Ressources :

a Accès à la liste des ressources thavung

a Accès à la liste des ressources aheu (phôn soung)

Cette langue est connue sous les noms de Aheu, (Kha) Thavung, Sô, (Kha) Phôn Soung, ainsi que Kha Tong Luang. 

"Aucun ethnonyme ne s'impose véritablement aux populations de ce sous-groupe, le seul qu'ils reconnaissant volontiers étant Kha, à l'instar des Maleng, et c'est ainsi qu'ils sont désignés par les populations voisines. Les (Kha) Thavung [tʰăvɨːŋ¹] ont été découverts en 1965 grâce à quelques familles originaires de la région de Lak Sao et réfugiées près de Thakhek. La langue, immédiatement utilisée dans le comparatisme, a fait l'objet d'un lexique succinct (Ferlus 1979). Cependant, une liste de mots Kha Tong Luong, imparfaitement notés mais identifiable au thavung, avait déjà été publiée par A.G. Haudricourt (1966) d'après un document ramené par A. Fraisse et contenant des vocabulaires recueillis par le Chao Muong de Khamkeut. Les Phôn Soung, découverts en même temps que les Thavung et venus de leur région d'origine dans les mêmes circonstances parlent un dialecte très proche du thavung. Si le terme Thavung n'a pas de sens apparent et ne semble s'appliquer qu'à un seul village, Phôn Soung, en revanche, signifie littéralement "les hauts monticules", expression décrivant une région de montagnes peu accentuées du bassin de la Nam Theun où évoluait cette population. Quant à Aheu /ahəː¹/, que nous avons retenu comme nom du sous-groupe, il ne semble être rien d'autre que l'interrogatif "quoi" que leurs voisins auraient sélectionné pour le désigner. Ce terme, pas plus que les autres ethnonymes, n'est accepté par tous les locuteurs qui se reconnaissent mieux sous le nom de Kha. La population des locuteurs Thavung forme quelques villages non loin de Lak Sao dans le district de Khamkeut (autrefois dans la province de Khammouan mais aujourd'hui dans celle de Pak Sane). Les Phôn Soung sont localisés à une centaine de kilomètres plus au sud. A la fin du XIXe siècle une grande partie de la population du Khammouan, toutes ethnies confondues, a été déportée par les forces siamoises pour aller peupler le Nord-Est de la Thailande. C'est à la suite de ces événements que la langue des Thavung est aujourd'hui parlée dans trois villages du district de Song Daw, province de Sakon Nakhon. Confondus pendant longtemps avec les  proprement dits, de langue katouique, dont ils avaient adopté le nom, ils n'ont été linguistiquement identifiés que très récemment alors qu'ils vivent dans une région parfaitement accessible. En dehors d'infimes différences phonétiques et des emprunts de vocabulaire la langue de ces  est la même que le thavung parlé au Laos. Selon les dires des anciens, une partie des gens déplacés seraient revenus se réinstaller dans leur région d'origine et il n'est pas impossible que les Thavung actuels soient le résultat de ce retour au pays.

Les Thavung pratiquent la riziculture inondée, l'horticulture et l'élevage. Leurs villages sont aussi prospères que ceux des Lao et des Tay. Les Phôn Soung qui sont actuellement des agriculteurs sur brûlis, avouent qu'ils étaient naguère des semi-nomades forestiers ce que confirme à l'évidence le type de construction sommaire de leurs maisons. Les Sô (Thavung) seraient environ 750, les Thavung et les Phôn Soung entre 200 et 300, cela nous permet d'évaluer le total des locuteurs Aheu à un millier environ."

(Pages 14-15 de: Ferlus, Michel. 1996. Langues et peuples viet-muong. Mon-Khmer Studies 26. 7–28.)

"Le lieu de l'enquête de 1993 était le village des aheu (aussi nommés phôn soung), accessible par une route à peine praticable. Les maison étaient rudimentaires, basses et recouvertes de toits de feuilles, et non de paillote. Dans cette région on pouvait rouler une heure sans voir âme qui vive. C'était une fabuleuse zone de chasse. La route qui part de Lak Sao et va vers le sud a été percée par l'administration coloniale dans l'entre deux guerres. Il est dit que des coolies ont été attaqués par des tigres" (Michel Ferlus, communication personnelle 2015).

Le village de Sop Hia, dans la vallée de la rivière Nam Theun, constituait le lieu-dit le plus proche du village aheu, et servait donc de repère approximatif pour localiser le village aheu, situé à quelque distance, en contrehaut. Ce village a été déplacé au cours de la première décennie du XXIe siècle pour la construction du barrage hydro-électrique de Nam Theun 2. La position exacte qu'occupait le village de Sop Hia (Ban Sop Hia) est indiquée sur la carte en page 7 du projet disponible ici (document de 2003, consulté en septembre 2015).

Classification des langues viet-muong (vietiques) d'après Ferlus 1996, et lien vers les pages correspondantes dans la Collection Pangloss : 

1. Maleng 2. Arem 3. Chứt 4. Aheu (cette page) 5. Hung 6. Thổ 7. Mường 8. Vietnamien

 

Ces données ont été numérisées et cataloguées par l'Institut de recherche international MICA (HUST – CNRS/UMI-2954 – Grenoble INP) en partenariat avec le LACITO dans le cadre du projet DO-RE-MI-FA (Sept. 2014-Feb. 2016) financé par la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN), un programme du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR, France).


BSN MICA

AuCo

 
Mise à jour : 2015.

Contact: Alexis Michaud

  Accès à l'enregistrement
  Accès à la vidéo
  Accès au texte annoté synchronisé avec l'enregistrement audio
  Accès au texte annoté synchronisé avec la vidéo
  Accès au fichier PDF accompagné de l'enregistrement audio
  Accès au fichier EGG

19m13s
Aheu vocabulary, part 1 of 6

19m08s
Aheu vocabulary, part 2 of 6

32m25s
Aheu vocabulary, part 3 of 6

32m29s
Aheu vocabulary, part 4 of 6

32m21s
Aheu vocabulary, part 5 of 6

05m15s
Aheu vocabulary, part 6 of 6