Ce corpus a été ouvert au public en 2019, sous licence Creative Commons.

Au sein du groupe vietique, le sous-groupe hung comporte deux zones dialectales: pong (poọng) / phong / tay pong d'une part ; toum, đan lai, ly hà (liha) de l'autre.

"Des parlers de ce sous-groupe ont été connus dès le début du [XXe] siècle grâce aux collectes inédites du Père Th. Guignard (1907) sur le Hung et le Không Khêng. Ces deux termes sont aujourd'hui sortis de l'usage et c'est la raison pour laquelle nous avons retenu l'un des deux pour désigner le sous-groupe. Les deux vocabulaires, bien notés grâce aux qualités de lexicographe du missionnaire, couvrent en fait deux variantes d'une même langue dont les locuteurs se reconnaissent aujourd'hui sous l'autonyme de Pong, en vietnamien Poọng [pɔːŋ⁴] et en lao Phong. Le vocabulaire K'katiam-Pong-Houk de Paul Macey (1907), hélas moins bien noté, représente également la même langue. Dans cette dernière expression K'katiam doit pouvoir s'analyser en Kha Cham, c'est-à-dire "les Kha de Muong Cham", tandis que dans Pong-Houk seul le premier terme est identifiable. Le vocabulaire Toum Phong utilisé par A.G. Haudricourt (1966) est, malgré son nom, également du pong. Les parlers des Toum [tuːm¹], des Đan Lai et des Ly Hà n'ont été révélés que dans les années soixante (Mạc Đường 1964). Ils se différencient nettement du pong par plusieurs traits phonétiques et une influence récente du vietnamien. Les Pong sont représentés des deux côtés de la frontière, dans le district de Tương Dương (Nghệ An, Vietnam), et dans la région de Muong Cham (Bolikhamxay, Laos). Les Toum ne sont représentés que du côté lao où ils vivent dispersés au milieu des populations Tay dans le massif qui sépare les deux pays, tandis que les Đan Lai et les Ly Hà, de langue identique, sont surtout représentés dans le district de Con Cuông. Le Père Guignard rapporte qu'au début du siècle les Hung étaient très nombreux dans la région et que le Chao Muong de Khamkeut était un des leurs.

Dans l'ensemble, ces populations pratiquent le même type d'agriculture que leurs voisins Lao ou Tay. Les Poọng de Tương Dương ont été évalués à un peu plus de 700 personnes. On ne dispose malheureusement pas de chiffres pour le Laos mais on peut penser que l'ensemble des locuteurs que nous avons dénommés Hung doit pouvoir s'évaluer entre 2.000 et 3.000 personnes." 

(Pages 15-16 de: Ferlus, Michel. 1996. Langues et peuples viet-muong. Mon-Khmer Studies 26. 7–28.)

 

Classification des langues viet-muong (vietiques) d'après Ferlus 1996, et lien vers les pages correspondantes dans la Collection Pangloss : 

1. Maleng 2. Arem 3. Chứt 4. Aheu 5. Hung (cette page) 6. Thổ 7. Mường 8. Vietnamien

 

Ces données ont été numérisées et cataloguées par l'Institut de recherche international MICA (HUST – CNRS/UMI-2954 – Grenoble INP) en partenariat avec le LACITO dans le cadre du projet DO-RE-MI-FA (Sept. 2014-Feb. 2016) financé par la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN), un programme du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR, France).


BSN MICA

AuCo

 

Mise à jour : 2019.

Contact: Alexis Michaud

  Accès à l'enregistrement
  Accès à la vidéo
  Accès au texte annoté synchronisé avec l'enregistrement audio
  Accès au texte annoté synchronisé avec la vidéo
  Accès au fichier PDF accompagné de l'enregistrement audio
  Accès au fichier EGG

47m53s
Toum vocabulary, part 1 of 4

47m59s
Toum vocabulary, part 2 of 4

47m50s
Toum vocabulary, part 3 of 4

17m51s
Toum vocabulary, part 4 of 4