma jan mār lek bhaĩsā heridiũlo gāḍ ghaṭṭa jotidiũlo ukalāko ghoḍo hũlo ukalāko ghoḍo hũlo ta bhanyo mahārāj gāḍ ghaṭṭa pisidiũlo gaḍḍi guḍḍi kām aridiũlo ta bhanyo mahārāj ma jan māra dā » |

42. Son cœur battait à tout rompre. «Grand frère ! Ne me tue pas ! Je garderai tes bufflonnes sur les hauteurs, je moudrai pour toi au moulin à eau, je serai ton cheval dans les raidillons, je ferai tes tâches ingrates, mais ne me tue pas, grand frère ! », dit-il, grand-roi.

S71 doi

stop écouter
43. bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj rani rāut ta bhanyo mahārāj « sā̃cci ta bhani lā kyāddai kaso addai bhanyo mahārāj ahile ek thākaḍā lāgī bhanyo mahārāj itno parān tero kāṭnuparyo mera ke hāt āune ho re uso uso ta tasai bhaiyā pai tasai thakaḍā ta bhanyo mahārāj tuisãga lāidiũlo ! bhaigyo » |

43. Rani Rāut [répondit] : « Ah ! tu as raison, vieux. Que faire, comment faire ? Pour une traînée, je devrais trancher tes souffles, mais qu’est-ce que j’y gagnerais ? Allez, va, je te la laisse, cette traînée, et qu’on n’en parle plus. »

S72 doi

stop écouter
44. bhanera bhanyo mahārāj jhulukka ghām jhulkyo ṭulukka ausī ṭulki gaibhaisikā bandhan khulyā thaḍbaḍi khalāko kacāharī juḍyo kholi āgalo paryo |

44. Et le jour soudain de poindre, le givre de givrer, la longe à bestiaux de se libérer, et sur l’aire commune les procès de procéder ; les âtres s’allumèrent.

S73 doi

stop écouter
45. ta bhanyo mahārāj kholi āgalo paryo ta bhanyo mahārāj jāgo jāgo hunya bakhatamī ta bhanyo mahārāj « elā bāis lākh… bāis mār jiteko lākho cha goṭh ta bhanyo mahārāj lyāsa tai » bhanera bhanyo mahārāj bāis lākh… bais mār jiteko lākhā dāuni bhori khalāmī laibara ta bhanyo mahārāj kāṭihālcha |

45. Les âtres s’allumèrent et l’on s’éveilla. On dit : « Il y a dans l’étable un bouc ayant gagné vingt-deux deux combats, amenons-le ! ». On conduit le bouc ayant gagné vingt-deux combats sur l’aire de battage et de pressage, et on le tranche.

S74 doi

stop écouter
46. kāṭnyā bakhatamī ta mahārāj kāṭne bakhatamī ta bhanyo mahārāj dui anḍarakaṭṭya bhāi bhayā anḍaro bheḍihālthyo masu jammai khāhālthyo aṅḍaḍo bheḍibara dui bhāi anḍarakaṭṭe bhāi bhaigaithyo |

46. Et ils devinrent frères-par-le-testicule, ils coupèrent les testicules, ils mangèrent ensemble toute la viande, ils devinrent frères-par-le-testicule.{{3}}


NOTE : {{3}} Forme de fraternité rituelle devenue aujourd’hui, semble-t-il, obsolète.

S75 doi

stop écouter
47. bhane mahārāj « jhagaḍuwā jaidin ma eklo hũlo tuile toknu ho jaidin kām paḍanna uidin taile toknu ho ta bhanyo mahārāj tu anḍarakaṭṭe bhāi bhayā » |

47. [Rani Rāut dit] : « Jhagaḍuwā, le jour où je serai seul tu devras veiller sur moi, le jour où il y a aura quelque corvée, tu y pourvoiras, dit-il. Tu es devenu [mon] frère-par-le-testicule »

S76 doi

stop écouter
48. hunyā bakhatamī ta mahārāj ta dui anḍarakaṭṭe bhāi bhaibara ta bhanyo mahārāj ui rānile bhanyo mahārāj usāilāi saũpidiyo saũpidiyo |

48. Une fois devenus frères rituels, Rani Rāut lui abandonna tout ce qui était en sa possession.

S77 doi

stop écouter
49. saũpanyā bakhatamī ta mahārāj āphnu jogiko bheṣ leibara rani rāut ta bhanyo mahārāj […]

49. Rani Rāut prit l’habit de yogi, (…)

S78 doi

stop écouter
ta mahārāj rani rāut āphnu bhanyo mahārāj sāt hātki ta bhanyo mahārāj cimaṭā banāibara ger pāni laṭā lāibara gāũ gāũ ḍullu pasijancha |

il se fabriqua une pince longue de sept coudées, il prit un pot à eau, et se mit à errer de village en village.{{4}}


NOTE : {{4}} Les yogis transportent entre autres une pince, symbole du foyer de renonçant (dhuni) qu’ils entretiennent dans les lieux où ils s’installent par itinérance, et un pot pour recevoir les aumônes.

S79 doi

stop écouter
50. gāũ gāũ ḍullyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ta gāũ gāũ ḍullyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj wā̃i kolāuli koṭ gayo usaikā māit gayo purānā māit |

50. Errant de village en village, il parvint au fort de Kolāuli, chez sa belle-famille, à son ancienne maison maritale.

S80 doi

stop écouter
51. purānā māit jāibara ta bhanyo mahārāj ta pipali cauraṇimī basiraithyo pipali cauraṇimī basibara ta bhanyo mahārāj āba uikhi sāli āunthi bhimlaḍā udā |

51. Il s’était installé sur une plate-forme de repos sous un pipal. C’est alors qu’arrive sa belle-sœur Bhimlaḍā Udā.

S81 doi

stop écouter
52. bhimlaḍā udā āunthi ta ta bhanyo mahārāj pipali caurāṇimī takanthi orkanthi pharkanthi ta bhanyo mahārāj : (…) « ta cauḍunnī ta bhanyo mahārāj cauḍunnī taku bhinājuki jaisi ā̃khaki … nākakī nauṭuṇi taku bhinājuki jhai hātakā bāuṭunni taku bhinājuki jhai ta bhanyo mahārāj u ho raicha kaso raicha ? bhanyo mahārāj .... cor cāṭyā dhā̃ḍi kāphali naicāko maicā ko hai ke hai ha ko hai ke hai ? tero chā̃ṭ kā̃ṭ dekhera mero bhināju rani jaso lāgannācha »

52. Sur la plate-forme de repos, elle [le] regarde de haut en bas, [et elle se dit :] « Je regarde son front, il ressemble à mon beau-frère… Je regarde le bout de son nez, il ressemble à mon beau-frère… Je regarde le poignet de sa main gauche, il ressemble à mon beau-frère… Serait-ce lui ? Comment est-ce possible ? » Ainsi se disait-elle, grand-roi. « Lécheur de plats, serviteur du narguilé, hirsute aux crânes, qui es-tu, d’où viens-tu ? En voyant ton allure, j’ai comme l’impression que tu ressembles à mon beau-frère. Qui serais-tu d’autre ? »

S82 doi

stop écouter
53. bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj « elā aur ko ta ko nahĩ re ta bhanyo mahārāj tero bhināju raniki rāut mai hũ » |

53. « — Personne d’autre ! Oui, c’est bien moi, ton beau-frère Rani Rāut. »

S83 doi

stop écouter
54. bhanyā bakhatamī ta mahārāj « tui bhaibara ta bhaigyo pai » bhanibara ghar jāibara koseli aribara bhanyo mahārāj āphnu ijābuwaki bhanihālthyo |

54. « Ça alors ! Te voilà ! Très bien ». De retour chez elle, ses beaux-parents firent un présent au gendre{{5}} et lui dirent :


NOTE : {{5}} Le koseli est un présent rituel fait par la famille des donneurs de femmes à la famille des preneurs..

S84 doi

stop écouter
55. « alā āja hāmra bhināju bhanyo mahārāj rani rāutki calāi hoiraicha re » ta bhanyo mahārāj khānī pini jharjhajyā puri pakhawān je banāunyā ho banāhālthyo |

55. « Ah ! Petit ! Aujourd’hui nous célébrons notre gendre Rani Rāut ». Ils préparèrent à boire et à manger, crépitement des galettes et des beignets, tout ce qu’il convient de préparer.

S85 doi

stop écouter
56. hunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj duwai baḍḍā baḍḍile sallāha garihālthyo |

56. Pendant ce temps, grand-roi, le vieux et la vieille tinrent conseil.

S86 doi

stop écouter
57. garnyā bakhatamī khāne ta bhanyo mahārāj jharjhajyā puri pakhawān nau dunā aṭhāra parkanta banāhālthyo |

57. Crépitement des beignets, des douceurs et des galettes, ils préparèrent dix-huit sortes de mets dans neuf plats de feuilles.

S87 doi

stop écouter
58. jāibara ta bhanyo mahārāj rani rāutle ta bhanyo mahārāj āphnā jyu sasurā sãga āphnā jyu sasurā sãga ta bhanyo mahārāj bhannu pasi jānthyo |

58. Rani Rāut se met à causer avec son beau-père et sa belle-mère.

S88 doi

stop écouter
59. « ke ta kehĩ nahĩ bhanyo mahārāj mero bolyā bacan dine bhāya mattar khānā khānchu niti ma khānaina hā khānaina » |

59. « Je ne mangerai que si vous me promettez de me donner ce que je réclame, sinon je ne mangerai pas. Non, je ne mangerai pas.»

S89 doi

stop écouter
60. « elā ke bhayo kaso bhayo kaso bhayo ke bhayo » bhanibara bhanyo mahārāj baḍḍā baḍḍi sodhathyā « ta jyunār ta ho khānā khā ta bhanyo mahārāj arnya kurā arihāllā — naĩ ta bhanyo mahārāj palli wacan bola pai bhanyo mahārāj ma jyunār khānchu niti khānaina » |

60. « Eh ! Petit ! Qu’y a-t-il, qu’est-ce qui ne va pas ? » demandèrent le vieux et la vieille. « Tiens, ce festin est pour toi. Mange. Ensuite, si tu as quelque chose à dire, tu le diras. — Non ! D’abord, donnez votre parole, puis je mangerai. »

S90 doi

stop écouter
61. « taso bhaibarī ta bhanyo mahārāj je bhanallai diũlā » bhanibara bhanyo mahārāj wacan boligaithyā | wacana bollyā bakhatamī ta mahārāj wacana bollyā bakhatamī ta wacana bhantyo mahārāj khāni pine khāibara « ke ta kehī nahĩ kelāi āyā hau ke āyā hau ke bhanyai ? — ke ta kehĩ nahĩ bhanyo mahārāj bhim lāḍā udā ma dinuparyo — hā̃ ? — ma dinuparyo » |

61. Ils promirent : « Quoi que tu demandes, nous te le donnerons ! ». Quand il eut bu et mangé, ils lui demandèrent : « Pour quoi es-tu venu ? Parle ! — Oh, ce n’est rien… Il faut me donner Bhimladā Udā. » 

S91 doi

stop écouter
62. « — elā tuile ke bhani kaso bhani ail bhanihāli āba kyāru kasoru » bhanibara duai baḍḍa baḍḍi caṭpaṭāibara | bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj « tyo ta meladeu kolāulile bareko bān ho ta bhanyo mahārāj uikhi... uisanga kaikhi callai ! jan arai buwā » bhanyā bakhatamī « jaiko bhae pani aba wacan boligyā laijāncha laijā » |

62. « — Mais que dis-tu ! Ah ! Voilà que tu as parlé ! Maintenant, que faire, comment faire ? » Le vieux et la vieille étaient aux abois. O grand-roi, au moment de parler, [ils dirent ]: « Mais elle est promise à Meladev Kolāuli ! Qui rivalisera avec lui ? Ne fais pas ça, petit ! Ah ! Mais de toute façon, notre parole est donnée ! Alors puisque tu veux la prendre, prends-la donc ! ».

S92 doi

stop écouter
63. bhanibara bhanyo mahārāj bihāki tayāri aribara ta bhanyo mahārāj ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re …

63. Voici de quelle manière on se mit à préparer le mariage…

S93 doi

stop écouter
64. ta bhanyo mahārāj jhulukka ghām jhulkyo ṭulukka ausī ṭulki gaibhaisikā bandhan khulyā thaḍbaḍi khalāko kacahārī juḍyo kholi jāgo jāgo bhayo ta bhanyo mahārāj kholi āgalo paryo |

64. O grand-roi ! Et le jour soudain de poindre, le givre de givrer, la longe à bestiaux de se libérer, et sur l’aire commune les procès de procéder. La clarté se fit, les âtres s’allumèrent.

S94 doi

stop écouter
65. parnyā bakhatamī ta mahārāj ta bhanyo mahārāj ta wā̃ baryā̃t ta bhanyo mahārāj rani rāutle āphnu tayāri tuyāri aribara ke bhā̃tle bāṭā lāgi jāncha re…

65. Dans le cortège nuptial de Rani Rāut, préparée, pomponnée, voici de quelle sorte [la mariée] se met en route…

S95 doi

stop écouter
66. āho!

66. aho!

S96 doi

stop écouter
[chœur] meroi sor gāidirayā — sāth sãgini

[Choeur] « Continuez à chanter en ma mémoire, compagnes !

S97 doi

stop écouter
meroi sor gāidirayā — sāth sãgini

Continuez à chanter en ma mémoire, compagnes !

S98 doi

stop écouter
ḍā̃ḍā kā̃ḍā ghā̃s kāṭanthya — sāth sãgini

Sur les collines on coupait le fourrage, compagnes

S99 doi

stop écouter
ḍā̃ḍā kā̃ḍā ghā̃s kāṭanthya — sāth sãgini

Sur les collines on coupait le fourrage, compagnes

S100 doi

stop écouter
sãgai jānthyā goru bākharā — sāth sãgini

Ensemble on allait garder les bêtes, compagnes

S101 doi

stop écouter
sãgai jānthyā goru bākharā — sāth sãgini

Ensemble on allait garder les bêtes, compagnes

S102 doi

stop écouter
sãgai jānthyā ḍā̃ḍā kā̃ḍā — sāth sãgini

On allait ensemble sur les collines, compagnes 

S103 doi

stop écouter
sãgai jānthyā ḍā̃ḍā kā̃ḍā — sāth sãgini

On allait ensemble sur les collines, compagnes 

S104 doi

stop écouter
meri sor gāidirayā — sāth sãgini

Continuez à chanter en ma mémoire, compagnes !

S105 doi

stop écouter
meri sor gāidirayā — sāth sãgini

Continuez à chanter en ma mémoire, compagnes ! »

S106 doi

stop écouter
67. [récitatif] ta mahārāj bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj phāgāri phāg gāunthin ta bhanyo mahārāj kolāuto baḍāĩ adda pasi jānthyā |

67. [Récitatif] Grand-roi ! Les chanteuses chantaient les chants de bon augure, les musiciens allaient sonnant…

S107 doi

stop écouter
68. arnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj baryā̃t bāṭā lāgigaicha pachā hilo naĩ agāḍi dhulo naĩ ta bhanyo mahārāj cait basiṅga phulāī ta bhanyo mahārāj kolauto thyā ta bhanyo mahārāj |

68. Le cortège prend la route, sans poussière devant et sans boue derrière, les musiciens étaient fleuris comme le basinga au printemps.

S108 doi

stop écouter
69. bhanya bakhatami ta mahārāj āphnu alkawa kalkawa ghoḍo nāli khā̃kar māno cā̃ph lāibara ta bhanyo mahārāj rani rāut garamm garamm garamm aribara bhanyo mahārāj gaigaithyo |

69. Menant son cheval Alkawa Kalkawa à la bride sertie de joyaux, aux grelots sur sabots, Rani Raut s’en allait, grand-roi, cadaclop, cadaclop, cadaclop !

S109 doi

stop écouter
70. janyā bakhatamī ta mahārāj baryā̃t ta ghar phugigaithyo | phugnyā bakhatamī ta mahārāj khāne bhaicha pinī bhaicha ta bhanyo mahārāj uṭhā bhaicha basi bhaicha |

70. Après le départ, le cortège parvient à la maison. On mange on boit, on se lève, on s’asseoit{{6}}.


NOTE : {{6}} Lors des grands rassemblements, on fait manger les convives par petits groupes: quand les uns ont terminé, ils se lèvent pour laisser la place aux suivants.

S110 doi

stop écouter
71. hunyā bakhatamī sabai ta bhanyo mahārāj… hunyā bakhatamī dosro din ta bhanyo mahārāj jhulukka ghām jhulkagyo ṭulukka ausī ṭulkigai gaibhaisikā bandhan khuligyā thaḍbaḍi khalāko kacahārī juḍigyo kholi āgalo paryo jāgo jāgo bhayo |

71. Et le lendemain, grand-roi, pour tous le jour soudain poignit et givra le givre, la longe à bestiaux se libéra et sur l’aire commune procédèrent les procès. La clarté se fit, les âtres s’allumèrent.

S111 doi

stop écouter
72. hunyā bakhatamī ta mahārāj ta bhanyo mahārāj hunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ta (…) ke bhā̃tle bhanu pasi jancha re …

72. En ce temps-là, grand-roi, comment allait-on disant…

S112 doi

stop écouter
73. [chœur] sāiba kaisā baraṇaki— baryā̃t āicha wa kaisā baraṇaki

73. [Choeur] « Sire ! De quelle couleur est-il / ce cortège qui vient, de quelle couleur ?

S113 doi

stop écouter
sāiba kaisā baraṇaki— baryā̃t āicha wa kaisā baraṇaki

Sire ! De quelle couleur est-il / ce cortège qui vient, de quelle couleur ?

S114 doi

stop écouter
sāiba pelā baraṇako — byāulo āicha wa pelā baraṇaiko

Sire ! Vêtu de jaune / avance le marié, vêtu de jaune

S115 doi

stop écouter
sāiba pelā baraṇako — byāulo āicha wa pelā baraṇaiko

Sire ! Vêtu de jaune / avance le marié, vêtu de jaune

S116 doi

stop écouter
caitakā basiṇga phulāĩ— baryā̃ta āicha wa basiṇga caita

Fleuri comme le printemps / vient le cortège, fleuri comme le printemps

S117 doi

stop écouter
(…)

(…)

S118 doi

stop écouter
rātā baraṇaki— byāuli āicha rātā bāraṇako

Vêtue de rouge / avance la mariée, vêtue de rouge

S119 doi

stop écouter
sāiba pachāḍi dhulo naĩ— baryā̃t aicha agāḍi hilo naĩ 

Sire ! Sans poussière derrière / vient le cortège, et sans boue devant ! »

S120 doi

stop écouter
sāiba pachāḍi dhulo naĩ— baryā̃t aicha agāḍi hilo naĩ 

Sire ! Sans poussière derrière / vient le cortège, et sans boue devant ! »

S121 doi

stop écouter
74. [récitatif] ta mahārāj ta bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj kaisā baranakī baryā̃t āicha hunyā bakhatamī ta ta guḍ milyā raṁgako baryā̃ti āichana caita basiṇ phulāī ta bhanyo mahārāj kolāuto thyā phelā baraṇako ta bhanyo mahārāj byāulo thyo rātā baraṇaki bhanyo mahārāj byāuli thi |

74. [Récitatif] O grand-roi ! En ce temps-là, de quelles couleurs est donc le cortège qui vient ? Les noceurs arrivent, bariolés de vermillon ! Il y avait des musiciens fleuris comme le printemps, il y avait le marié vêtu de jaune, il y avait la mariée vêtue de rouge !

S122 doi

stop écouter
75. bhanyā bakhatamī ta mahārāj tinaro ta pachāḍi hilo naĩ agāḍi dhulo naĩ hunyā mahārāj tasai raṁgki baryā̃t aithi |

75. Sans poussière devant et sans boue derrière, ô grand-roi, ainsi coloré venait le cortège.

S123 doi

stop écouter
76. bhanibara ta bhanyo mahārāj bhanyā bakhatamī gāinā gainā pāttar pāttar nacnā nacāiyā bājā bājittar ta bhanyo mahārāj jammai lāibara ta bhanyo mahārāj rani rāutle āphno bihā arihālthyo |

76. Rani Rāut les rassembla tous, les chanteurs pour chanter, les danseurs pour danser, les musiciens pour jouer, et il se maria.

S124 doi

stop écouter
77. āphnu bihā arnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj rājāko celo kā̃kaḍāko belo ta bhanyo mahārāj ājko jaso bhola bholako jaso porki ta bhanyo mahārāj cha mahinā barṣa din hoigyā |

77. Fils de roi, pampre de concombre, aujourd’hui comme demain, demain comme après-demain, les jours passèrent, six mois, un an.

S125 doi

stop écouter
78. hunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj hunyā bakhatamī ta mahārāj ta meladeu kolāuli mau ta bhanyo mahārāj : « alā buwā bhaiyā pai yai muṇākā hāmai māttar thyā ta bhanyo mahārāj hām bhanna ucita ko nikalyo ko nikalyo hā̃ ? — ke ta kei naĩ le bhanyo mahārāj hamile bareko bān bhanyo mahārāj rani rāutle laigyo nāu ui rāut ta bhanyo mahārāj ui rāutle bhanyo mahārāj hām jaso birki bhanyo mahārāj bareko bān laigyo » |

78. Pendant ce temps, dans la fratrie de Meladev Kolāuli, [on se disait] : «Allons bon ! [Jusqu’à présent] nous étions les seuls ! Qui est donc celui-ci qui débarque [en prétendant] mieux convenir que nous [pour ce mariage] ? La fille qui nous était promise, c’est Rani Rāut qui l’a prise ! Il s’appelle Rāut, [lui qui se prétend] aussi valeureux que nous, et ce Rāut a pris [notre] promise. »

S126 doi

stop écouter
79. « taiko ta bhanyo mahārāj bhaigyo sinkā ṭipdī giddu naṇg ṭipdo māsu ta bhanyo mahārāj adhā adhā phaḍ cotā jhā cāphnā caudda bhā̃ṭā udā sāt bhā̃ṭā uwā… sāt bhā̃ṭā udā sāt bhā̃ṭā uwā cauddā bhā̃ṭāki mālā ainibara bhanyo mahārāj taiki ta musā jhai khālgaḍī khiṭihālālu lau ! » bhanibara sallāhā hoigaithyo |

79. Ils tinrent conseil et se dirent : « Ah ! Qu’à cela ne tienne ! ! Nous ferons des brochettes avec sa cervelle, nous lui arracherons la viande avec les ongles, nous en ferons comme du radis noir et du gingembre pilés ! Nous enfilerons ses sept côtes inférieures et ses sept côtes supérieures en un collier de quatorze côtes ! Puis nous pèlerons sa peau comme un rat ! »

S127 doi

stop écouter
80. sallāhā hune bakhatamī ta mahārāj sallāhā hune bakhatamī ta mahārāj ta hune hune ta bhanyo mahārāj bāsā parbhāt bhanyo mahārāj unari re unari bhanyo mahārāj hoijāncha : « alā buwā ! hoiyā pai ! uiko ta sāt bhā̃ṭa udā sāt bhā̃ṭa uwā ta bhanyo mahārāj caudda bhā̃taki mālā kicihālā kyā » |

80. Du soir au matin, ils répétaient. « Ah ah ! Avec ses sept côtes inférieures et ses sept côtes supérieures faisons-nous un collier ! »

S128 doi

stop écouter
81. bhanyā bakhatamī ta mahārāj dinko din hoigaithyo hune bakhatamī ta mahārāj cha mahinākī ta bhanyo mahārāj garbhiṇi bhimlaḍā udā ta bhanyo mahārāj bhimlaḍā udā cha mahināki garbhini hoigaithi |

81. Les jours passèrent, grand-roi. Bhimladā Udā était enceinte de six mois.

S129 doi

stop écouter
82. hunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ek din ta bhanyo mahārāj meladeu kolāuli mau bhanyo mahārāj āphnā lugā bhāgā kasi ta bhanyo mahārāj aphnā ta kalkawa ghoḍā kasibara nāli khā̃kar māno cā̃ph lāibara bhanyo mahārāj gidgidgidgidgidgidgidgid jāi bhannācha |

82. Un jour, Meladev Kolāuli harnacha son cheval Alkawa, à la bride sertie de joyaux, aux grelots sur les sabots, et il s’en fut, hue ! dia ! cadaclop !

S130 doi

stop écouter
83. jānyā bakhatamī « elāu ke bhayo kaso bhayo acamma mannu bhanyo mahārāj meri yai kolāuli koṭmī āja samma bhanyo mahārāj koi bhanyo mahārāj bābuko ta bhanyo mahārāj bābuko lāl koi paidā bhayā hoina ail gidgid bhaḍbhaḍ ta bhanyo mahārāj dekhinnācha » |

83. A ce moment-là, Meladev Kolāuli fut stupéfait : « Jusqu’aujourd’hui, ici au fort de Kolāuli, aucun enfant d’un père, aucun frère ou cousin n’est venu comme ça… Or [voilà que] maintenant, on entend ce ‘hue ! dia ! cadaclop ‘ !»

S131 doi

stop écouter
84. ta bhanyā bakhatamī « kasari bhanyo mahārāj yo gidgid hunnācha kasari bhaḍbhaḍ hunnācha | ko ho ke ho jhyāli kāphali... ḍhā̃ḍi kāphalī naicāko maicyā jogi jalyāntari bhāt bhikāri ko ho ke ho ? » |

84. A ce moment-là, [on se demanda] « Quel est ce fracas de sabots, quel est ce bruit de galop ? Qu’est-ce, qui est-ce ? Un hirsute aux crânes, un serviteur du narguilé, un yogi porte-flammes, un mendiant d’aumônes, qui est-ce, qu’y a-t-il ? »

S132 doi

stop écouter
85. āphno palyā palyā chāḍibara bhanyo mahārāj « tinari talāsimī jā » bhanyo mahārāj bhanyā bakhatamī meladeu kolāuli mau ta bhanyo mahārāj […] meladeu kolāuli mau airaichan |

85. Ils lâcha son [perroquet] : « Pars les chercher! », dit-il, et la fratrie de Meladev Kolauli arriva.

S133 doi

stop écouter
86. bhanyā bakhatamī rani rāut ta bhanyo mahārāj kyāru kasoru ekalai hoigyā aba kyāru kasoru bhanibara bhanyo mahārāj aphnāi hāt baṭa ciũḍanthyo ta « e jhagaḍuwā ! — hā̃ ? — ke ta kei naĩ tera cāpatiko jhol khāi marellai re budi āba ta āpat paḍigai yā̃ paḍigai hā paḍigai re ! hiṭ masãga » |

86. Rani Rāut était tout seul,  que faire, comment faire ? Que faire, comment faire, il se frotta les mains…{{7}} « Eh ! Jhagaḍuwā ! — Quoi ? — Rien ! Ah ! Meurs donc en buvant ton brouet ! Mon vieux, voilà que les ennuis arrivent et nous tombent dessus. Allez, debout ! Suis-moi ! »


NOTE : {{7}} Meladev envoie un message à ses frères avec un perroquet. Rani Rāut se frotte les mains, signe d’inquiétude.

S134 doi

stop écouter
87. bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj gharkī ui rānile sikāibara bhanyo mahārāj « dadā ma ta » bhanyo mahārāj ek... ek kopaḍo bhanyo mahārāj *piṭhāibara dihālyo : « jā̃khi tā̃khi bhanyo mahārāj bāṭā muno jāllai bahira basai kopaḍā bhanyo mahārāj piṭhāyā kopaḍo hālidiyai ma ta ragat paryo bhanibara mahārāj jan gayai » |

87. Sa femme lui avait enseigné [un tour qui consistait à dire] : « Ah ! Grand frère ! » et lui avait donné un pot à latrines. « Çà et là, en chemin tu t’écarteras pour faire tes besoins et sur le pot à latrines, sur le pot à latrines tu verseras de la poudre. Tu diras :’Voilà que je saigne !’ et ainsi tu n’iras pas.»

S135 doi

stop écouter
88. bhanyā bakhatamī « bhaigyo » bhanibara āba jhagaḍuwā bhanyo mahārāj ta āba bāta jawa ta bhanyo mahārāj kolāuli koṭmī ta bhanyo mahārāj cāḍḍyā bakhatamī ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re…

88. [Et Rani Raut dira] : « Bon, ça suffit, [rentre chez toi]. » Et, alors que Jhagaḍuwā abandonne [en chemin pour] le fort de Kolauli, voici de quelle façon l’on va disant…

S136 doi

stop écouter
89. [chœur] ā ho!

89. [Choeur] aho!

S137 doi

stop écouter
sāiba sarpa khalakana / bāṭoli lāgyo wa sarpa khalakana

Sire ! Avec l’allure du serpent / il se mit en route, avec l’allure du serpent

S138 doi

stop écouter
sāiba jumi malaśāuna / bāṭoli lāgyo wa jumā malaśāuna

Sire ! En lissant sa moustache / il se mit en route, en lissant sa moustache

S139 doi

stop écouter
sāiba ā̃khi kiṭkāuna / bāṭoli lāgyo wa ā̃khi kiṭkāuna

Sire ! En clignant des yeux / il se mit en route, en clignant des yeux

S140 doi

stop écouter
sāiba jumi malaśāuna / bāṭoli lāgyo wa jumi malaśāuna

Sire ! En lissant sa moustache / il se mit en route, en lissant sa moustache

S141 doi

stop écouter
sāiba sarpa khalakana / bāṭoli lāgyo wa sarpa khalakana

Sire ! Avec l’allure du serpent / il se mit en route, avec l’allure du serpent

S142 doi

stop écouter
sāiba sarpa khalakana / bāṭoli lāgyo wa sarpa khalakana

Sire ! Avec l’allure du serpent / il se mit en route, avec l’allure du serpent

S143 doi

stop écouter
sāiba ā̃khi kiṭkāuna / bāṭoli lāgyo wa ā̃khi kiṭkāuna

Sire ! En clignant des yeux / il se mit en route, en clignant des yeux

S144 doi

stop écouter
sāiba danta jhalakāuna / bāṭoli lāgyo wa danta jhalakāuna

Sire ! Les dents étincelantes / il se mit en route, les dents étincelantes

S145 doi

stop écouter
sāiba sarpa khalakana / bāṭoli lāgyo wa sarpa khalakana

Sire ! Avec l’allure du serpent / il se mit en route, avec l’allure du serpent

S146 doi

stop écouter
sāiba ā̃khi kiṭkāuna / bāṭoli lāgyo wa ā̃khi kiṭkāuna

Sire ! En clignant des yeux / il se mit en route, en clignant des yeux

S147 doi

stop écouter
sāiba ā̃khi kiṭkāuna / bāṭoli lāgyo

Sire ! En clignant des yeux / il se mit en route, en clignant des yeux

S148 doi

stop écouter
[…]

[discussion]

S149 doi

stop écouter
90. [récitatif] ta mahārāj « alā budi ! jhagaḍuwā ! ta bhanyo mahārāj mero lugo bhāgi leide mero hatiyār leide mero kalkawā ghoḍo kaside ta bhanyo mahārāj āba bhanyo mahārāj rahabkī ghāṭ ta bhanyo mahārāj meladeu kolāuliki jā̃t hunnācha hunnācha re » |

90. [Récitatif]. [Rani Rāut] dit: « Eh Jhagaḍuwā ! Apporte mes affaires, apporte mes armes, harnache mon cheval ! En ce moment au gué de Rahab, il y a les fêtes de Meladev Kolāuli. »

S150 doi

stop écouter
91. ta bhanyo mahārāj « āb hunaina » ta bhanyo mahārāj hune bakhatamī bhanyo mahārāj uiko lugā phugo leidiyo hāl hatiyār leidiyo ta bhanyo mahārāj kalkawa ghoḍo nāli khā̃kar lahālyo māno cā̃ph lahālyo |

91. « Jamais de la vie !» [se dit Jhagaduwa]. [Jhagaḍuwā] apporta ses affaires, il apporta ses armes, il amena le cheval Kalkawa aux grelots sur les sabots, à la bride sertie de joyaux.

S151 doi

stop écouter
92. launyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj āphnu sābai kasibara ta bhanyo mahārāj bāṭalā janyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj jumi malaśāuna bāṭoli lāgyo danta jhalakāuna bāṭoli lagyo ā̃khi kiṭkāuna bāṭoli lāgyo |

92. Après avoir tout harnaché, quand il fut temps de partir, [Rani Rāut] se mit en route en lissant ses moustaches, il se mit en route en faisant luire ses dents, il se mit en route en clignant des yeux.

S152 doi

stop écouter
93. bhanyā bakhatamī ta mahārāj ta rani rāut sãga jhagaḍuwā gaicha re ek gũḍo ukalibara bhanyo mahārāj « dadā mero dadāki alewāri balewāri canḍikā ṭikamī pākā phurkāmī raijāli re ma ta dadā… ma ta dadā bimār hoibara rāgat paḍigyo rāgat paḍibara bhanyo mahārāj yai tokdā » | bahira jāne bhanyo mahārāj piṭhāyā kopaḍo bhanyo mahārāj raṁg yaso hāllai bhanyo mahārāj « ma ta sakdaina » |

93. Jhagaḍuwā part avec Rani Rāut. Après quelques pas dans un raidillon, [Jhagaḍuwā dit] : « Puisses-tu prospérer, beau grand frère, le ṭikā à ton front et l’étoffe à ton turban, mais je suis malade, je saigne, regarde ! » Il avait mis de la poudre de vermillon sur le pot à latrines [et il disait] : « Je ne peux pas [te suivre] ! ».

S153 doi

stop écouter
94. « alā buwā naisaknyā bhaibari hām (…) āyā hũ āba ke ma dosro khojũ ta ṭhikai cha » bhanera mahārāj ta āphnu kalkawā ghoḍo samāibara rani rāut āphnu ta bhanyo mahārāj meladeu kolāuliki jā̃t gaicha |

94. [Rani Rāut dit] : « Ah ! Flûte ! Puisque tu ne peux pas [me suivre] alors (…). Je chercherai quelqu’un d’autre. Ça ira !» Et, saisissant son cheval Kalkawa, Rani Rāut s’en va seul aux fêtes de Meladev Kolāuli.

S154 doi

stop écouter
95. janyā bakhatamī ta mahārāj melādeu kolāulile ta bhanyo mahārāj melādev kolāulile rātko bhai ta bhanyo mahārāj rātko ta bhanyo mahārāj mittur lagyāuni sattur ṭaḍyāuni rāt ta bhanyo mahārāj gale balla dāuni ta tasa rāt ta bhanyo mahārāj rāt ek tir hāṇyo bhanyo mahārāj lāgaina |

95. Se faire par le rite un ami, maîtriser l’ennemi, manœuvrer une paire de bœufs mal assortis— ainsi, de nuit, Meladev Kolāuli tira une flèche qui manqua sa cible.

S155 doi

stop écouter
96. dosro tir hāṇyo ta bhanyo mahārāj pāũ tira chāḍidiyo tesari tir hāṇyo ta bhanyo mahārāj dāina tir chālyo ta bhanyo mahārāj chāllyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ekalo kati tekalo |

96. Il tira une seconde flèche vers ses pieds, que [Rani Rāut] esquiva. Il en tira une troisième, que [Rani Rāut] esquiva sur sa gauche. Mais combien un homme seul peut-il en esquiver ?

S156 doi

stop écouter
97. ta bhanyo mahārāj uikhi ta phuiju thi ui ta eklai cha | hunyā bakhatamī ta mahārāj gidgidgidgidgid aribara bhanyo maharāj melādeu kolāuli bhanyo mahārāj tir hāṇyo ta bhanyo mahārāj chātimī rani rāutko lāyo re|

97. A part sa tante paternelle, il était seul. C’est alors que Meladev Kolāuli décocha une flèche qui, en faisant gidgidgidgid, atteignit Rani Rāut à la poitrine.

S157 doi

stop écouter
98. tā̃i muḍo mahārāj muḍ kāṭera ta bhanyo mahārāj rani rāut ta kolāuli koṭ ta bhanyo mahārāj ui muṇo mahārāj siddihālyo |

98. On lui coupa la tête et Rani Rāut mourut au fort de Kolāuli.

S158 doi

stop écouter
99. siddyāunyā bakhatamī ta mahārāj siddyāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj gāũ gāũ ḍhā̃ṅro hoigyo gāũ gāũ ḍhā̃ṅro hoigyo « rani rāut meladeu kolāuliki jāt ta bhanyo mahārāj muḍ kāṭihālyo » |

99. Quand il fut tué, on battit tambour de village en village : « Rani Rāut est mort. La gent de Meladev Kolāuli lui a coupé la tête ! »

S159 doi

stop écouter
100. bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj gāũki raṇi nagāraki bāsi ta bhanyo mahārāj narunya koi naĩ khāli ta bhanyo mahārāj jammai ta bhanyo mahārāj runu pasigaithyā |

100. Les veuves des villages [comme] les bourgeois des villes, il n’y en a pas un qui ne pleurât. Tous ensemble, ils se mirent à pleurer.

S160 doi

stop écouter
101. runyā bakhatamī ta mahārāj dinko din bityo wā̃ baṭāī ta bhanyo mahārāj meladeu kolāuli mau bhāi jammai āyā |

101. Les jours passèrent les uns après les autres. Les frères du clan de Meladev Kolāuli se rassemblèrent.

S161 doi

stop écouter
102. āunyā bakhatamī ta mahārāj cha mahināki ta bhanyo mahārāj garbhini thi bhimlaḍā udā bhimlaḍā cha mahinaki gharbhini hunethi re bhanyo mahārāj ta ui samāibara ta bhanyo mahārāj musalle ta bhanyo mahārāj cha mahināko phālibara bhanyo mahārāj rāni samāibara bhimlaḍā udā samāibara laigaicha |

102. Bhimladā Udā était enceinte de six mois. Ils s’emparèrent d’elle et, avec un pilon, lui sortirent [l’enfant] de six mois, ils s’emparèrent d’elle et emmenèrent Bhimladā Udā.

S162 doi

stop écouter
103. bhimlaḍā udā laijāhālthyo | laijanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj cha mahināko tuyalu sobhi ta bhanyo mahārāj śiśnakā jaḍā thyo | śiśnakā jaḍā ta bhanyo mahārāj cucaḍāthyo | cucaḍḍyā bakhatamī ta mahārāj cyāhā̃ cyāhā̃ cyāhā̃ cyāhā̃ addāthyo |

103. [Ils jetèrent] l’orphelin de six mois dans un buisson d’orties. Il tétait le buisson d’orties et il pleurait. « Ouiiiin ! Ouiiiin ! ».

S163 doi

stop écouter
104. arnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj raniki… raniki jiyā ta bhanyo mahārāj bairāgi silā ta bhanyo mahārāj « ko hai ke hai ta bhanyo mahārāj koiko ho ke ho yo bālak runyā ? » bhanibara « koiko ho yo bālak runyā ? » bhanibara bhanyo mahārāj śiśnuka jaḍā takanthyo ta |

104. La mère de Rani Rāut, Bairāgi Silā, aperçut le bébé en train de pleurer dans le buisson d’orties [et elle s’exclama] : « A qui es-tu, d’où viens-tu ? A qui est cet enfant qui donne de la voix ? A qui est cet enfant qui pleure ? »

S164 doi

stop écouter
105. ta bhanyo mahārāj « anewār dekhu merai ranīkī jasi banewār dekhu meri ranikī jasi | koiko hai ke hoi yo ta cha mahināki tuhelu chuyā ? » |

105. « Si je te regarde de face, tu ressembles à Rani… Si je regarde ton profil, tu ressembles à Rani… A qui est-tu donc, orphelin de six mois ? »

S165 doi

stop écouter
106. bhanyā bakhatamī ta mahārāj āphu sāt phukār āribara ta bhanyo mahārāj bairāgi jiyā bhannu pasi jancha | ke bhannu pasi jancha… ke bhā̃tle bhanu pasi jancha re |

106. Pour faire l’ordalie, la mère Bairāgi se met à parler. Voici de quelle sorte elle se met à dire…

S166 doi

stop écouter
107. (partie chantée inaudible)

107. (tambours; chant inaudible)

S167 doi

stop écouter
108. ta maharāj hunyā bakhatamī ta mahārāj « mera raniko sācillo puta hollai sungeḍi thākaḍimī aijā ta koi bairako hollai ta nai āllai » | bhanibara ta bhanyo mahārāj āphnu sāt phukāribara jiyā bairāgi śilāle ta bhanyo mahārāj bairāgi śilāle ta bhanyo mahārāj sāt phukārihālthyo |

108. « Si tu es vraiment le fils de mon fils Rani Rāut, alors avance sur ce linge doré. Si tu es le fils de quelque ennemi, n’avance pas. » La mère Bairāgi Silā énonça l’ordalie en parlant de la sorte.

S168 doi

stop écouter
109. sāt phukadde bakhatamī cyāhā̃ cyāhā̃ addo ta bhanyo mahārāj ta phugigaithyo | ta sungeḍi thākaḍimī cha mahināko tuyalu sobhi ta bhanyo mahārāj ṭhakaḍimī aigaithyo |

109. [Le bébé] s’avança en pleurant. Sur le linge doré, l’avorton de six mois Sobhi Raut, sur le linge s’avança.

S169 doi

stop écouter
110. bhanyo mahārāj « merā raniko ta bhanyo mahārāj sācillo puta hollai merā raniko puta hollai ta ta bhanyo mahārāj merā raniko puta hollai ta ta bhanyo mahārāj mera chāti dudh phulijāũ goṭh thāḍu gāi cha goṭh thāḍu gāi cha ta bhanyo mahārāj u pani beijāu » bhanibara ta bhanyo mahārāj āphnu sāt phukarihālthyo |

110. « Si tu es vraiment le fils de mon Rani, que du lait monte à mon sein et que dans l’étable vêle aussi ma vache Thāḍu ! » Elle énonça l’ordalie.

S170 doi

stop écouter
111. sāt phukaddyā bakhatamī ta mahārāj sāt phukaddyā bakhatamī (…)

111. Et [le bébé] s’approche sur le linge doré,

S171 doi

stop écouter
ta mahārāj bhanyā bakhatamī (…)

(…)

S172 doi

stop écouter
sungeḍi thākaḍimī aigaithyo goṭh thāḍu gāi beigaithyo bairāgi jiyākā ta bhanyo mahārāj chāti dudh phuṭigaithyo |

dans l’étable Thāḍu la vache vêla, et du lait monta au sein de Bairāgi, grand-roi. 

S173 doi

stop écouter
112. phuṭnyā bakhatamī rājāko celo kā̃kaḍāko belo dinko din ta bhanyo mahārāj diũso biũso hoibara ta bhanyo mahārāj diũso biũso hoibara ta bhanyo mahārāj hāmat hāmat kāmat kāmat bālo hoigaithyo |

112. Fils de roi, pampre de concombre ; les jours passèrent et l’enfant devint de plus en plus robuste.

S174 doi

stop écouter
113. kāmnyā bakhatamī ta mahārāj āba dinko din bhayo mahārāj paṁgeli khelyā hoigaithyo ṭhiḍi dāphalo khelle hoigaithyo |

113. Grand-roi, jour après jour, il jouait à l’arc lance-boulettes, il jouait au jeu des baguettes wānṭhiḍī.{{8}}


NOTE : {{8}} En népali dandi-biyo. Jeu de bâtons : celui de courte taille (biyo) est placé dans un trou. Un second bâton plus large sert à l’en sortir dans un premier geste, et, sans qu’il ait touché terre, dans un second geste à le projeter le plus loin possible (parfois sur une cible).

S175 doi

stop écouter
114. ṭhiḍi dāphalo khelle hoigaithyo ṭhiḍi dāphalo khelibara ta bhanyo mahārāj ta koilai bhanyo mahārāj kasāikā ta moṭṭā pharkāidinthyo koilāi kasāikā suppā pharkāidinthyo | biskun le hā̃ biskun le ta bhanyo mahārāj biskun le ta bhanyo mahārāj hālibara ta mahārāj dinko din hoigaithyo |

114. Parfois il renversait la natte d’Untel [où du grain était mis à sécher], parfois il renversait le van d’un autre [où du grain était mis à sécher]. Jour après jour, c’était : «Rends-moi le grain [perdu] ! Hein ! Rends-le moi donc ! »

S176 doi

stop écouter
115. hunyā bakhatamī ta mahārāj « elā buwā elā buwā ! tero chāpatiko jhol khāi marellī re ! bhanyo mahārāj aḍuwai caḍuwai surāi sakati ta bhanyo mahārāj yai mulyā koiko leyāhai ? hā̃ koiko leyāhai tuile tuile koiko leyāhai ? » |

115. [Les villageois disaient à Bairāgi] en grand surprise : « Meurs donc en buvant ton brouet ! De qui est cet orphelin que tu as ramené ? Hein ? De qui est-il ? »

S177 doi

stop écouter
116. « ta bhanyo mahārāj kasaikā naṅgalā phālidincha kasāikā pholā pharkāidinnācha kasāikā gwālā māri dinnācha kasaikā kei addācha | kāhā̃ lei ke lei hā̃ yai mulya ?! » |

116. « Quand il ne renverse pas le grain mis à sécher de l’un, c’est pour casser les jarres en terre de l’autre, ou pour battre les petits gardiens de bétail. Il n’arrête pas de faire du mal à quelqu’un ! D’où le sors-tu et pourquoi le ramènes-tu ici, cet orphelin ? » 

S178 doi

stop écouter
117. chāḍibara ta bhanyo mahārāj ghar muṇo bhanyo mahārāj ta dikka lāibara bhanyo mahārāj bhanyā bakhatamī « elā buwā teri ijā rāṇo tui celo māranna re khānnā re tasoi bhaibari tero buwā ranuwā bhanyo mahārāj melādeu kolāuli mau ḍhan kaṭāũ tera buwā tasāī bhā̃t hunāle hoilā tum » bhanyo mahārāj « janajai bairiki taraka uiko sāt kul narak ta mahārāj jain bairāki tero tarak uiko sāt kul narak » |

117. En ce temps-là, ô grand-roi, comme il ennuyait les gens de la maison, [ceux-ci lui dirent] : « Eh ! Toi ! Ta mère est veuve, et toi, tu es son fils{{9}} ! Et tu n’a [encore] tué personne, tu n’as pas consommé [la vengeance] ! [Qu’attends-tu pour] coupe[r] la tête de Meladev Kolāuli [en réparation pour] ton père ! Fais-en ainsi, toi ! Celui qui ne peut se venger de son ennemi, qu’il soit maudit, lui et sa descendance, pendant sept générations ! Celui qui ne peut se venger d’un ennemi [comme] le tien, qu’il soit maudit pendant sept générations ! »


NOTE : {{9}} Insulte.

S179 doi

stop écouter
118. mahārāj « kā̃ thyo koitira thyo ek suppā badalā dui suppā le dhān ek naṇgalā ek naṇgalā badalā dui naṇgalā le buwā bhanyo mahārāj mero buwā raniyāki bhanyo mahārāj kā̃ kāṭiyā hun (…) koikole bhaṇ mahārāj bhanihāl !» |

118. « — Où cela était-ce, vers où cela était-ce ? En échange d’un van de riz, je vous en donnerai deux ! Pour une jarre de grain, je vous en donnerai deux ! Mais où mon père Raniyā a-t-il donc été tué ? Parlez ! »

S180 doi

stop écouter
119. bhane bakhatamī ta mahārāj pipāli caurāṇimī jāibara ta bhanyo mahārāj pipala caurāṇimī jāibara jheppoi ceppoi huḍkeli bhanyo mahārāj gāũ gāũ māgu bhanibara dholile bhanyo mahārāj jhyāppa jhuppo jhyāppa jhuppo aribara āunācha |

119. Il se rendit à la plate-forme de repos. Les bardes Jheppoi et Ceppoi arrivaient en tirant — jyāppa jhuppa !— sur leurs pipes pour mendier au village.

S181 doi

stop écouter
120. āunyā bakhatamī pipali caurāṇīmī takanthyo ta ta bhanyo mahārāj pipali cauraṇīmī ta bhanyo mahārāj cha mahināko tuyalu sobhi pipali caurāṇimī basiryo | ta bhanyo mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā bhanyo mahārāj hukkā jasi sulpa laijāibara tamākhu māgu bhanibara jānthyo ta wā ta bhanyo mahārāj |

120. Ils regardèrent sur la plate-forme de repos: c’était l’orphelin de six mois Sobhi qui était assis. Portant une pipe en terre aussi [grande] qu’un narguilé, les bardes Jheppoi et Ceppoi s’avancèrent en mendiant du tabac.

S182 doi

stop écouter
121. tuyālu sobhi dekhadāle ta bhanyo mahārāj : « alā buwā nākh dekhi merai riṭhiki jaisi raniyāki jaisi oitira bhanyo mahārāj goḍāĩ joliya dekhu merai riṭhi raniyā jasi ta bhanyo mahārāj nākhakī nauṭunni dekhu merai riṭhi raniyāki jasi » |

121. En voyant l’avorton Sobhi, [ils se dirent] : « Ah ! Si je regarde son nez, il ressemble à mon seigneur Raniyā ! De ce côté-là, si je regarde ses jambes, elles ressemblent à mon seigneur Raniyā ! Si je regarde le bout de son nez, il ressemble à mon seigneur Raniyā ! »

S183 doi

stop écouter
122. « elā buwā ko hai ke hai tera chāpatiko jhol khāi marellāi re bhanihāl | merā riṭhi raniyāki jasi anewār haigai kyāru kasoru merā riṭhi raniyā ta bhanyo mahārāj ko hai ke hai ta hā̃ ? » |

122. « Eh ! Toi ! Qui es-tu ? Meurs donc en buvant ton brouet ! Parle ! Tu as l’allure de mon seigneur Raniyā ! Que faire, comment faire ? Qui es-tu donc ? »

S184 doi

stop écouter
123. « — ko ta kei naĩ re ta bhanyo mahārāj sobhi rāut ma hũ bhanyo mahārāj cha mahināko tuyalu sobhi hũ — alā buwā dagati dagati bhaigai ta bhanyo mahārāj mera riṭhi ranikī ta bhanyo mahārāj kolāulī koṭmī bhanyo mahārāj dhaturo umarigaithyo re tu bhaigai ta hoigyo » | bhanibara jheppoi ceppoi ḍholi gidgidgidgid aribara jāna pasi jānthye |

123. « — Personne… Je suis Sobhi Rāut, Sobhi l’avorton de six mois. — Ah ! Mon Dieu ! Quelle chance ! [se réjouirent-ils].  [Voici que] le datura de mon seigneur Rani a repoussé au fort de Kolāuli, te voilà ! Voilà qui est bon ! ». Et les bardes Jheppoi et Ceppoi s’en furent bien vite.

S185 doi

stop écouter
124. jānyā bakhatamī ta mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā basā parbhāt wā̃khi jānthyā ta bhanyo mahārāj āphno kalkaṭṭo laijānthyā sahaliya uikhi dhukāibara āunthyā |

124. Les bardes Jheppoi et Ceppoi revenaient à sa rencontre matin et soir, ils amenaient leur tabac blond et leur tabac brun, ils arrivaient en le fumant.

S186 doi

stop écouter
125. ta bhanyo mahārāj ui mulyā sanga ke nikāllathyo āphnu bhanyo mahārāj sahaliya laijānthye basā uikhi khāī āunthye parbhāt wāikhi khāī āunthye |

125. Ils en tiraient lorsqu’ils étaient avec lui, ils amenaient leur tabac, ils arrivaient le soir en le fumant, ils arrivaient le matin en le fumant.

S187 doi

stop écouter
126. āphna riṭhi ta bhanyo mahārāj tuyalu sobhi sãga ta bhanyo mahārāj ta bhanyo mahārāj « tero buwā rani rāut bhanyo mahārāj melādev bhanyo mahārāj kolāulile kāṭyā ho re ta bhanyo mahārāj kāṭyā ho re ta bhanyo mahārāj āba bhanyo mahārāj tuile lai muḍko muḍ lināu » bhanebari ta bhanyo mahārāj |

126. Il [disaient à] l’orphelin de leur seigneur Sobhi Raut : « C’est Meladev Kolāuli qui a tranché ton père Rani Rāut. Maintenant, il te faut prendre tête-pour-tête … »

S188 doi

stop écouter
127. bhanyā bakhatamī ta mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā ta bhanyo mahārāj uisãga bhannāchan ta bhanyo mahārāj « kumaiko thasko diũlā jhakuliko phanko diũlā ā̃khiko kiṭkiṭko diũlā »

127. Les bardes Jheppoi et Ceppoi lui disent : « … nous donnerons des coups de coude pour toi, nous ferons virevolter pour toi les pans de nos robes d’apparat pour toi, nous clignerons de l’œil pour toi. »

S189 doi

stop écouter
ā ho… ta ke bhā̃tle bhanu pasi janchan re |

Aho! De quelle sorte se mettent-t-ils à dire…

S190 doi

stop écouter
128. [chœur] sāiba kumaiko thasko diũlā— (…)

128. [Choeur] Sire ! nous donnerons des coups de coude pour toi

S191 doi

stop écouter
sāiba jaguliko phanko diũlā— (…)

Sire ! nous ferons virevolter pour toi les pans de nos robes d’apparat

S192 doi

stop écouter
sāiba ā̃khiko kiṭkiṭ diũlā— (…)

Sire ! nous clignerons de l’œil pour toi

S193 doi

stop écouter
(…)

(…)

S194 doi

stop écouter
(…)

(…)

S195 doi

stop écouter
(…)

(…)

S196 doi

stop écouter
(…)

(…)

S197 doi

stop écouter
129. [récitatif] ta mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā ta bhanyo mahārāj kolāuli koṭ rani rāut jaidin bhaithyo uidin holā ta bhanyo mahārāj kolāuli koṭ jān chāḍihālthyo | kolāuli koṭ jān chāḍibara āba gati hoigai hāmro riṭhi bhanyo mahārāj tuyalu sobhi hoigaicha |

129. [Récitatif] Depuis la mort de Rani Rāut, les bardes Jheppoi et Ceppoi avaient cessé d’aller au fort de Kolāuli. Comme ils n’allaient plus à Kolāuli, ils se dirent : « Maintenant les jours fastes sont (re)venus [avec] notre seigneur l’avorton Sobhi !»

S198 doi

stop écouter
130. bhanyā bakhatamī āphnu riṭhi sobhi rāutki ta bhanyo mahārāj melādeu kolāuliki jā̃t āigai ta bhanyo mahārāj […]

130. Leur seigneur Sobhi Raut arriva aux fêtes de Meladev Kolāuli.

S199 doi

stop écouter
ta mahārāj […]

(…)

S200 doi

stop écouter
elā sobhā rāut ta mahārāj āphnu kalkawa ghoḍo nāli khā̃kar māno cā̃ph lāibara ta bhanyo mahārāj ta gidgidgidgidgid aribara melādeu kolāuliki jā̃t aigaithyo |

En ce temps-là, grand-roi, il harnacha son cheval Kalkawa à la bride sertie de joyaux, aux grelots sur les sabots, et, en faisant cadaclop, cadaclop, cadaclop, il arriva aux fêtes de Meladev Kolāuli.

S201 doi

stop écouter
131. melādeu kolāuliki jā̃t ta bhanyo mahārāj chatti bichattikā lek ta bhanyo mahārāj thaḍbaḍi chalāmī ta bhanyo mahārāj rājā mahārājā ta bhanyo mahārāj jati thyā bhanyo mahārāj jammai āphnu khel kāugat koi ārekā chan koi kāī chan ta bhanyo mahārāj |

131. O grand-roi ! Sur les hauteurs de Chatti Bichatti, il y avait des roitelets et des maharadjas réunis tant et plus dans la cour ; certains dansaient et chantaient ensemble par ici, d’autres par là.

S202 doi

stop écouter
132. arnyā bakhatamī ta mahārāj meladeu ta kolāuliki jā̃t mahārāj « alā ek roṭo meladeu kolāuli ta bhanyo mahārāj rāni hāllathi coribara khāhālyo ta ! dosaro lāuna hāllathi bhanyo mahārāj laijāibara ceppoi jheppoi ceppoi ḍholi dihāllathyo ! ta bhanyo mahārāj tesro roṭo hālihāllathi taso bhanyo mahārāj jheppoi ceppoi ḍholi dihāllathi ! » |

132. Aux fêtes de Meladev Kolāuli, [on s’écria] : « Ah ! On a volé et mangé la galette que la reine a mis à rôtir !». Elle en mit une deuxième à rôtir, [Sobhi Raut] l’emporta et la donna aux ḍholī Jheppoi et Ceppoi. Elle en mit une troisième à rôtir, de même il l’emporta et la donna aux dholī Jheppoi et Ceppoi.

S203 doi

stop écouter
133. « alā buwā ! » (…)

133. « Ca alors ! Bon Dieu ! » (…)

S204 doi

stop écouter
bhanyā bakhatamī ta mahārāj melādeu kolāulimī jā̃tmī ta bhanyo mahārāj ek roṭo hālli cha bhanyo mahārāj ek roṭo cori jāncha dosro roṭo hālli cha dosro roṭo cori jāncha | (…)

Aux fêtes de Meladev Kolāuli, [on s’écrie] : « Ca alors ! Bon Dieu ! » Les galettes les unes après les autres sont mises à rôtir puis se font voler.

S205 doi

stop écouter
134. cornyā bakhatamī ta mahārāj « elā ke bhayo kaso bhayo anumāni kathā ta bhanyo mahārāj hunne laigyo ke laigyo » |

134. On dit : « Mais que se passe-t-il, comment cela se fait-il ? C’est une histoire à dormir debout, ou quoi ? ».

S206 doi

stop écouter
135. bhanyā bakhatamī jati thyo mahārāj jati roṭā u thi bhanyo mahārāj coribara āphnu jheppoi ceppoi huḍkiyā dihāllāthyo | ta bhanyo mahārāj gawānki ta bhanyo mahārāj jholā mahārāj jholā banāibara jheppoi ceppoi huḍkelile bhanyo mahārāj jammai bharihālthyo |

135. [Sobhi Raut] vola les galettes autant qu’il y en avait pour les donner à ses bardes Jheppoi et Ceppoi. Ils se firent un sac de voyage et le remplirent.

S207 doi

stop écouter
136. bharnyā bakhatamī ta mahārāj āba bhanyo mahārāj jhulukka ghām jhulkana lāgyo ṭulukka ausī ṭulkana lāggai gaibhaisikā bandhan khulna pasigyā thaḍbaḍi celāko kacahārī juḍnu lāgyo kholi āgalo paryo jāgo jāgo bhayo |

136. Et le jour soudain de poindre, le givre de givrer, la longe à bestiaux de se libérer, et sur l’aire commune les procès de procéder. Les âtres s’allumèrent, la clarté se fit.

S208 doi

stop écouter
137. hunyā bakhatamī jheppoi ceppoi huḍkiyā ta bhanyo mahārāj « āphai āphai torina āphai kāmanā tero chāpatiko jhol khāī marellai re ! bhanyo mahārāj āj samma kyā āj samma kyā sutiraithyo re bhanyo mahārāj aile kā̃ jāibara mariyai !» | bhanyā bakhatamī ta mahārāj ta bhanyo mahārāj ta bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj ke bhā̃tle bhannu pasi jancha re |

137. O grand-roi ! Les bardes Jheppoi et Ceppoi dirent: « Soit tu te caches, soit tu t’agites ! Meurs donc en buvant ton brouet ! Jusqu’à maintenant, il n’a fait que dormir ! Où diable est-il passé à présent ? »

S209 doi

stop écouter
138. [chœur] ā ho

138. [Choeur] aho!

S210 doi

stop écouter
sāiba kumaiko thasko diũlā— (…)

Sire ! nous donnerons des coups de coude pour toi

S211 doi

stop écouter
sāiba jaguliko phanko diũlā— (…)

Sire ! nous ferons virevolter pour toi les pans de nos robes d’apparat

S212 doi

stop écouter
sāiba ā̃khiko kiṭkiṭ diũlā— (…)

Sire ! nous clignerons de l’œil pour toi »

S213 doi

stop écouter
(…)

(…)

S214 doi

stop écouter
(…)

(…)

S215 doi

stop écouter
139. [récitatif] hunyā bakhatamī āba kyāru laharai kāman thaharei kāman kukurai kāman billai kāman « kyāru kasoru bhanyo mahārāj tyo mulyā bhanyo mahārāj kā̃ jāibara siraicha » |

139. Tremblements de chiens et chats, tremblement de malheur, frisson de fureur !  « Que faire, comment faire ? Où cet orphelin est-il parti dormir ? »

S216 doi

stop écouter
140. bhanyā bakhatamī jo paili bhaṇyo mahārāj mothāulo bhanyo mahārāj pailiko roṭo bhanyo mahārāj pailiko roṭo ta mahārāj jo deu soddathyo dewatā soddathyo tai roṭā ati ganti thā pattā chaina |

140. La première galette épaisse, on demanda aux divinités où elle était passée, on compta et recompta, mais on ne put mettre la main dessus.

S217 doi

stop écouter
141. « alā tero chāpatiko jhol khāi marellā re yaikhi khānu addāthyā yaikhi hallāthyā bhanyo mahārāj kā̃ gyo koitira gyo » |

141.  « Meurs donc en buvant ton brouet, celui qui a emporté les galettes, où est-il passé, par où est-il parti ? »

S218 doi

stop écouter
142. ta bhanyo mahārāj phagāri basiraithin bāwun bed pujdāthyā kolāuto baḍāī addāthyo ta bhanyo mahārāj jo pailliko mathāulo roṭo ho u ta bhanyo mahārāj bāwun bhannāchan tyo lyāunān bhanibara dewatā puju bhanibara jānthyā ta wā̃ ta paili mathāulo roṭo naĩ pāyo |135

142. Les chanteuses de bon augure étaient assises, les prêtres célébraient en chantant le Véda, les musiciens jouaient des percussions. On donne, dit-on, la première galette épaisse{{10}} aux brahmanes pour qu’ils l’emportent afin de faire le pujā. Là, cette galette fit défaut.


NOTE : {{10}} D mothaulo : la première galette qu’on met à rôtir, plus épaisse que les autres.

S219 doi

stop écouter
143. naĩ pāunyā bakhatamī ta mahārāj « tumarā cāpatiko jhol khāi marelli re kā̃ gaithyā kā̃tira gāithyā bhanyo mahārāj ko lāgyo koitira lāgyo kāsi udāsi dāḍī kāphaḍī naicāko maicā jogi jalyāntari ko ho ke ho hā̃ ? » |

143. « Meurs donc en buvant ton brouet ! Où est-elle passé, par où est-elle partie ? Qui l’a pris, vers où l’a-t-il emmené ? Pèlerin de Bénarès, serviteur du narguilé, yogi porte-flamme, hirsute aux crânes, qui a fait le coup, hein ? »

S220 doi

stop écouter
144. bhanyo mahārāj mera melādeu kolāuli bhanyo mahārāj « pailliko moṭhāulo laijāne hunyā ko raicha kā̃tira raicha ? » bhanibara bhanyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj |

144. Meladev Kolāuli [dit], grand-roi : « Qui a pris mon pain, par où l’a-t-il emporté ? »

S221 doi

stop écouter
145. tuyalu sobhile ta bhanyo mahārāj āphnu tir komān kasibara ta bhanyo mahārāj ekbara laharei kāman thaharei kāman bhanyo mahārāj gidgidgidgid aribara jānthyo dosrā jānthyo ta bhanyo mahārāj |

145. Sobhi l’orphelin banda son arc avec une flèche. Tremblement de chien, tremblement de chat, frisson d’effroi ! La première partit en faisant gidgidgid, la deuxième aussi.

S222 doi

stop écouter
146. ta maukā paḍya bhāena āba kyāru kasoru jheppoi ceppoi huḍkiyā ta bhanyo mahārāj āphnai oṭh capāunthyā kyāru kasoru bhanibara bhanyo mahārāj |

146. Mais il n’eut pas la chance [d’atteindre sa cible]. Les bardes Jheppoi et Ceppoi [se demandèrent] en se mordant la langue : « Que faire, comment faire ? »

S223 doi

stop écouter
147. ta bhanyo mahārāj jawa bhanyo mahārāj ujālo hunu pasigyo āba kyāru bhanibara bhanyo mahārāj jawa huḍko bhanyo mahārāj melādeu kolāulikā caṇḍimā hānnalāi bāṭi janthyo tawa bhanyo mahārāj gadgadgadagad aribara arnyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj melādeu kolāuli ta bhanyo mahārāj terchihālyo |

147. Alors qu’il commençait à faire jour, après s’être bien demandé comment faire, ils frappèrent Melādev Kolāuli sur le front avec leur tambour-sablier et, pim, pam, poum, ils étendirent Meladev Kolāuli.

S224 doi

stop écouter
148. terchyāunyā bakhatamī ta bhanyo mahārāj janteru jati thyā un sabai bhanyo mahārāj rallapaḍe « kunle hāṇyo ke hāṇyo ke māryo kaso māryo ? » |

148. La foule fut stupéfaite : « Qui a frappé ? Comment a-t-on frappé ? Comment l’a-t-on tué ? »

S225 doi

stop écouter
149. bhanibara (…) ta mahārāj hunyā bakhatamī ta mahārāj khoji talāsi bhai khoji talāsi bhai « elā mulyā tu ta koina re bhanyo mahārāj tu bhanyo mahārāj bairako muḍako jaso lāgannāchai re ko hai ke hai hā̃ ?» |

149. Et on se mit à chercher, grand-roi : « Eh ! Orphelin ! Qui es-tu ? On dirait bien que tu emportes la tête d’un ennemi… Qui es-tu, que fais-tu ici ? »

S226 doi

stop écouter
150. ta bhanyo mahārāj jheppoi ceppoi huḍkiyā agāḍi jāibara ui mulyā pachāḍi rākhibara bhanyo mahārāj « yo ta kohi bhulako ho bhanyo mahārāj aile bāccho kāṭibara āyā ho reyai tokdā ragātanta yaikā haḍāimī yai mulya ke kuraḍi addā ? chāḍa ! »|

150. Les bardes Jheppoi et Ceppoi s’avancent devant lui et mettent l’orphelin derrière eux. « C’est un orphelin Bhul, de la caste des équarisseurs. Il est venu ici après avoir tranché un veau. Venez voir le sang sur son corps ! Il n’a rien fait, le pauvre ! Laissez-le. »

S227 doi

stop écouter
151. ta bhanyo mahārāj mulya ta bhāgāhālyo ta bhanyo mahārāj melādeu kolāuli mauko varṣa paḍyo ta bhanyo mahārāj |

151. O grand-roi ! L’orphelin s’échappa, et le sort du clan de Meladev Kolauli déchut.

S228 doi

stop écouter
152. paḍnyā bakhatamī ta mahārāj āphai ta bhanyo mahārāj… āphnā ta bhanyo mahārāj aphnā kolāuli koṭmī āibara āphni jiyā bhanyo mahārāj bhimlaḍā udā bhanyo mahārāj… bhimlaḍā udā ta bhanyo mahārāj āphnu kolāuli koṭmī laibara ta bhanyo mahārāj āphnu rājpāṭh garibara ta bhanyo mahārāj ke bhā̃tle bhanu pasijanchan re |

152. Et il entra dans son fort de Kolāuli, il emmena sa [grand-] mère Bhimladā Udā dans son fort de Kolāuli et il installa son règne, grand-roi ! De quelle manière se met-on à dire…

S229 doi

stop écouter
153. [chant de louange à Rām, brouillé ]

153. [chant de louange à Rām, brouillé (3 min.) ]